dimanche 30 octobre 2016

Le 30 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
« Le plus grand plaisir de la vie est de réaliser ce que les autres vous croient incapable de réaliser. »-Walter Bagehot


Truquée ou non, la photographie d’Alice Paquet et de Philippe Couillard?
Quelques lecteurs ont communiqué avec moi depuis la semaine dernière, afin de me demander de confirmer si la fameuse photo où on peut apercevoir Alice Paquet et Philippe Couillard. Je m’arrête à cette question en ce dimanche.

Divers médias, notamment BLVD 102,1 FM, en ont fait mention depuis une semaine :

Source



Je ne suis pas un expert en « Photoshop » . Conséquemment, je base ma recherche sur d’autres facteurs pouvant prouver que la photo est réelle.


D’abord, les lieux où la photo a été prise. Il s’agit d’une microbrasserie du Lac-Saint-Jean. Par respect pour les propriétaires de celle-ci, contrairement à d’autres médias, j’en tais le nom. Les gens concernés souhaitent demeurer neutres relativement à toute cette histoire.

Voici deux images de la façade de l’établissement en question, Le nom du commerce a été maquillé pour la raison que j'ai évoqué plus haut :




L’arbre situé sur la terrasse, de même que l’environnement, incluant notamment la brique, correspondent.

Selon les informations que j’ai pu obtenir, Philippe Couillard s’arrête parfois en ces lieux pour boire un verre, mais n’y tient aucune activité officielle, que ce soit comme premier ministre ou bien chef du Parti libéral.

Philippe Couillard est originaire du Lac-Saint-Jean, tout comme Alice Paquet. Selon mes sources, la photographie a été prise à la Saint-Jean-Baptiste, ou Fête nationale du Québec, si vous souhaitez désigner l’événement ainsi, le 24 juin 2016.

Alice Paquet indique dans son compte LinkedIn avoir travaillé comme serveuse dans une microbrasserie, ce qui peut aussi expliquer sa présence sur place.



En me basant sur ces divers indices, je crois en l’authenticité de cette image.

La jeune femme qui accuse Gerry Sklavounos de l’avoir violée à deux reprises dit avoir des idées politiques opposées à celles de son présumé violeur, de même qu’à celles du chef de ce dernier au sein du PLQ, tout en se faisant photographier avec le premier ministre, malgré tout.

Alice Paquet n’en est pas à sa première contradiction. Serait-ce une autre preuve que la dame souffre d'histrionisme?

Je crois que cette photo est une tempête dans un verre d'eau comme on en crée afin de miner la crédibilité d'un politicien. Vous souvenez-vous quand on a fait tout un plat d'une photo du premier ministre albertain Ralph Klein, parce qu'il apparaissait sur une photographie prise dans un bar, à la fin des années 1980, en compagnie de deux motards des Grim Reapers?


La saga Alice Paquet/Gerry Sklavounos est-elle un coup monté de Québec solidaire, ou peut-être même une « inside job » d’éléments du PLQ penchant plus à gauche désireux de tasser d’autres officiels du parti qui ont la tête plus à droite? Nous en apprendrons peut-être plus à ce sujet bientôt.

Chose sûre, la Gauche québécoise profite à fond de l’histoire, en allant chercher encore plus de financement pour des organismes sociaux. On peut même ajouter à cela d’autres actions d’ingénierie sociale via des cours supplémentaires d’éducation sexuelle.

Il arrive que l’arbre cache la forêt. Cela me semble être le cas ici.

samedi 29 octobre 2016

Le 29 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
Tout est dans la fin.”-Gérard de Nerval


Photographies du jour : «Fin de journée en octobre »
Il y a plus de deux semaines que je n’ai pas sorti mon appareil numérique pour prendre quelques images. Les derniers jours m’ont tenu occupé. C’était également le cas vendredi soir. Je n’avais pas le temps de retourner à la maison pour prendre un appareil plus performant, alors j’ai utilisé mon « mulet » que je garde toujours dans ma P.A. Mobile, soit mon vieux Fuji Finepix 700s pour prendre quelques images, une fois encore dans le secteur de la Pointe.






Ces trois images sont les seules que j’ai prises, les batteries de l’appareil ayant flanché. Mieux vaut cela que rien, n’est-ce pas?

vendredi 28 octobre 2016

Le 28 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
« Langage : camouflage d'idée, ou opium de l'intelligence. » -L'esprit des mots ou l'antidictionnaire (Georges Elgozy)


Qui bénéficie le plus de la supposée « Culture du viol » au Québec, en ce moment?
Vous voulez savoir qui bénéficie le plus de la supposée « Cultude du viol » au Québec, en ce moment?

Suite aux « crises » des agressions de l’Université Laval, de même que de l’affaire Sklavounos, le gouvernement de Philippe Couillard annonce qu’il injecte 44 millions de dollars sur cinq ans pour financer sa Stratégie pour contre les violences et l’exploitation sexuelles (2016-2021) baptisée « Les violences sexuelles, c’est NON! »


Il est aisé de lire entre les lignes : divers groupes font pression sur le gouvernement pour avoir plus d’argent, VOTRE ARGENT, pour assurer le subsistance, accroître leur influence, et même là, ce n’est pas encore assez et ils en demandent encore.

L’annonce récente du gouvernement ne signifie rien d’autre qu’on va engraisser davantage la gauche radicale et les Social Justice Warriors.

Le 27 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
« Karl Marx a certainement reconnu l'existence des hiérarchies, mais semble avoir cru qu'elles étaient le fait des capitalistes. En prônant une société non hiérarchique, il ne comprit manifestement pas que l'homme est hiérarchique de nature, qu'il veut et doit avoir des hiérarchies, qu'elles soient patriarcales, aristocratiques, capitalistes ou socialistes. »-Laurence J. Peter (Le Principe de Peter)


Miranda Kay Rader est une autre victime du patriarcat, je suppose...
Alors qu’il circulait dans un véhicule de patrouille, mercedi soir dernier, aux environs de 20h40, l’officier John Sartell, de la police de Bryan, une ville située à 160km de Houston, a soudainement entendu un véhicule utilitaire sport qui freinait brusquement à l’arrière. Une Acura SUV a alors embouti sa voiture.


En s’approchant de l’Acura, il a aperçu une femme, Miranda Kay Rader, une étudiante universitaire de 19 ans, qui tentait de remettre son soutien-gorge et sa blouse. L’officier a demandé à la jeune dame pourquoi elle agissait de la sorte. Elle lui a dit qu’elle tentait de prendre une image Snapchat pour son copain.

Miranda Kay Rader (Instagram)

Deux témoins ont déclaré à la police que le véhicule de déplaçait de manière erratique. En observant l’intérieur du véhicule, l’officier Hartell a découvert une bouteille de vin ouverte dans le support pour tasses situé entre les deux sièges à l’avant. La bouteille était vide aux trois-quarts. Miranda Rader a alors dit au policier qu’elle en avait bu le quart avec des amis, en partageant le reste.

Miranda Kay Rader (Instagram)


La jeune femme a échoué des tests préliminaires de sobriété réalisés sur place. Elle a ensuite été amenée dans un centre médical local pour une prise de sang.

La jeune dame a été arrêtée pour conduite avec facultés affaiblies et a été relâchée jeudi matin, en payant une caution de $2000.

Miranda Kay Rader (Instagram)

Miranda Rader fait face à une peine pouvant aller jusqu’à six mois de prison.

Grosso modo, ceci est l’histoire d’une jeune femme blanche privilégiée de 19 ans, qui conduit en étant saoule et qui en plus est assez stupide pour prendre une photo de ses seins pour son chum en étant au volant.

Miranda Kay Rader (Instagram)

Si des féministes étaient questionnées à propos de tout cela, je suppose qu’elles nous répondraient que Miranda Rader est une victime du patriarcat...

mercredi 26 octobre 2016

Le 26 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“Plus on sait, plus on doute.”-Pie II


Qui est vraiment la victime dans l’histoire de Rosalie Genest, qui se dit survivante d’un viol?
Alice Paquet est depuis quelques jours au centre de l’attention médiatique, suite à sa déclaration qu’elle aurait été agressée sexuellement à deux reprises par un élu de l’Assemblée nationale, Gerry Sklavounos. La jeune dame a rencontré la police à ce sujet hier.

Rosalie Genest (Photo : Amaury Paul)

On entend beaucoup moins parler de Rosalie Genest, une jeune étudiante de 20 ans qui était à ses côtés sur le podium le même soir, et que l’on peut entendre déclarer qu’elle aurait aussi été victime d’un viol :



Rosalie Genest a donné des détails au sujet de sa présumée agression lors d’une entrevue sur les ondes de Radio-Canada, mais aussi dans un article d’Impact Campus écrit par Amaury Paul intitulé « Rosalie Genest, 20 ans et survivante d’un viol ».


Les faits (basés sur des informations données par Rosalie Genest elle-même) :

  • Rosalie Genest, 20 ans, étudie en sciences de la nature au cégep F.X. Garneau. Elle milite pour la cause féministe en étant coordonnatrice au sein du Comité femmes, en étant aussi rédactrice en chef du journal étudiant;
  • La jeune dame est devenue membre du Parti libéral du Québec, où elle a milité entre autres pour que les femmes occupent une place plus importante, à titre de candidates lors des élections;
  • Elle rencontre celui qu’elle décrit comme étant son agresseur via des activités du PLQ;
  • Le viol se serait déroulé durant la nuit du 2 au 3 octobre 2015, suite à un souper où elle a consommé de l’alcool, en compagnie de son présumé agresseur et d'un autre homme. Le trio devait souper, puis se rendre au centre Vidéotron pour assister à un spectacle;
  • Rosalie Genest dit avoir eu un black out. Elle se serait retrouvée nue, d’abord dans la douche, puis dans un lit, où son présumé agresseur, qui était encore habillé, s'en serait pris à elle;
  • La troisième personne présente sur les lieux dormait ailleurs dans l’appartement;
  • Rosalie Genest aurait ensuite quitté les lieux pour se rendre au spectacle, où un ami lui aurait dit qu’il avait l’impression qu’elle avait « quitté son corps »;
  • Le lendemain, la jeune dame s’est rendue à l’hôpital, avec le corps couvert d’ecchymoses. Elle dit qu’elle avait des prunes dans le front et des bleus partout, avec une hanche « un peu déplacée »;
  • Rosalie Genest croit qu’il y a eu usage de drogue du viol, mais que parce qu’elle a vomi et que ce serait une drogue qui se perd rapidement dans le sang, aucune trace visible n’en serait demeurée;
  • L’étudiante de 20 ans a porté plainte pour viol à l’hôpital;
  • Le processus n’a pas mené à des accusations du présumé violeur. Selon Rosalie Genest, la procureure de la Couronne aurait refusé le dossier, et ce, toujours selon elle, parce qu’entre le moment où elle a vomi et le moment où elle aurait été agressée, elle aurait pu reprendre ses esprits et consentir. Sans preuves béton, sans témoin, c’est sa parole contre celle de l’agresseur.


Rosalie Genest affirme aussi dans l’article d’Impact Campus que celui qu’elle accuse de l’avoir violée marche en homme libre et n’a qu’une tache à son dossier.

Est-ce vraiment le cas?

Rosalie Genest a porté plainte au début du mois d’octobre 2015 et une période de presque une année entière s’est déroulée avant que la procureure annonce qu’il n’y aurait pas de poursuite, à la fin du mois de septembre 2016.

Les allégations de viol sur la jeune femme coûtent cher au présumé agresseur, et ce même si, on le rappelle, la Couronne n’a pas jugé valable de donner suite à la plainte : perte d’emploi, frais juridiques élevés, impact sur la réputation, troubles psychologiques, et, comme le dit elle-même Rosalie Genest, une tache à son dossier qui risque de lui nuire pour le reste de ses jours, et ce malgré l'inexistence d'une condamnation.

Pour en revenir à la version de Rosalie Genest, plusieurs interrogations demeurent :

  • S’il y a vraiment eu drogue du viol et agression, aurait-elle été en mesure non seulement de quitter les lieux, mais de se rendre au spectacle comme elle l’affirme?
  • La drogue du viol peut être détectée dans le sang et dans l’urine durant plusieurs heures (ici on mentionne 12h dans l’urine et 6h dans le sang). S’il y a eu des analyses, combien de temps se sont-elles déroulées après la présumée agression?
  • Rosalie Genest affirme durant une entrevue à Radio-Canada qu’elle prenait des médicaments à l’époque du viol présumé. Ceux-ci auraient-ils pu la rendre malade en conjonction avec l’alcool?
  • La jeune militante féministe mentionne des bleus, des bosses et une hanche un peu déplacée. Se pourrait-il que cela résulte du fait qu’elle soit tombée et qu’elle se soit blessée en état d’ébriété, ou bien qu’un chum jaloux suite à sa sortie avec deux autres hommes l’aurait violentée? C'est là une spéculation, mais quand même chose possible.

L’article d’Impact Campus et l’entrevue de Radio-Canada avec la jeune dame traitent l’affaire comme si elle est une victime d’une injustice et comme si elle a été violée, et ce sans le moindrement prendre en considération l’absence de preuves suffisantes pour qu’il y ait poursuite contre le présumé agresseur.

Se pourrait-il que la vraie victime dans toute cette histoire ne soit que l’homme accusé de viol par Rosalie Genest?

Advenant le cas où Gerry Sklavounos, qui fait face à des accusations similaires, lancées par Alice Paquet, ne serait pas poursuivi en justice,  combien va-t-il avoir à payer comme prix, que ce soit en perte de réputation, en frais juridiques, et sur le plan familial, parce qu'il a une femme et des enfants?

Fait à noter également, Alice Paquet a demandé publiquement à Rosalie Genest de ne plus parler en son nom, car elle aurait "perdu le contrôle de sa cause". J'ai vu passer un article le mentionnant, mais je n'arrive pas à le retrouver. Un lecteur pourra peut-être m'assister pour retracer la source. Cela serait apprécié.

MISE À JOUR - LE 27 OCTOBRE 2016
Un lecteur m'a fait parvenir un lien vers l'article où on mentionne qu'Alice Paquet a demandé à Rosalie Genest de ne plus parler en son nom. Il s'agit d'un texte du Journal de Québec qui peut en lu en suivant ce lien.

mardi 25 octobre 2016

Le 25 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“La parole reflète l'âme.”-Sénèque


Quelques entrevues récentes de votre humble blogueur portant sur l’affaire Alice Paquet-Gerry Sklavounos
J’ai été au cours des derniers jours passablement occupé, bien entendu suite à la sortie d’une primeur, vendredi passé, en lien avec le passé de prostituée d’Alice Paquet, mais aussi parce que j’ai un emploi régulier et que je dois veiller au grain.



Les révélations sur Alice Paquet ayant été faites un vendredi en fin de journée, je m’attendais à ce que la nouvelle n’ait pas autant d’impact qu’elle aurait pu en avoir si elle avait paru durant la semaine. N’empêche que quelques médias sont entrés en contact avec moi pour que j’en jase en ondes.

Des liens vers les entrevues :


« Dossier Alice Paquet avec le blogueur Paul André Beaulieu – le 24 octobre » (Energie 98,9, l’émission « La Commission Gendron », avec Stéphane Gendron et son équipe)

« P.A. Beaulieu a découvert le passé d’escorte d’Alice Paquet » (KYK Radio X, l’émission Midi pile, avec Frédéric Gagné et Simon Tremblay)

J’ai parlé plus longuement sur le sujet la fin de semaine dernier, en participant à l’émission En direct de nulle part, avec Daniel Mazzcotti. L’extrait de ma participation est disponible sur Radio Ego.

Cela fait du bien de retrouve un micro, même si cela est de manière indirecte, après quelque cinq années passées sans en avoir un à moi.

Bonne écoute!


lundi 24 octobre 2016

Le 24 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“L’opinion publique est un tyran.”-Proverbe français


Un texte d’Alice Paquet publié par Le Devoir
Le Devoir publie aujourd’hui une lettre d’opinion d’Alice Paquet « Elle n’a pas l’air d’une fille qui s’est fait violer. » 



En voici quelques extraits :

« J’ai en effet perdu le contrôle sur l’histoire, les faits et leur interprétation : alors que j’avais été présentée d’abord comme une fille confuse, puis comme une ex-prostituée, tout était mis en œuvre pour éroder la force et la crédibilité de ma parole. Ce qui me choque, c’est qu’on ait fouillé dans ma vie privée pour y repérer des détails qui n’ont servi qu’à détourner l’attention publique de l’agression dont j’ai été victime et à camoufler l’enjeu principal — en l’occurrence la banalisation et la minimisation systématiques des violences sexuelles à l’endroit des femmes. »

J’en suis désolé, mais j’ai plutôt l’impression que par ses actions, Alice Paquet érode elle-même sa propre crédibilité.

Pour ce qui est de sa « vie privée », la jeune dame ne semble malheureusement pas comprendre que lorsque l’on devient une personnalité publique, notre « vie privée » ne l’est plus, du moins pas autant qu’auparavant.

Ensuite :

« Un article du Journal de Québec indique effectivement que des « révélations troublantes » à mon propos sont parues à la suite des recherches d’un blogueur. On y apprend notamment que j’ai déjà été escorte, comme si une telle information avait une incidence sur le bris de consentement dont j’ai été victime, à l’instar de tant de femmes. Cette intrusion dans ma vie privée ne m’apparaît pas seulement comme du voyeurisme déplacé, mais constitue bien le prolongement d’une longue tradition de dénigrement des femmes qui osent parler de sujets tels que le viol ou le harcèlement, en public comme en privé. »


Alice Paquet reconnaît avoir travaillé comme escorte, et ici encore on ne peut même pas parler d’intrusion dans sa vie privée, car elle a elle-même publiquement donné ces informations lors d’une conférence au cégep F.X. Garneau. Mes recherches (car je suis le blogueur auquel elle fait référence) sont uniquement basées sur des informations qu’elle a diffusées de son plein gré.

J’ai indiqué clairement dans mon billet que le fait qu’Alice Paquet ait peut-être rencontré Gerry Sklavounos à titre de prostituée ne change rien au fait que s’il a abusé d’elle contre son gré, il doit en subir les conséquences en justice.

Je ne banalise pas non plus la violence faite aux femmes (pas plus que la violence exercée à l’endroit de quiconque, quel que soit le sexe de la personne ou son orientation sexuelle). Je crois que c’est aussi le cas de la large majorité des gens qui s’expriment sur le sujet présentement au Québec, même si nous n’adhérons pas tous à l’idéologie de femmes comme Alice Paquet.

Une question pour conclure : est-ce qu’Alice Paquet a écrit ce texte elle-même? Je crois que non. Il s’agit plus selon moi de l’oeuvre de personnes du mouvement dans lequel elle est impliquée.

Le 23 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
« Là où l'arbitraire règne, la justice est absente et, là où elle est absente, pousse le ressentiment conséquence entièrement prévisible lorsque l'on criminalise des pensées et non des actions. »-Jean Bricmont (La république des censeurs)


Cela était prévisible

En mettant ce billet en ligne, je savais à l’avance que je ferais l’objet de critiques et que je me ferais accuser d’excuser le viol. Comme je l’ai alors indiqué, je le cite ici bas :

« Qu’il y ait eu prostitution ou non, rien n’excuse le député Gerry Sklavounos s’il a effectivement forcé Alice Paquet à avoir des rapports sexuels avec lui. Dans un tel cas, il doit être puni à une juste mesure en fonction de son crime. »

Bien sûr, il y en a qui ne me croiront jamais et qui vont poursuivre leurs accusations à leur endroit, en cherchant le moindre point compromettant de mon passé pour me discréditer, et c’est exactement ce qui est arrivé.

Tenez, Pierre Schneider a publié ceci sur sa page Facebook personnelle :



Je ne salie pas Alice Paquet monsieur Schneider, je me contente d’exposer les faits, en ajoutant même qu’à mon avis cette jeune dame est manipulée pour une cause et qu’elle a besoin de soins. Je n’excuse pas plus le viol, quelle que soit la personne qui en est victime.

Cependant, divers indices laissent croire que la situation n’est pas nécessairement ce que la présumé victime veut laisser croire.

Pierre Schneider (source)
Je suppose que je dois considérer comme un honneur de me faire traiter de trou de cul par un ancien felquiste et ses supporteurs. La fameuse photo de P.A. Beaulieu, le blogueur au .357 expulsé d’une assemblée du PQ à Cap-Chat réapparaît, et elle réapparaîtra encore.

 
Johanne Fournier, du Soleil, a complètement ignoré dans son article le fait (elle en était au courant bien avant) que je me rendais sur place "armé" uniquement d'un jugement en format papier qui indisposait un député qui a usé de menaces pour me faire perdre mon job d'animateur, en 2011. C'est là la raison qui a fait en sorte que la SQ exerçait une surveillance à mon endroit. J'ai même quitté les lieux dans mon véhicule après avoir jasé avec le chef du poste local et un autre agent, sans jamais me faire arrêter, ni saisir quoi que ce soit.

Ce choix de photo de Johanne Fournier est « cheap shot » à mon avis, car cette journaliste, qui n’hésite jamais à vanter son « professionalisme », sait très bien qu’une minorité de gens lisent les articles au complet, la plupart se contentant de regarder les images et le titre. Des gens sont encore convaincus que je me suis rendu à Cap-Chat armé, dans le but d’agresser Pierre Karl Péladeau. C’est aussi la première photo qui apparaît si vous réalisez un recherche à mon sujet via Internet.
Il est difficile pour un individu disposant de peu de moyens de se lancer dans une poursuite judiciaire contre un grand média. J’ai donc mis mes énergies dans une plainte au Conseil de presse. Or, cette plainte a été rejeté majoritairement par un comité, par trois votes sur cinq (avec une abstention et une personne en ma faveur) en mai dernier.

La vraie sanction à laquelle doit peut-être faire face la journaliste du Soleil qui a écrit l’article et choisit cette photo est qu’en agissant comme elle le fait, elle se mets à dos d’autres membres des médias, de même que diverses personnalités publiques, qui choisissent de ne pas lui accorder la moindre entrevue parce qu’elle les traitent comme elle m’a traité. La dame peut toujours se contenter de « voler » des informations dans les textes des autres, comme elle l’a fait avec le contenu d’un de mes billets liés à l’affaire Donusz pour ses articles dans le journal Graffici , en voici un, puis un autre. Vous pouvez comparer avec le contenu de mon billet où je donne des informations qu’aucun autre média n’a diffusé à ce sujet.

Pour revenir à ma fameuse photo du .357, je suis amateur d'armes, oui. Toutefois, je le suis dans les limites de la légalité, et mes actions, incluant celles liées à mon blog, le sont.

Je n'ai pas le sang d'innocents sur les main dans la défense de ma cause monsieur, pas plus que je n'ai eu (et je n'aurais pas) à poser des bombes ou à lancer des engins incendiaires pour faire valoir mon point de vue. Vos anciens camarades felquistes et vous pouvez-vous en dire autant, monsieur Schneider? Vous trouverez en suivant ce lien un résumé des actions du FLQ et vous pourrez mieux comprendre à quoi je fais référence. D'autres photos se trouvent sur cette page et une chronologie ici.

Vous avez payé votre dette à la société, relativement à votre passé de révolutionnaire. Vous êtes un homme libre et je ne crois pas que vous représentez un danger pour la société.

D'ailleurs, même s'il est clair que vous et moi avons des visions du monde diamétralement opposées, je crois que vous devez avoir droit de vous exprimer tout autant que quiconque. Cela implique que vous avez la possibilité de me traiter de trou de cul et je l'accepte. Je n'ai malheureusement pas l'impression que pour votre part, vous avez la même idée à mon endroit.

Je laisse aux lecteurs la possibilité de déterminer qui est vraiment un "trou de cul" à leurs yeux, parce que je crois qu'ils sont assez grands pour le faire par eux-mêmes.

samedi 22 octobre 2016

Le 22 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“Qui conçoit en secret accouche en public.”-Proverbe turc


Mon intervention à l’émission « En direct de nulle part » à propos de l’affaire Alice Paquet-Gerry Sklavounos
Mon billet d’hier, dans lequel je révélais en exclusivité des détails encore méconnus liés à l’affaire Alice Paquet-Gerry Sklavounos, génère beaucoup d’attention médiatique. TVA couvre le tout dans ses bulletins de nouvelles, tandis que le Journal de Québec propose un article sur le sujet.




Si vous souhaitez connaître plus de détails, je vous invite à écouter l’émission En direct de nulle part, à laquelle je participe. Vous pourrez y entendre d’autres excellents chroniqueurs dans l’édition de cette semaine, dont voici le contenu :


BREAKING NEWS PA BEAULIEU: Véritable pavé dans la marre, notre chroniqueur PA Beaulieu fouille l’histoire du député libéral Gerry Sklavounos et de Alice Paquet qui l’accuse de l’avoir violé. Ce que PA a découvert en surprendra plus d’un puisque ladite victime aurait été prostituée… Une révélation qui soulève beaucoup de questions!
VINCENT GELOSO : Quand  Vincent et Pierre Fortin sont tous les 2 d’accords sur un même sujet, il se passe véritablement quelques choses. C’est le cas sur le sujet de la hausse du salaire minimum et Vincent nous explique son point de vue. On parles aussi avec lui de sa note économique publiée à l’IEDM concernant les performances de la STM et un sénario de privatisation de la société des transport comme ça s’est fait ailleurs dans le monde.
KEN ET L’HISTOIRE OBSCURE : Ken Pereira s’attaque à l’histoire de Paul Martin et son empire financier. Partout dans le monde cet homme qui disais se battre contre les paradis fiscaux a multiplié les stratagème financiers afin d’éviter de payer de l’impot dans le pays qu’il représentait à titre de Premier Ministre
MICHEL MORIN : Notre chroniqueur le journaliste d’enquête est sidéré de qui se passe avec Hydro-Québec et son contrat avec l’Ontario. On continue à construire des centrales à gros prix et on vends à l’extérieur pour des peanuts! Michel Morin analyse également l’échec de l’accord de libre-échange Canada/Europe et s’intéresse au dossier des transferts d’argent fédéraux dans les budget de santés provinciaux
LE RAPPORT DU SGT. ROY : Un an de règne sur Justin, ca ne laisse pas le Sergent indifférent! Mais Sergent parles aussi des écoeuranteries de ce monde, le violeur de bébé de 3 mois, la religion de Jéhovah qui tue, les femmes et l’équité salariale et beaucoup d’autres sujets qui font monter la pression du Sergent!

L’émission, qui dure 4h11min cette semaine, peut être entendue ici. Ma participation s’échelonne de la 32e minute à 1h07min.

Bonne écoute, et merci à vous de supporter les petits médias indépendants.

vendredi 21 octobre 2016

Le 21 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“Le temps révèle toute chose.”-Tertullien


Alice Paquet, qui accuse le député Gerry Sklavounos de l'avoir violée, l'a-t-elle rencontré à titre de prostituée?
Alice Paquet, une étudiante de 21 ans de Québec originaire de Dolbeau, au Lac-Saint-Jean, accuse un député provincial de l’avoir violée à deux reprises, en 2014, alors qu’elle travaillait dans un restaurant fréquenté par l’élu. Cette déclaration a été faite mercredi soir, lors d’un rassemblement intitulé « Sans oui c’est non!» à Québec, alors qu’elle était sur scène en compagnie de la coordonnatrice du Comité Femmes du cégep F.X. Garneau, Rosalie Genest. Le vidéo qui suit provient de la page Facebook de madame Genest :



Nous avons appris depuis que le député en question est Gerry Sklavounos. Ce dernier a été expulsé du caucus libéral. L’élu clame son innocence.


Gerry Sklavounos
La jeune dame s’est confiée à Anne-Marie Dussault, de Radio-Canada. Elle mentionne durant l’entrevue avoir été agressée sexuellement mais elle aurait attendu jusqu’au mois de mars 2016 avant de porter plainte contre le député. Le long délai pour porter plainte s’explique selon elle par le fait qu’on l’aurait dissuadée de dénoncer l’élu.

Je note quelques points dans cette même entrevue avec Anne-Marie Dussault, à savoir qu’Alice Paquet aurait rencontré Gerry Sklavounos à deux reprises, et ce malgré le malaise qu’elle aurait eu suite à une première invitation dans la chambre de celui-ci.

Le député l’y aurait invitée pour parler de politique dans un milieu autre que celui où travaillait l’étudiante du cégep F.X. Garneau, mais elle avait alors ses règles, selon ses dires, ce qui n’aurait pas fait reculer le député dans ses tentatives d’avoir des contacts sexuels avec elle.

Alice Paquet (CBC)
Pourquoi a-t-elle rencontré une seconde fois le député après une première mauvaise expérience. La jeune dame semblait aussi éprouver une attirance à son endroit, malgré des opinions politiques divergentes, comme elle le déclare aussi dans l’entrevue?

Concernant la tendance politique de la jeune dame, je serais porté à croire qu'elle milite pour Québec solidaire, comme beaucoup de dames impliquées dans le mouvement féministe, mais ceci est une spéculation de ma part.

Le Journal de Québec donne d’autres détails ici.

Alice Paquet déclare aussi souffrir de problèmes psychologiques. Ceux-ci l’affectaient-elle déjà avant qu’elle croise Gerry Sklavounos?

Pourquoi Alice Paquet a-t-elle cessé ses démarches auprès de la police lors des deux viols, y aurait-il un autre motif caché derrière son recul à ce moment?

J’ai effectué une recherche au sujet d’Alice Paquet via Internet. La jeune dame a fréquenté le cégep F.X. Garneau et y a participé à diverses activités, notamment une conférence sur la prostitution, « Le désir qui coûte cher », qui a eu lieu le 22 mars dernier. Elle y était conférencière. Notez qu’Alice Paquet est présentée comme étant aussi membre du « Comité Femmes de l'AGECFXG » :

Une capture de la page en question


En quoi Alice Paquet avait-elle les connaissances pour agir à titre de conférencière sur un sujet comme la prostitution?

Est-elle une travailleuse ou ex-travailleuse dans le domaine?

J'ai décidé de creuser davantage. C'est dans un document émanant du cégep F.X. Garneau que j'ai trouvé une bribe d'information qui semble indiquer que oui.



"Alice Paquet, ex-prostituée et membre active du comité."

Notez qu'il peut s'agir d'une erreur de la part des personnes qui ont écrit ledit bilan, mais cela est quand même possible : Alice Paquet pourrait avoir été une prostituée, d'autant plus qu'elle a animé une conférence sur le sujet, ce qui laisse présager qu'elle aurait de l'expérience dans le domaine.

Se pourrait-il qu’Alice Paquet se soit rendue dans la chambre du député non pas comme employée du restaurant, mais à titre de prostituée sollicitée par l’homme?

Cela pourrait aussi expliquer pourquoi elle l'a rencontré à deux reprises, malgré la tournure de la première rencontre, et l'hésitation de la victime à porter plainte en justice, car en agissant de la sorte, le grand public aurait été mis au courant de ses activités comme travailleuse du sexe.

Qu’il y ait eu prostitution ou non, rien n’excuse le député Gerry Sklavounos s’il a effectivement forcé Alice Paquet à avoir des rapports sexuels avec lui. Dans un tel cas, il doit être puni à une juste mesure en fonction de son crime.

Cependant, je crois que le député a droit à la présomption d’innocence, comme toute personne accusée d’un crime. Malheureusement, les personnes pour qui il est coupable sont déjà nombreuses.

Avant de nous emporter, nous devrions laisser l’enquête suivre son cours. Il se pourrait bien que d’autres détails qui pourraient être dévoilés sur cette histoire nous amènent à en avoir une perspective bien différente.

Voici finalement une autre page où on obtient d’autres détails sur Alice Paquet , « Nous sommes féministes », via Tumblr :



Le 20 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“On résiste à l’invasion des armées, on ne résiste pas à l’invasion des idées.”-Victor Hugo


La Résistance française a-t-elle vraiment été utile durant la Seconde Guerre mondiale?
Ce qui suit est un court vidéo documentaire fort intéressant produit par Lindy Beige. Il porte sur la Résistance française et ses actions, au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Nous sommes portés à croire que les résistants formaient un bloc et agissaient tous de concert contre l’occupant allemand. Or, ce n’était pas le cas. Diverses factions aux allégeances parfois complètement opposées luttaient contre les Nazis. Il arrivait même qu’un groupe de résistants vole des armes à un autre groupe de résistants, car cela était moins risqué que de s’emparer d’armes allemandes. Certains groupes en dénonçaient même d’autres, comme par exemple lorsque des Français plus conservateurs donnaient des informations à propos de Communistes aux Allemands pour se débarrasser de partisans qui les indisposaient.

Au niveau organisationnel, sans l’intervention du SOE (Special Operations Executive) britannique, ces groupes n’auraient pas été aussi bien équipés pour lutter contre l’ennemi. Les têtes dirigeantes des divers réseaux de résistants étaient des officiers envoyés par Londres. De Gaulle lui-même n'était pas informé des actions du SOE, car la sécurité au sein des forces françaises n'était pas considérée suffisante.

Pour ce qui est de l’armement, en 1944, afin d’éviter une future guerre civile, les Alliés ont considérablement réduit leurs envois aux Français luttant contre l’Allemagne nazie.

Le vidéo de Lindy Beige suit :



Pour conclure sur une bonne note, on estime que la Résistance a vraiment prouvé son efficacité lorsqu’elle a lancé des opérations à plus large échelle contre les Nazis lors du débarquement de 1944. 


Le réseau ferroviaire était fonctionnel à 30% seulement à ce moment, et les actions de la résistance ont permis de ralentir des troupes essentielles pour repousser les Alliés, notamment des Panzers qui étaient situés à trois jours de la Normandie, mais qui ont pris deux semaines (17 jours en fait) à s’y rendre à cause des obstacles dressés sur leur chemin.

Sans ces actions de partisans, les Allemands auraient pu résister plus efficacement lors du débarquement.

On peut donc dire que la Résistance a été utile, oui, mais de nombreux mythes l'entourent et la réalité n'est pas aussi belle que ce que de nombreux auteurs veulent nous faire croire.

mercredi 19 octobre 2016

Le 19 octobre 2016

Proverbe/citation du jour
“L'homme ne progresse pas de l'erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d'une vérité moindre à une vérité plus grande.”-Swami Vivekananda


Pascal Bérubé, vendeur de chars
Ayant été occupé toute la journée dans mes diverses activités en immobilier, ce n’est qu’en rentrant chez moi en soirée que j’ai découvert cette caricature qui m’a bien fait rire :

Pascal Bérubé, vendeur de chars… (Source)

La caricature en question fait référence au fait que le député de Matane-Matapédia a participé à une publicité de concessionnaires de la région de Matane et que son chef, Jean-François Lisée, l’a rabroué à ce sujet.

C’est une première à ce que je sache, car c’est la première fois que Pascal Bérubé fait l’objet d’une caricature, et par Chapleau, en plus.

Je suppose que le principal intéressé doit « mâchouiller » en voyant ladite caricature, aussi souciant de sa belle image qu’il est.

Pendant ce temps, sur sa page Facebook, il vante ses mérites, sans mentionner le moindre détail des critiques qu’il a subies au cours des derniers jours, notamment suite à son renvoi d’un attaché politique de son bureau d’Amqui ou bien les détails relatifs à sa participation à une publicité de concessionnaires automobiles. On peut par exemple voir ceci sur sa page :



Il y a aussi une autre page Facebook (je ne suis pas bloqué sur celle-là mais je ne peux y émettre de commentaires, bizarre non?) sur laquelle l’image de couverture met en valeur les nouvelles fonctions du député de Matane-Matapédia :



« Leader parlementaire de l’opposition officielle » hein? Ne vous souvenez-vous pas, gens de Matane-Matapédia, que ce même député vous a affirmé, via les médias, dans le passé, que sa priorité n’était pas le rang qu’il occupe, mais plutôt de servir les citoyens de sa circonscription? Dommage, je ne trouve pas ce soir d’articles portant sur le sujet.

Je me souviens d’une occasion où, via le journal L’Avantage, le député (qui était alors ministre du Tourisme) se vantait de « braver la tempête » pour servir ses électeurs (facile quand on a un chauffeur payé par les contribuables pour s’occuper du tout non?)

Rappelez-vous toutes les annonces via son budget discrétionnaire où il dit "donner" alors qu'en réalité il s'agit de l'argent du peuple...

Rappelez-vous aussi de toutes les annonces où Pascal Bérubé disait travailler à la problématique de la pénurie de médecins et des dentistes, en Haute-Gaspésie. Rien n'a jamais avancé en la matière, via celui qui est le nouveau leader parlementaire du PQ.

Ce même député a, à plusieurs reprises, parlé des difficultés de servir les citoyens d’une circonscription comme la sienne, vu sa superficie et le nombre de villes et villages.

Si Pascal Bérubé tient tant à servir d’abord les citoyens qui l’ont élu, pourquoi vise-t-il un poste aussi prestigieux au sein du PQ?

Ce même Pascal Bérubé a dans le passé dit qu’il demeurerait neutre dans la course à la chefferie, mais finalement, il a appuyé Jean-François Lisée. Rappelez-vous, Pascal Bérubé est toujours du bon côté, ce même Pascal Bérubé qui s’est dit tenté par la course à la chefferie, mais qui a rapidement changé son capot de bord en sentant -fort probablement- qu’il n’avait pas le vent de son bord.

Vous pouvez vous-même fouiller sur le Web et vous aurez sous vos yeux une multitude de preuves que le député de Matane-Matapédia n’est qu’un Kid Kodak (vendeur de chars dans un certain sens) qui ne vit uniquement que pour son image et qui n’amène absolument rien de plus que ce que produit un député très ordinaire en terme de travail.

Je conclue ce billet comme bien d’autres auparavant, en lien non seulement avec Pascal Bérubé, mais aussi avec tellement d’autres élus : si les médias n’étaient pas aussi complaisants, si le système scolaire faisait bien son travail, y’a des politiciens qui ne seraient jamais élus, et à mon avis, Pascal Bérubé fait partie du lot (comme Justin Trudeau).

La caricature de Chapleau ne donne peut-être rien d'autre qu'un triste portrait de la réalité, à savoir que malgré les belles apparences, Pascal Bérubé n'est qu'un vendeur de minounes qui ne livre pas une marchandise à la hauteur de ce qu'il promet, pour ne pas dire qu'il ne livre rien du tout, ou presque.