mercredi 30 novembre 2016

Le 29 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“La liberté enfante l'anarchie, l'anarchie conduit au despotisme et le despotisme ramène la liberté.”-Honoré de Balzac


Des anarchistes revendiquent les actes de vandalisme contre des commerçants montréalais


Source

On indique que le texte qui accompagne l’article est une « soumission anonyme ». En voici le contenu :

Soumission anonyme à MTL Counter-info
Il y a près d’un an, les biens pensants du quartier se sont indigné face à une attaque contre Electric Kids, dont la devanture avait été aspergée de peinture mauve – dont on peut encore voir les traces aujourd’hui.
Cette nuit, nous avons décidé d’attaquer d’autres commerces de la rue Sainte-Catherine – trois boutiques de meubles design, une agence immobiliaire et un salon de coiffure bobo. Si c’est cette stratégie que nous employons, il ne s’agit pas que de faire parler ceux et celles qui appuient et participent à la gentrification d’Hochelaga. Nous désirons faire plus qu’élever notre voix, faire plus que nous indigner face à ce mouvement qui nous chasse lentement du quartier. Plutôt que de se contenter de fracasser leurs vitrines, nous avons décidé d’asperger l’intérieur des commerces de design de peinture afin de ruiner leur marchandise. Il s’agit d’affecter directement ces marchands, et pas uniquement la façade qui les protège.
Ces vitrines détruites, cette marchandise ruinée par la peinture, c’est un acte de guerre. Nous ne laisserons pas ces boutiques s’installer en paix – cette paix de façade qui n’est autre que l’invisibilisation de la guerre en cours contre les pauvres et les marginaux.ales. Nous ne les laisserons pas faire monter les prix de nos loyers, et participer au nettoyage social qui vient nécessairement avec leur clientèle Bon Chic Bon Genre.
Nous ne laisserons pas agir impunément ni la mairie qui participe à faire de ce quartier un endroit hostile à ceux et celles qui ne se conforment pas, ni les entrepreneurs de condos ultra-design qui renforcent l’isolation et la pauvreté relationnelle.
Ces boutiques sont le visage sympatique d’un processus violent que nous désirons saboter, au même titre que les voitures de luxe, les condos en construction, les voitures de police qui patrouillent le quartier, et tous les autres efforts mis en place pour rendre nos quartiers stériles et contrôlés par les intérêts des propriétaires et des riches.
Fuck la gentrification.


Par le ton, on sait qu’on a affaire à un groupuscule de pseudo-intellectuels gauchistes complètement déconnectés de la réalité. Le mur qui sépare le groupe de casseurs des activistes de « La Déferle » ne doit pas être très épais.

Pendant qu’une poignée de trous de culs extrémistes de gauche font de la casse et encouragent ouvertement aux méfaits et à la violence, les médias préfèrent accorder davantage d’importance à des groupes d’extrême-droite (ou considérés comme tels même s’ils ne le sont pas nécessairement), comme c’est le cas ici.

À ce que je sache, en matière de violence, la gauche québécoise est nettement plus productive que la droite, contrairement à ce que l’on tente de nous faire croire.

J’en viens à me demander si l’inaction des autorités face à la violence de gauche n’est pas motivée par le fait que cela fait à quelque part l’affaire du gouvernement, qui en tire profit de manière indirecte en imposant au peuple plus de « mesures sociales » sur lesquelles l’État a le monopole.

mardi 29 novembre 2016

Le 28 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“Mieux vaut un ennemi sage qu'un ami stupide.”-Proverbe ourdou


Ce n’est jamais grave quand c’est pour la « bonne cause »
Ayant été assez occupé durant les journées de dimanche et de lundi, j’ai pris du retard pour la mise en ligne du billet du 28 novembre. J’ai cependant eu le temps de déterminer un sujet. Il s’agit de cette nouvelle de TVA, à propos de cinq commerces de Hochelaga-Maisonneuve qui ont été victimes de vandales :





Un groupe d’une dizaine d’individus masqués a défoncé les vitrines de ces cinq commerces et arrosé l’intérieur avec de peinture contenue dans des extincteurs.

Qui peut bien en vouloir autant à de petits commerçants?




Les suspects les plus évidents sont des anarchistes qui disent vouloir lutter contre l’embourgeoisement du quartier. TVA s’est rendu à un local de militants mais n’a pas obtenu de réponse. « La Déferle » a une page Facebook et un site Web.

Ce n’est jamais grave quand c’est pour la « bonne cause ». Au nom de la justice sociale, on peut mettre sur le cul de petits commerçants qui tentent de gagner honnêtement leur vie en stimulant la vie économique d’un quartier.

Demandez-vous combien parmi ces anarchistes, qui sont prêts à tout pour faire avancer leur cause, ont un job et paie des impôts pour financer les logements sociaux auxquels ils tiennent tant.

Qui est derrière cette casse? Comment les casseurs en question obtentiennent-ils le financement pour leurs actions? Que fait la police pour résoudre le problème?

Si ces militants souhaitent tant la justice sociale, ils pourraient peut-être aller vivre à Cuba quelques années et revenir ensuite partager avec nous leur expérience.

dimanche 27 novembre 2016

Le 27 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
"Bientôt j'en aurai fini comme tous les autres. Notre tour viendra, à tous."-Fidel Castro (19 avril 2016- à la clôture du Congrès du parti communiste cubain)


La vérité à propos de Fidel Castro et de la Révolution cubaine
Le décès de Fidel Castro, vendredi soir dernier, à l’âge de 90 ans, est un point tournant dans l’histoire de Cuba. Cette disparition relance également le débat entourant la Révolution cubaine. Est-ce que la prise du pouvoir par Castro et son règne d’une quarantaine d’années sur l’île qui a suivi ont été un bien ou un mal non seulement pour le peuple cubain, mais pour le monde entier?


Stefan Molyneux vient de produire un vidéo au sujet de Fidel Castro, «The Truth About Fidel Castro | The Cuban Revolution ». Ce vidéo d’une durée d’une heure donne beaucoup de détails au sujet de l’homme et de ses actions : 



Ce n'est peut-être que de se faire donner le choix de se faire couper la jambe gauche ou bien la jambe droite, mais qui entre Batista et Castro, a le plus fait souffrir peuple cubain? Qui des deux offrait les meilleures chances de développer le pays? J’aimerais bien avoir accès à des données objectives sur le sujet.

Malheureusement, pour le moment, nous avons d’un côté des gens qui louangent Castro, et de l’autre d’autres personnes qui le démonisent et qui se réjouissent de sa disparition. Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais c’est un autre débat opposant la Gauche et la Droite.

La poussière finira bien par tomber et avec le recul, nous pourrons analyser la situation avec une meilleure perspective.

samedi 26 novembre 2016

Le 26 novembre 2016


Proverbe/citation du jour
“Il fait froid, parce que l’on regarde là où il n’y a pas de chaleur.”-Alexandra David-Néel


« Ça doit être à cause des changements climatiques. »
Quelques photos prises il y a trois ans, jour pour jour. Nous avons eu droit à une grosse tempête le 25 et j’ai peaufiné le déneigement de l’immeuble le lendemain.






Rien de tel cette année, ça doit être à cause des changements climatiques!



Castro est mort? BON DÉBARRAS!!!
Le dictateur cubain Fidel Castro est mort hier soir à Cuba. BON DÉBARRAS!!!

Sa clique et lui ont perpétué et même amplifié la misère du peuple cubain, qui voyait en ces révolutionnaires l'espoir d'un avenir meilleur.

Batista n'était pas un ange, mais il n'a pas autant emprisonné et tué des gens que Fidel et compagnie. Si on donnait le choix aux Cubains qui ont crevé de faim durant des décennies alors que les révolutionnaires bouffaient du steak et fumaient des cigares en buvant du rhum, qui choisiraient-ils entre Batista et Castro?

Grâce à des visiteurs canadiens se rendant régulièrement à Cuba, j'ai appris par exemple que dans la région de La Havane, il n'y a pas si longtemps encore, il n'y avait plus de chats ni de chiens, car on les tuait et on les mangeait par manque d'autres sources de viandes. Pas sûr que Castro a bouffé du chien une seule fois dans sa vie moi!!!

Et que dire de Che Guevara, une icône socialiste responsable de la mort de milliers de gens mais qui est encore de nos jours vénéré comme un grand héros? J'ai écrit dans le passé plusieurs billets sur le Che, pour qui le fait de mourir jeune a été une bonne chose, contrairement à son ami Fidel. Le Che parlait français, l'idole de nos étudiants gogauches québécois a massacré des opposants politiques, des artistes, des gays et des noirs et il y a encore de nos jours des gens assez stupides pour porter des t-shirts lui rendant hommage incluant le rappeur Jay-Z. Rappelez-vous que Trudeau père entretenait une amitié avec le dictateur et que Fiston voulait lui aussi lui rendre visite. Ce cher Fidel a même assisté aux funérailles de l'ancien premier ministre canadien suite à son décès en 2000.

Castro et Trudeau père.

Radio-Canada consacre une page à Castro. Consultez-la pour y lire les hommages rendus au dictateur, avec de nombreuses marques d'antiaméricanisme et de messages à caractère souverainiste.





Rien de tout cela ne m'étonne. Je ne serais pas étonné que l'on censure des commentaires qui ne flattent pas "dans le bon sens du poil".

Le 25 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
« Alors mon garçon, que sais-tu? Rien? Mais tu sais tout! Si tu sais que tu ne sais rien, crois-moi, tu détiens là la base de toute connaissance. »-Socrate (dans la série « Il était une fois… l’Homme. »


« Il était une fois… l’Homme. »
Histoire de peaufiner ma culture personnelle, je regarde chaque jour au moins un documentaire, sinon plusieurs. Il n’est pas rare qu’en me couchant le soir, je branche ma tablette sur Youtube pour écouter un documentaire choisi selon ce qui est disponible, et ce dans n’importe lequel champs de connaissances.

Je dis « écouter » parce que je ne regarde pas toujours l’image, préférant me concentrer sur l’audio, afin de m’endormir plus aisément, quand je me couche pour la nuit. Si je m’endors, je reprendre l’écoute (en plus du visionnement) à mon réveil, le matin.

Plus tôt cette semaine, un documentaire sur la Grèce antique m’a rappelé des souvenirs de l’époque où j’étudiais au Séminaire Saint-Augustin, à Québec. On nous a demandé dans un des cours de lire « L’apologie de Socrate ». Si j’avais disposé du bagage de savoir que j’ai accumulé de 1988 à 2016 à l’époque du cégep, mes travaux et mes notes auraient été de meilleure qualité. Enfin… On ne peut pas revenir en arrière.

Une scène de l'épisode, à la 18e minute
Enfin, en pensant à Socrate, je me suis souvenu de paroles de ce dernier, à titre de personnage de bande dessinée, dans une série datant de 1978, qui était diffusée sur les ondes de Radio-Canada lorsque nous habitions encore le secteur de l’Anse, à Sainte-Anne-des-Monts. C’était en 1978 ou au printemps 1979, parce que notre famille a emménagé dans sa maison actuelle un mois ou deux avant que je termine ma deuxième année du primaire. Quelle était l’émission en question? « Il était une fois… l’Homme », une série documentaire de vulgarisation scientifique et historique en 26 épisodes.

J’ai regardé le premier épisode, « Et la Terre fut », dans le courant de la journée. Il est amusant d’y revenir. De mémoire, la dernière fois où j’ai vu un épisode était durant un cours d’histoire, alors que j’étais en secondaire II, en 1984-1985.

Évidemment, la série s’adresse à un jeune public. Je compte acquérir le coffret pour l’ajouter à ma collection de DVD. Je me sens moins embarrassé de regarder à nouveau une série du genre avec des enfants que de consacrer mes énergies à suivre « La Voix »!!!

Si un jour P.A. Junior il y a, il pourra suivre le sentier suivi par son paternel en 1978. Sinon, les enfants en visite chez moi en profiteront.

Je note quelques poins en lien avec la série.

D’abord la « violence » qu’on y constate ne passerait probablement pas de nos jours. Il y a bien sûr le personnage appelé « Le Gros » qui à chaque épisode tape sur la tête du « Teigneux », qui se retrouve toujours avec une bosse, mais d’autres actes violents.

Dès le premier épisode, on voit des dinosaures s’entre-tuer, et des hommes primitifs se tapent sur la gueule, l’un d’eux tuant ce qui semble être une hyène à coups de massue. On peut aussi apercevoir des seins et des femmes se faisant traîner par les cheveux.






Est-ce que le fait de visionner ces actions a fait de nous des adultes dangereux?

Aussi, le 26e et dernier épisode, « Il était une fois… la Terre », a un fort accent écolo. Rappelez-vous que la mode de l’époque était que la pollution, la surpopulation et la surexploitation des ressources allaient tuer l’Humanité, et non les changements climatiques. Il y a aussi bien sûr la peur du nucléaire et d'une guerre. Le discours moralisateur d'un prof devant un groupe d'étudiants à la fin de l'épisode en témoigne.

De nos jours, avec la rectitude politique qui règne, il ne faudrait même pas nous surprendre que des SJW demandent l’interdiction de cette série!

Finalement, voici la liste d’épisodes, telle que présentée sur Wikipédia. J’ai réussi à en retracer quelques-uns sur Youtube.

  1. Les Bâtisseurs de cathédrales
  2. Les Voyages de Marco Polo
  3. La Guerre de Cent Ans
  4. Le Quattrocento
  5. L'Angleterre d'Élisabeth
  6. Le Grand Siècle de Louis XIV
  7. Pierre le Grand et son époque
  8. Le Siècle des Lumières
  9. L'Amérique
  10. La Révolution française
  11. Le Printemps des peuples
  12. Ah, la belle époque
  13. Les Années folles


jeudi 24 novembre 2016

Le 24 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“L'information est l'oxygène des temps modernes.”-Anonyme


L’information régionale en voie de disparition dans les grands médias : quelle alternative s’offre à nous?
Un article de La Presse fort intéressant, portant sur la disparition de l’information régionale. Jean-François Dumas, d’Influence communication, y donne son point de vue.


On y relate le témoignage de Monsieur Dumas devant le comité parlementaire du Patrimoine canadien qui poursuivait son étude sur l'avenir des médias locaux, le 15 novembre dernier :


« Au cours des quinze dernières années, les régions ont perdu 88 % de leur poids dans l'écosystème médiatique, a mentionné M. Dumas. Si on compare, au début des années 2000, environ 8 % de tout le contenu médiatique quotidien au Québec portait sur les régions. Aujourd'hui, en 2016, c'est moins de 1 %. Donc les particularités régionales tendent à disparaître. On a le même contenu diffusé au Québec, de Gaspé à Gatineau. Les régions disparaissent peu à peu de l'écosystème médiatique ».


Puisque les grands médias nous ignorent de plus en plus, quelle alternative s’offre à nous? Même ici en région, les médias déjà en place traînent de la patte.

Je me demande si une plateforme uniquement présente sur le Web pourrait être viable.

Le 23 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
« Narcissisme : Admiration de soi-même. Terme issu de Narcisse, personnage de la mythologie grecque qui tomba amoureux de son reflet. Exemple : Il ne cesse de se regarder dans les miroirs, il est narcissique. »-Source


Les téléphones intelligents et le narcissisme
Il est allé sur la Lune et n’a pris que cinq photos. Elle en prend 37 lors d’un passage à la salle de bain.


Téléphone intelligent, usager stupide!


Documentaire du jour : The Story Behind Neil Armstrong and first step on the Moon
Parlant de Neil Armstrong, voici un documentaire à son sujet :


Vous allez y découvrir à quel point le premier homme à avoir mis le pied sur la Lune était humble.

Je note aussi de ce documentaire la passion pour l’aviation de Neil Armstrong, et ce dès son plus jeune âge. On mentionne dans le vidéo que le chemin qui l’a mené sur la Lune a débuté lors d’un premier voyage en avion avec son père, durant les années 1930. Par la suite, il s’est passionné pour la construction de modèles, d’abord des planeurs, puis des avions propulsés par une hélice mue par un élastique. Micheal Collins, qui l’accompagnait lors de son voyage sur la Lune, ajoute que Neil Armstrong a même fabriqué une soufflerie pour tester ses modèles alors qu’il était encore enfant!

Lorsque nos enfants développent une passion, donnons-leur la chance de la développer. Ils n’iront probablement pas sur la Lune, mais y gagneront une chance d’aller plus loin que l’on pourrait le croire.

mardi 22 novembre 2016

Le 22 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
« Avec le mensonge on va loin, mais sans espoir de retour. »-Proverbe juif


Des exagérations des écologistes en lien avec le risque de fuites de pétrole
Les écolos mènent une campagne de peur relativement aux forages pétroliers et aux pipelines en soulevant le risque de fuites qui mettraient en péril l’alimentation en eau potable de la population. Le risque est réel, j’en conviens, mais est-il si grand qu’on veut nous le faire croire?




Le vandale, qui ne semble hélas pas très forte d’esprit, s’est lui-même dénoncé via un vidéo sur Youtube, ce qui a mené des supporteurs à l’assister dans les poursuites judiciaires qui vont certainement en découler via GoFundMe.

Quand le crime est commis « pour la bonne cause », ce n’est jamais grave, surtout quand des gogauches écolos en sont les auteurs.

Les trois militantes qui se sont enchaînées sont-elles conscientes que le financement qui permet à des organisations comme la leur de poser de tels gestes provient de grandes pétrolières qui souhaitent nuire au développement de cette ressource chez-nous, de même que de pays où les droits humains ne sont pas respectés?

Pour ce qui est de l’homme d’Anticosti qui a vandalisé des installations de Pétrolia, s’est-il arrêté une seconde au fait qu’il aurait pu lui-même, en sabotant les infrastructures, provoquer des dégâts environnementaux importants?

Pendant ce temps, « Tâche d’huile » s’inquiète de l’état des puits abandonnés en Gaspésie. Merci aux militants de ce groupe. Grâce à eux j’ai appris l’existence d’une carte interactive répertoriant 960 forages réalisés au Québec entre 1860 et aujourd’hui pour obtenir plus de détails sur les travaux dans le secteur. Celle-ci est disponible via le site du journal Le Devoir.






Le maire de Gaspé d’alors, François Roussy, parle dans le reportage de puits creusés dans les années 1970 dans ce secteur. On oublie de mentionner des travaux beaucoup plus anciens réalisés dans le même secteur.

J’ai donc effectué une recherche sur les sites de forage dans la région. Voici des captures d’écran à diverses échelles, d’abord une carte de la Gaspésie, puis des cartes du secteur de Gaspé, et pour finir, une carte du secteur Haldimand dont on parle dans le reportage ci-haut :



Pour simplifier la présentation des données, j’ai réalisé une capture d’écran du secteur en indiquant la date des forages. Seuls les sites Haldimand No 2 et Haldimand No 4 sont précisés pour plus de clarté. L’année où chaque puits a été creusé est indiquée.



On constate que des puits les plus rapprochés du site de Haldimand No 4 datent de 1890, 1892, 1889 et 1865 (les puits en bleu, de haut en bas sur la carte) tandis que les sites en vert datent de 1985. Le point jaune indique un puits datant de 1945, et celui en rouge, Haldimand No 2, date de 2009.

On n’indique en rien dans le reportage de CHAU la présence de puits datant d’avant l’année 1900 dans le même secteur, des puits bien plus susceptibles d’avoir été mal scellés que ceux de Pétrolia, qui sont soumis à des normes bien plus strictes que celles de l’époque.

Pendant que les écologistes exagèrent les risques liés à l’exploitation pétrolière et gazière dans le but d’empêcher les travaux, les médias, pour leur part, « botchent » leur travail de couverture du sujet.

lundi 21 novembre 2016

Le 21 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“Ni les situations ni les gens ne peuvent être améliorés par un facteur externe. Si amélioration il doit y avoir elle doit venir de l’intérieur.”-Dale Carnegie


Human Progress - Your Life in Numbers
À entendre parler les écolos et divers prophètes de malheur, notre planète s’en va chez le diable et nous sommes en train de la détruire en assurant l’extinction de notre espèce.

Est-ce que les développements du savoir et de la technologie détruisent l’humanité, ou bien l’aident-ils plutôt à progresser?


Une visite sur le site web de Human Progress, un organisme qui nous aide à en apprendre plus sur nos progrès via des données, des graphiques et des cartes.



Tenez, sur une page liée au site, « Your Life in Numbers », il est possible de tracer l’évolution du niveau de vie dans le pays que vous habitez depuis l’année de votre naissance. Pour ce faire, il suffit simplement de sélectionner votre pays, de même que l’année de votre naissance. Voici quelques données relatives au Canada, pour une personne née en 1971, comme votre humble blogueur :



  • L’espérance de vie est passée de 73 ans en 1971 à 82,1 ans en 2015.
  • Le taux de mortalité infantile s’est réduit de 76%.
  • Le revenu par personne s’est amélioré de 113%.
  • La quantité de nourriture disponible par personne est passée de 2925 calories en 1971 à 3419 en 2011.
  • Le taux de scolarisation s’est amélioré de 33%, passant de 9,3 années en 1971 à 12,3 années en 2010.
  • Le niveau de démocratie est demeuré le même durant la période allant de 1971 à 2016.


Il vous est possible d’explorer ce site et de réaliser des expériences, en comparant notamment des données relatives au Canada à celles d’autres pays.

Le 20 novembre 2016


Proverbe/citation du jour
“Mauvaise excuse vaut mieux que pas d'excuse.”-Ralph Roister Doister

Un beau coup de pied au derrière de l’establishment médiatique
J’ai tardé à revenir sur deux articles qui ont retenu mon attention, suite à l’élection de Donald Trump a la présidence des États-Unis.

Comme je le mentionnais suite à la victoire du candidat républicain, non seulement l’establishment politique américain y a mangé un bon coup de pied au derrière, mais aussi l’establishment médiatique, de même que celui du monde artistique, car tout ce beau monde n’a pas du tout vu venir ce qui s’est produit et donnait Hillary Clinton gagnante.

Les excuses du New York Times


Quand par exemple un quotidien comme le New York Times en vient a s’excuser en lien avec sa couverture de la campagne présidentielle, on assiste à un fait hors de l’ordinaire. Le quotidien reconnaît carrément avoir été malhonnête.

Le journal new-yorkais a perdu des milliers de lecteurs et des millions de dollars en revenus publicitaires au cours des derniers mois et cette couverture partiale envers Clinton n’a pas aidé sa situation économique. C’est un fait rare qu’un éditeur (Arthur Sulzberger Jr.) en vienne à écrire ainsi. Un article en français sur le sujet peut être lu ici.

Le texte de Will Rahn de CBS News

Même son de cloche du côté de CBS News. Dans un article intitulé « The unbearable smugness of the press », Will Rahn va dans le même sens que l’éditeur en chef du New York Times.

Stefan Molyneux a produit un vidéo portant sur ce sujet. Il revient en détails sur l’histoire du New York Times, « New York Times: An Obituary and Postmortem » :



Nous pouvons maintenant nous demander si un phénomène du genre va également se produire au Canada, où les partis-pris sont aussi nombreux. Rappelez-vous par exemple comment Radio-Canada assurait la couverture des activités du gouvernement Harper.

Je serais surpris toutefois que Radio-Canada présente des excuses, relativement à sa manière d’agir envers nombre d’intervenants dans la société, que ce soit un parti politique « dérangeant », les personnes qui penchent idéologiquement à droite ou les opposants à la théorie des changements climatiques.

Cette « imperméabilité » de Radio-Canada s’explique évidemment par le fait que le financement de l’organisation est public. L’organisation médiatique canadienne qui aurait le plus intérêt à être objective, parce qu’elle est financée par tout le monde, est peut-être l’une de celles qui l’est justement le moins.

Si les Radio-Canadiens avaient à courir pour trouver des commanditaires et avaient à prendre en considération l’intérêt du public le plus large que possible , ils agiraient différemment.

dimanche 20 novembre 2016

Le 19 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
« Indignation : Sentiment de colère ou de révolte que provoque quelqu'un ou quelque chose : Les journalistes ont crié leur indignation devant le sort réservé à leur consœur. »-Larousse


Si Pascal Bérubé avait été un libéral, est-ce que la FPJQ m'aurait supporté aussi?
Merci à Jeff Plante, qui me fait prendre connaissance en cette fin de journée du samedi de la nouvelle qui suit. Semble-t-il que la député libérale de Charlevoix, Caroline Simard, aurait menacé un journaliste de la station de la région, Geoffré Samson, de CIHO FM, en le prévenant qu’elle ne lui accorderait plus d’entrevues s’il ne diffusait pas intégralement ses communiqués de presse.

Source
Geoffré Samson bénéficie déjà de l’appui de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, qui a mentionné l’histoire, tout comme Patrick Lagacé, via Twitter.

J’ai perdu mon emploi d’animateur à CJMC FM 100,3 le 11 novembre 2011, suite à des menaces du député péquiste Pascal Bérubé, qui disait avoir un dossier de 25 extraits où « je l’attaquais sans le nommer » en ajoutant qu’il avait l’appui d’organismes communautaires et qu’il voulait aussi porter plainte au CRTC. J’ai gagné en arbitrage par la suite, mais la nouvelle a paru le jour même des élections provinciales, en septembre 2012.

Bérubé avait précédemment menacé de ne plus collaborer avec la station ou d’y acheter de la publicité si je demeurais en ondes, en mai 2008. J’ai en ma possession des copies du courriel, qui a été envoyé à partir de l’Assemblée nationale.

Je me demande si la classe journalistique aurait été plus indignée si Pascal Bérubé avait été un député du PLQ, au lieu du PQ, quand il m’a fait perdre mon job, en 2011.

samedi 19 novembre 2016

Le 18 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“La richesse amassée est un fumier puant ; la richesse répandue est un engrais fertile.”-Proverbe anglais


Capitalisme versus socialisme, richesse versus pauvreté
Une image qui vaut mille mots :



vendredi 18 novembre 2016

Le 17 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“Avant, on cherchait à déformer la réalité en prenant du LSD. Maintenant que la réalité est déformée, on prend du Prozac pour tenter de la voir normalement !”-Anonyme


Le vrai objectif qu’un journaliste doit atteindre
Un tweet de la journaliste Béatrice Houchard mérite un moment de réflexion et plus encore, surtout de la part des journalistes :



La majorité des représentants des médias auraient intérêt à suivre ce sage conseil.



Photographie du jour : « Fin du jour en novembre »
La fin du jour, le 13 novembre 2016. J’espérais avoir la chance de prendre quelques bonnes images de la « Super Lune » mais dès son lever à l’Est, l’astre de la nuit baignait dans les nuages.

jeudi 17 novembre 2016

Le 16 novembre 2016

Proverbe/citation du jour
“N'ayez d'intolérance que vis-à-vis de l'intolérance.”-Hippolyte Taine


Qui sont les vrais bigots?
Je ne vous apprends rien à ce sujet : les Social Justice Warriors ont une vilaine tendance à rapidement utiliser des insultes lorsqu’ils s’attaquent à ceux et celles qui ne pensent pas comme eux. Écoutez les mots qui sortent de leur bouche et vous entendrez régulièrement des expressions comme celles qui suivent :

  • « You’re homophobic! »
  • « You’re sexist! »
  • « You’re racist! »
  • « You’re a BIGOT! »


« BIGOT ». Je m’attarde tout spécialement à ce qualificatif aujourd’hui.



On entend rarement ce mot sortir de la bouche des Social Justice Warriors francophones, mais le terme existe aussi en français, ses racines étant françaises. L’expression apparaît pour la première fois en 1135, pour décrire les anciens Normands, et le terme était injurieux.



Au fait, quelle est la signification de ce mot?

Selon Wkipédia :

« La bigoterie est une dévotion fourvoyée dans un attachement au détail, à la lettre, à des pratiques formelles, superstitieuses. Être d'une effroyable bigoterie ; détester la bigoterie ; s'enfoncer dans la bigoterie. »

Plus loin, on ajoute (c’est ce bout que je considère comme étant le plus pertinent) :

« Le terme « bigot » est très souvent utilisé dans un sens péjoratif, pour parler d'une personne qui s'accroche sans discernement à une forme, à un système ou une idéologie religieuse, au mépris de la réflexion et même lorsqu'ils sont prouvés comme faux, et qui défend ses croyances d'une manière souvent obtue et agressive. »


À voir aller les Social Justice Warriors, il me semble aisé de déterminer qui s’accroche le plus à une idéologie, au mépris de la réflexion, et qui défend ses croyances de manière agressive, autrement dit, qui est le plus bigot.


« Celui-là qui le dit, celui-là qu’il l’est! »