dimanche 31 mars 2013

Sujet du 31 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Quand un politicien se touche le visage il dit la vérité, quand il se gratte l'oreille il dit la vérité, quand il lève le pouce il dit la vérité ; c'est quand il remue les lèvres qu'il ment.» -Batiste W. Foisy


Comment séparer les faits de la fiction en ligne
Le développement du Web a amené des changements radicaux dans le domaine de l'information. Le bouleversement ne concerne pas les résultats, mais plutôt les contributions. Il n'y a pas si longtemps le public demeurait passif face aux organisations faisant circuler la nouvelle, mais la balance du pouvoir a changé : désormais, grâce aux technologies modernes, tout citoyen peut activement contribuer au processus et le délai de réaction est bien plus rapide.

Markham Nolan
Un citoyen peut par exemple directement rapporter aux médias qu'un accident se produit sur le coin d'une rue et en quelques minutes à peine l'information se retrouvera dans les médias. Que ceux et celles parmi vous qui sont assez vieux pour s'en souvenir se rappellent comment ils auraient rapporté une nouvelle similaire il y a de cela 30 ans, à une époque où les téléphones intelligents et Internet n'étaient présents que dans des émissions de télévision futuristes. Il fallait alors trouver un téléphone, communiquer avec la presse et avec un peu de chance, un délai de quelques minutes s'écoulait avant qu'une station de radio mentionne l'accident, alors qu'il fallait une journée au minimum avant qu'un quotidien ou une station de télévision le rapporte et même une semaine pour que l'hebdomadaire local rapporte l'histoire! Voici quelques données sur le sujet :

  • Chaque minute, 72 heures de vidéos sont ajoutées sur YouTube
  • Chaque seconde, 58 photos sont ajoutées sur Instagram
  • Chaque seconde, 3500 photos sont ajoutées sur Facebook

Une quantité phénoménale d'informations circule désormais mais comment le journaliste ou un citoyen ordinaire peut-il séparer le vrai du faux?

Dans une présentation d'une durée de 13 minutes, le journaliste Markham Nolan enseigne à l'auditoire comment utiliser des outils disponibles sur Internet, des outils qui sont tous gratuits soit dit en passant, afin de déterminer si une information, une image ou un vidéo relève du vrai ou du faux.

Par exemple, durant sa présentation, Nolan démontre qu'un vidéo de la foudre frappant près d'une maison pendant qu'une dame filme à l'extérieur durant un orage est réel, en vérifiant le nom et la localisation de la personne, des rapports de météo sur la région où le vidéo a été réalisé le jour de l'orage et aussi Google Maps, qui grâce à une photo aérienne permet de comparer l'environnement. N'importe qui parmi nous peut désormais agir de la sorte pour valider une information, ce qui aurait été pratiquement impossible il y a quelques années.

Pensez maintenant à tout ce qui peut être découvert et diffusé à votre propre sujet à travers vos interactions via Internet...

Markham Nolan conclut sa présentation en mentionnant que quels que soient les outils dont nous disposons, la recherche de la vérité implique toujours la présence d'un élément humain.

La vérité n'est jamais binaire. La vérité est une valeur. La vérité est émotionnelle, elle est fluide, et surtout, elle est humaine. Quelques soient les outils disponibles, l'élément humain ne peut être supprimé de l'exercice de recherche de la vérité, parce qu'en fin de compte, c'est un trait exclusivement humain.

Heureusement pour ceux et celles parmi vous qui ne comprennent pas la langue anglaise, la présentation est aussi offerte avec des sous-titres.

Bon visionnement!

Pour plus de détails :

samedi 30 mars 2013

Sujet du 30 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Il y a des gens qui ont la susceptibilité de l'huître. On ne peut y toucher sans qu'ils se contractent.» -Paul-Jean Toulet


Les femmes ont-elles la gâchette plus facile que les hommes?
Au moment même où j'appuyais sur le bouton pour la mise en ligne de mon billet, intitulé « 42 points négatifs à propos des femmes nord-américaines », peu avant minuit, le 23 mars dernier, j'étais pleinement conscient de l'éruption qui allait se produire, mais je ne pouvais en estimer l'ampleur.

Une semaine plus tard, la tempête semble se calmer. En ce samedi, le temps d'un billet, j'effectue un retour sur cette histoire qui, à mon avis, en dit long sur une problématique de notre société qui va bien au-delà de la perception qu'ont des centaines de nouveaux lecteurs de mon blog pour qui je ne suis qu'un imbécile qui mérite de se faire fermer la gueule.

Mon blog a, au cours de la semaine qui se termine, reçu un nombre de visites record, tout comme ma boîte de courriel, qui s'est vite remplie de commentaires, en grande majorité peu élogieux à mon endroit, la plupart étant anonyme. Il est toujours plus facile de cracher sur une personne quand elle a le dos tourné n'est-ce pas? Par exemple, une dame m'a invité à aller baiser une chèvre, un « écrivain » a créé une liste en 42 points fort dégradante à mon endroit, et un animateur de radio montréalais s'est permis de me traiter d'idiot en ondes, pendant que son collègue faisait un lien entre mon billet et l'idéologie libertarienne. En consultant diverses pages personnelles du réseau social Facebook ouvertes à tous, j'ai également lu des dizaines de commentaires, quelques personnes me donnant leur appui, d'autres, plus nombreuses, se permettant d'émettre des commentaires « sales » qu'elles n'émettraient probablement pas si la personne à laquelle elles les destinent était dans la même pièce qu'elles.

Bien des attaques à mon endroit donc, résultant pour la plupart de « grimpage dans les rideaux », fort émotives, bien plus dégradantes que mes propres commentaires, gratuites et surtout vides de sens. Ces commentateurs, alors qu'ils ont si vivement dénoncé mes propos, sont demeurés silencieux quant à la nature carrément haineuse de dizaines d'autres s'adressant à moi. Une liste en 42 points au sujet des hommes, produite par une de mes lectrices, a été publiée le lendemain et pratiquement aucun homme ne s'en est plaint. Les quelques commentaires que j'ai reçus sur le sujet étaient ceux de gens qui trouvaient cette liste drôle.

Paul Houde peut bien me traiter d'idiot sur les ondes du 98,5 FM à Montréal (a-t-il lu mes dizaines d'autres billets pour se faire une idée avant d'y aller de ce commentaire?), Patrick Lagacé peut bien s'attaquer aux libertariens en pointant le fait que j'en suis un (y a-t-il un lien direct à faire entre cette idéologie et mon billet qui a selon lui « mis le feu »?), le commentateur Joël Martel peut bien se réjouir que je ne sois plus enseignant (dénonce-t-il avec autant de vigueur les gauchistes extrêmes qui s'agitent dans les écoles?) mais n'y a-t-il pas place à une réflexion plus approfondie sur le sujet, une réflexion allant plus loin que le « bashing » à l'endroit du blogueur au centre de la controverse?

Se pourrait-il que tous ces représentants des médias sont conscients de tabous touchant la société québécoise, mais qu'il soit plus facile de taper sur une personne qui secoue la vase dans l'étang au lieu d'ouvrir le débat sur ce qu'elle dégage et qu'on aperçoit au fond?

Pratiquement aucune personnalité des médias ne s'est questionnée sur un aspect fondamental sous-jacent qui mérite amplement d'être exploré en lien avec mon intervention :

Pourquoi des commentaires le moindrement critiques envers les femmes entraînent un raz-de-marée alors que des actions de nature similaire envers les hommes ne provoquent même pas une ride à la surface de l'eau? Pourquoi y a-t-il une telle disproportion dans les réactions tout dépendant si « l'attaque » touche les hommes ou bien si elle touche les femmes?

À mon avis, le commentaire le plus pertinent sur toute cette histoire a été émis par Cindy Cinnamon, propriétaire de boutiques érotiques et chroniqueuse dans la région de Québec :

C'est intéressant de voir à quel point le droit de critique des hommes vis-à-vis les femmes est assez minime... Nous avons (nous les femmes) un plus grand pouvoir de critique publique présentement sur les hommes. J'ai été aussi très attentive durant cet exercice sur l'aspect des répliques et commentaires, c'était très intéressant de voir les réactions diverses. Aussi je me questionne sur comment on pourraient éventuellement s'ouvrir un peu plus à la critique, je vois qu'on a encore la gâchette assez facile nous les femmes.

Comme le dit Cindy Cinnamon, les femmes n'ont-elles pas la gâchette assez facile? Les femmes ne sont-elles pas fermée face à la critique? Ce sont là des questions qui mériteraient des réponses qui, je l'espère, auront plus de pertinence que celles que j'ai reçues suite à la parution de mon billet!

Je conclue aujourd'hui en remerciant Dominique Fortier, qui travaille comme journaliste au Riverain, le journal hebdomadaire local en Haute-Gaspésie. En exposants des points de vue des deux côtés de la clôture sans tomber dans le « garrochage de bouette » et les interprétations personnelles, ce représentant de la presse a fait ce que des confrères d'autres médias, tous gauchistes à ce que je peux constater, ont été incapables de faire, soit d'exposer les faits de manière objective tout en laissant aux lecteurs la possibilité de se faire leur propre idée sur la question. Son article est disponible ici : http://www.journalleriverain.ca/2013/03/27/controverse-autour-dun-blogue

vendredi 29 mars 2013

Sujet du 29 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Le plus pauvre n'échangerait pas sa santé pour de l'argent, mais le plus riche donnerait tout son argent pour la santé.» -Charles Caleb Colton


La RCR peut non seulement sauver un humain mais aussi sauver Fido
Je vous invite aujourd'hui à visionner un vidéo d'une durée de huit minutes mettant en vedette un chien, sa maîtresse et un entraîneur, un vidéo va en émouvoir plusieurs et qui rappelle à quel point la réanimation cardiorespiratoire (RCR) peut faire toute une différence entre la vie et la mort dans une situation dramatique.

Lors d'un entraînement physique intense au Canyon Crest K9 Center, Sugar, le chien boxer de Tiffany Kauth, est victime d'une crise cardiaque et s'écroule. Ron Pace, le propriétaire du centre, remet son téléphone portable à son assistante et lui demande de filmer l'incident afin qu'un vétérinaire puisse voir ce qui s'est produit.

Le vidéo débute et on aperçoit madame Kauth, en pleurs, penchée sur son chien :




Sugar ne respire plus. Pace demande à la femme de s'écarter et se met immédiatement à pratique la réanimation cardiorespiratoire (RCR) sur le chien :


Le boxer, inanimé depuis deux minutes, réagit finalement aux manœuvres en bougeant sa tête :


Sugar recommence à respirer :


Les larmes de peur et de tristesse de Tiffany Kauth se transforment en larmes de joie lorsque son chien se redresse :







La propriétaire du chien l'a par la suite amené chez un vétérinaire, qui a découvert que le chien souffrait de cardiomyopathie et devait éviter la pratique d'exercices intenses.

Si Sugar a survécu, c'est grâce au sang-froid et aux actions de Ron Pace, qui savait exactement quoi faire dans une telle situation et était au bon endroit au bon moment. Combien d'êtres vivants sur deux pattes s'écroulent de la sorte et meurent sans avoir cette chance?

Cela m'amène à me demander pourquoi la RCR n'est pas enseignée de manière systématique aux étudiants fréquentant les écoles québécoises. Le défi est grand et implique la formation de membres du personnel des écoles pour qu'ils aient les qualifications et le matériel nécessaire pour transmettre le savoir aux jeunes, mais à long terme, la société va y gagner.

Pour plus de détails :

jeudi 28 mars 2013

Sujet du 28 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Le chocolat est ruine, bonheur, plaisir, amour, extase, fantaisie...» -Elaine Sherman




Une autre série de points négatifs, cette fois sur...
Mon blog a reçu au cours de la dernière semaine un trafic bien au-delà de celui qu'il reçoit habituellement, une liste de 42 points étant à l'origine du phénomène. J'ai envie de répéter l'expérience, alors il me faut un sujet, mais lequel?

Pâques approche? D'accord, la série de points négatifs portera aujourd'hui sur le chocolat...

-Le chocolat est composé à plus de 50% de gras.
-Le chocolat contient certains allergènes : soya, noix, lait, arachides, etc.
-Le chocolat peut être très dangereux pour les chiens.
-Le chocolat a tendance à favoriser l'acné .
-Le chocolat peut provoquer des migraines .
-Le chocolat augmente le risque de pierres sur les reins.
-Le chocolat augmente le risque de caries .
-Le chocolat favoriserait l’ostéoporose .
-Le chocolat peut provoquer des brûlures d'estomac.
-Le chocolat peut provoquer des maux de tête lorsque consommé avec du vin rouge .
-Le chocolat contient de l'anandamine qui à un effet comparable à celui du cannabis mais beaucoup moins prononcé.
-Le chocolat est également susceptible de favoriser la formation de calculs dans les voies urinaires car il est riche en oxalate.
-Le chocolat peut provoquer des aphtes .
-Le chocolat pourrait même être responsable de l'activation du virus de l'herpès.
-Le chocolat et la poudre de cacao contiennent des excréments d'animaux.
-Le chocolat et la poudre de cacao contiennent des cheveux .
-Le chocolat et la poudre de cacao contiennent des insectes .
-Les rongeurs et les insectes sont attirés par les graines de cacao et cela coûterait trop cher d'enlever les excréments et les résidus des graines .
-On autorise officiellement 10% d'impuretés dans tous les produits finis qui contiennent du chocolat : brownies, tablettes, etc.
-Consommer du chocolat peut faire augmenter l'anxiété .
-Il est faux de croire que le chocolat est un aphrodisiaque.
-Les producteurs de chocolat ne sont plus obligés par la loi d'inscrire qu'il contient de la caféine et la quantité .
-Chaque fois qu'un enfant mange du chocolat, il mange une quantité inconnue de caféine .
-Trop de chocolat conduit à diminuer le flux sanguin vers l’utérus, ce qui signifie que moins de quantité d’oxygène et de nutriments atteindre le fœtus
-Le chocolat peut avoir un impact négatif sur la croissance et le développement du bébé et peut donner lieu à des problèmes comme la faible poids de naissance ou de malformations congénitales chez le nouveau-né.


Trouver 42 points négatifs est plus compliqué pour le chocolat que pour plusieurs autres sujets qui pourraient faire l'objet d'un traitement similaire, cela explique pourquoi la liste est plus courte aujourd'hui, malgré mes efforts à fouiller pendant quelques heures mercredi soir, autant sur des sites anglophones que francophones, et ce malgré l'aide d'autres personnes qui m'ont assisté dans ma recherche, cela explique la banalité de la nouvelle liste.

D'autres sujets plus stimulants et plus pertinents auraient permis de produire une liste plus longue, tout en générant la possibilité de débats tout aussi stimulants et pertinents, suscitant davantage les passions, mais au Québec, il y a trop de gens qui n'aiment pas qu'on les stimule, car quand on aborde un sujet qui les irrite le moindrement, divers effets comparables à ceux qui se produisent quand on mange trop de chocolat les affligent.

Un peu de chocolat pour s'activer les neurones ne ferait pas tort, une recette de brownies, ça vous tente??? Suivez le lien : http://www.soscuisine.com/fr/recettes/consulter/brownies-aux-noix?sos_l=fr

mercredi 27 mars 2013

Sujet du 27 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres.» -Johann Wolfgang von Goethe


Ed Hardcore et moi
Depuis la parution en ligne dimanche dernier de mon billet intitulé «42 points négatifs à propos des femmes nord-américaines», je subis un feu nourri provenant littéralement de tous les côtés à la fois. La plupart des saloperies qu'on me garroche le sont sous le couvert de l'anonymat, mais quelques personnes ne se cachent pas pour le faire, à moins qu'elles se cachent elles aussi oui, mais derrière un personnage afin de dissimuler leur vraie identité. Parmi celles-ci, il y a un dénommé Ed Hardcore qui est, semble-t-il, un blogueur et écrivain connu de la région métropolitaine, mais né à Port-Cartier, en plein en face de Sainte-Anne-des-Monts, où j'habite, mais de l'autre côté du fleuve... Drôle à dire mais le destin nous a déjà rapprochés dans le passé...



Ed.Hardcore aux Francs-Tireurs
Ed, aussi connu sous le nom de Edouard H. Bond, en plus d'écrire des histoires aux titres charmants comme « J'irai me crosser sur votre tombe », opère aussi un site nommé « Ed's Hardcorettes », qui lui permet d'avoir une collection de photos cochonnes de ses groupies, car les gens peuvent y envoyer des photos de nudité avec le nom « Ed » apparaissant sur leur corps. Vous pourrez consulter ledit site en suivant un lien situé plus bas.

À l'émission Les Francs-Tireurs, alors que Richard Martineau l'interrogeait sur la pratique du sado-masochisme, qui fait partie de ses activités, Ed a répondu ceci :

Ed Hardcore : " Quand j'étais jeune, j'avais peut-être sept ou huit ans, moi et un de mes chums, on avait le fantasme d'une joggeuse… On avait le fantasme de la kidnapper et de l'amener dans un bois, de l'attacher sur un arbre pour lui ploter les seins. Ça s'arrêtait là ! Ce n'était pas violent, ben c'était violent de la kidnapper mais… On se trouvait weird"

Ed avait de bien drôles d'idées dans son enfance...

Sado-maso au grand cœur, Ed, en grand chevalier blanc, se porte à la défense des dames qui se sentent offensées par les 42 points de Roosh que j'ai traduits en français la fin de semaine dernière, voici un reproduction de ce qu'il a trouvé à dire à mon sujet :

J’aurais pu intituler ce texte «Voilà pourquoi tu es et resteras seul, P.A. Beaulieu.» C’est en réponse à cette note de blogue nauséabonde : 42 points négatifs à propos des femmes nord-américaines — qui est en fait la traduction de cette note. Je m’en tape que tu dises que tu n’approuves pas systématiquement tout ce que Roosh exprime, le fait est que tu as choisi de traduire puis poster ce texte de marde sous le couvert de «l’humour». Alors amusons-nous un peu, pis au lieu d’y aller avec une banale généralisation, personnalisons la dite liste — ainsi, tu pourras peut-être comprendre comment la plupart des femmes se sentent en lisant ton texte «humoristique». 


1. Tu es gros.
2. À force de te crosser tout l’temps, tu as les doigts collants.
3. Tu es chauve.
4. T’es pas un médecin qui sauve des vies, t’es qu’une grand yeule à la radio.
5. Tu crois-tu vraiment qu’en bashant contre les femmes t’es après gagner des points ? Je t’aide avec la réponse : non.
6. Tu bois les paroles de CHOI FM et t’es incapables de te faire une opinion par toi-même.
7. Tu sais cuisiner toi ? Va don’ m’faire un sandwich dans c’cas.
8. Tu portes des sweat pants quand tu te branches à Chatroulette.
9. Tu gardes des condoms dans ton porte-feuille pour faire semblant que t’as une vie sexuelle active et « étrange ».
10. Tu ne sais pas plus danser, ni même chanter. Et t’as remarqué quand tu sors ta guit’ ? C’est drôle, c’est le moment où les gens décide d’aller s’en griller une dehors. Just sayin’.
11. Entre Pete Doherty pis toi, le choix est facile.
12. Si une femme a déjà préféré un poisson rouge à toi, je commencerais à me poser de sérieusement questions être à ta place.
13. Tu n’es pas Ryan Gosling. Loin de là. Tu n’arrive même pas à la cheville de Danny Devito, imagine ! Faque côté sexyness, on repassera.
14. Tu mérites pas une Real Doll selon ton propre niveau d’attraction.
15. T’es animateur radiophonique libertarien, c’est sûr qu’une femme nouvellement promue assistante-gérante chez Portes et fenêtres Dupuis, c’est pas dans ta ligue. Je répète : t’es animateur radiophonique libertarien, reste dans’ basse-cour.
16. Tu te tiens à des endroits où les femmes portent leurs pyjamas en public. Je n’en connais que deux : les Galeries de la Parc à Montréal, où tu te plaindrais pas trop de watcher les jolies étudiantes de McGill; pis les trailer parks. P.A., un conseil : lâche les trailer parks.
17. Tu cites Nietzsche en début de billet. Oh, on a enfin quelque chose en commun toi et moi : nous connaissons tous les deux le site Evene. C’est pratique pour trouver des citations pas trop cons sous un thème précis. Prenons par exemple le thème « femme ». Hop, première page, huitième citation : « Le bonheur est une femme. » de ce grand guilleret de Nietzsche.
18. Ton idéal de voyage n’est certainement pas d’aller aider à reconstruire Haïti. Un tour panoramique de Lisbonne et une dégustation de porto à Porto, ça flash bin plus dans une conversation, ça donne l’impression qu’on est « cultivé ». À moins que tu veuilles qu’on discute de la Thaïlande ? Tu sais là-bas, moyennant quelques dollars, tu peux trouver la femme parfaite… pour quelques heures.
19. Tu as peur des aiguilles, fillette.
20. Tu aimerais avoir des aventures pis tu en as probablement déjà inventées quelques-unes pour épater la galerie et te comporter comme si toi aussi tu étais un homme.
21. Quand tu seras un parent vieillissant, PERSONNE ne voudra torcher ta marde.
22. Tu fais croire aux gens que t’as déjà eu du dirty talk au lit. Le seul dirty talk que t’as entendu, c’est en regardant les 378 gigs de porn sur ton ordinateur.
23. Tu es ridicule. Tu mérites de te faire retourner.
24. S’il ne te reste que des greluches à l’hygiène douteuse dans ta talle, ferme ta yeule, bouche ton nez pis profites-en avant qu’elles aussi se rendent compte que t’es un hostie de tata.
25. Tu es vilain, tu inventes des statistiques.
26. En proposant un trip K9, c’est fort possible que la femme te réponde qu’elle n’a jamais essayé ça avant.
27. Tu es chiâleux, mais tu es très divertissant. Mais triste. Et dangereux.
28. Tu as une tendance à souffrir seul chez toi. Dans ton coin. Jusqu’à ce qu’on t’enterre dans un dépotoir.
29. Tu ne lis pas de littérature.
30. Tu pues des pieds.
31. Tu aimerais être invité aux anniversaires d’amis, à la nomination d’un président (!?) pis à la première du film Fast & Furious 6, mais personne n’aime se retrouver en ta compagnie.
32. Ton cerveau vieillit prématurément avec les « lectures » que tu lui fais subir. Tu ne mourras pas très vieux. Et personne ne va s’en plaindre.
33. Tu n’insistes pour manger de la nourriture grasse après une soirée bien arrosé. C’est dommage. Dans ton cas, c’est pas mal le moment ultime pour scorer a’ec une fille.
34. T’es obsédé par la revue Summum.
35. Tu es contre l’ambition, l’épanouissement, l’indépendance, l’évolution, les changements de mentalités. T’es quelqu’un de rétrograde. Pis même si c’est un long mot, c’est pas vraiment une qualité.
36. Tu ne saurais pas apprécier une femme en talons hauts, tu n’as pas la sophistication nécessaire.
37. Aller souper au Saint-Hubert, c’est pas considéré comme aller au restaurant.
38. 笨蛋!操你妈的屄!
39. Tu es incroyablement pas bien dans ta peau. Tu n’as aucune confiance en toi. Zéro. Paillasson.
40. L’idée du bonheur pour toi, c’est un samedi chez Breault pis Martineau.
41. Pour être poli, je dirais que si j’avais une question d’ordre culturel, existentiel, politique ou même général, je trusterais plus un poinsettia que toi.
42. Parlant de sujet stupide, les femmes jasent pas mal de ton cas aujourd’hui, pauv’ con.
Faque toi ma belle, gâte-toi dins commentaires pis shoot-lui d’la marde itou…


Mon cher Ed,

Quelques points concordent avec ma personne, je l'avoue, mais pour la plupart, l'auteur (toi) est dans le champ!

Comme quand tu as écris un texte sur moi, Ed, je fais mes devoirs et je vais à la pêche Internet pour en apprendre plus à ton sujet.  Je ne penche pas dans la fiction comme dans la liste des 42 points que tu as inventée sur le mien, je me base sur ce que tu a déclaré dans divers médias, c'est peut-être aussi de la fiction mais enfin...

Ed.Hardcore
Pour en revenir à ta description de ma petite personne, je me suis fait traiter d'animateur de radio-poubelle pour pas mal moins que ce que tu as écrit un peu partout sur le Web, et ce durant toutes mes années en ondes. À titre de blogueur, je me suis toujours gardé une petite gêne que tu ne sembles visiblement pas avoir, quoi que pour une rare fois, je vais la laisser tomber. Je serais bien curieux de voir ce qui se produirait si Éric Duhaime, Dominic Maurais ou même Jeff Fillion s'exprimait ainsi en ondes ainsi à l'endroit d'une quelconque personne de la gauche...

Ed, je crois à la liberté d'expression, à un point tel que même si tu me garroches littéralement une très grosse « chaudiéré de marde » dans ton blog, je ne tenterai pas de de te faire taire, comme le font à mon endroit depuis longtemps nombre de gauchistes et autres qui eux, ont une liberté d'expression à géométrie variable, ce qui veut dire que si on pense comme eux, on peut cracher tout ce que l'on veut, mais de simples textes comme les miens, qui sont pas mal moins orduriers et qui ne visent spécifiquement personne, sont un crime parce qu'émis "par la droite".

Contrairement à tellement de vierges offensées qui capotent dès qu'on leur lance la moindre petite critique qui ne fait pas leur affaire, je prends ton texte tout en riant. Oeuvrant dans le grand public, j'ai l'habitude de la critique, et je sais que je dois m'attendre à faire l'objet d'attaques, tout en étant conscient qu'en émettant mon opinion, j'ai des responsabilités et je dois aussi assumer les conséquences, et je ne me cache pas derrière un personnage pour le faire non plus... Tu agis de manière similaire? Tu es une personne publique toi aussi? Good! On joue dans la même catégorie!

Non seulement je crois à la liberté d'expression Ed, mais je crois aussi comme libertarien au droit des gens de librement pratiquer diverses activités sexuelles en autant que les participants sont adultes et consentants, et je crois aussi qu'on devrait décriminaliser la prostitution et les drogues. Soucieux d'assurer le développement économique de la région que j'habite, j'ai même déjà lancé en ondes l'idée d'accueillir en Haute-Gaspésie les membres d'un groupe d'échangistes qui se fait rejeter ailleurs au Québec et d’accroître la publicité auprès des clientèles gaies et nudistes pour assurer un apport d'argent supplémentaire dans mon coin de pays qui en a bien besoin. J'ai même eu droit à des plaintes de l'auditoire d'ailleurs, en parlant ainsi en ondes.

Je me demande encore pourquoi tu as senti un besoin si grand d'écrire un billet à mon sujet comme tu l'as fait. Est-ce pour une question d'ordre idéologique, de justice, ou bien serait-ce que tu voulais profiter de l'occasion pour attirer le public sur toi et gagner des faveurs? Je remarque que tu es omniprésent sur le Web, serait-ce que tu souffres d'un terrible manque d'attention?

Tu as dit dans un dernier texte pour « Bang Bang Blog » :

« Ed.Hardcore est un personnage de fiction que j’ai créé, c’est un câlisse d’attardé mental, je n’ai aucun désir de l’être réellement, pis je ne voudrais surtout pas le compter parmi mes amis. »

Tu joues un personnage d'attardé mental que tu ne voudrais même pas parmi tes amis en réalité? Pourquoi donc? T'as de la difficulté à t'assumer mon grand? 

Ed.Hardcore aux danseuses- TonPetitLait.com
En entrevue, dans un vidéo Viméo qui apparaît sur une page où tu te présentes, tu mentionnes que ta blonde te fait vivre parce que tu ne gagnes pas assez, mais tu es assis dans un bar devant une danseuse (tu vas aux danseuses toi? Pas moi!)  Est-ce ta blonde qui paie la sortie? C'est peut-être la raison pourquoi t'es plus pressé que moi pour être en couple, pour te faire vivre aux frais des autres? On peut voir ici : http://vimeo.com/10703701 Aussi, tu écris : "Chuis pas mal moins beau qu’en photo, j’ai une grosse bédaine pis je pue du batte." Ah bon...

Finalement, je retiens un autre bout de ton entrevue sur le sado-maso aux Francs-Tireurs :

R.M. " As-tu fouillé pour voir comment ça tu es comme ça ? "
E.H. " Non, je n'ai pas essayé, j'aurais peut-être dû… Je pense que c'est vraiment basé sur la confiance, je me suis rendu compte… Dans une séance de bandage mettons, la fille est attachée, elle est à ta merci… alors, il y a une relation de confiance qui est assez forte à ce moment-là. Peut-être que moi, dans la vie normale de tous les jours, je n'ai pas beaucoup confiance en moi et à ce moment-là, je me sens bien parce qu'il y a quelqu'un qui me fait très confiance. "

Je note :

« Peut-être que moi, dans la vie normale de tous les jours, je n'ai pas beaucoup confiance en moi et à ce moment-là, je me sens bien parce qu'il y a quelqu'un qui me fait très confiance. »

Tu manques de confiance en toi? Au point d'avoir besoin de pratiquer du sado-masochisme et d'exercer une domination sur d'autres personnes parce que dans le fond de toi-même, peut-être que tu n'es qu'une espèce de lavette et qu'en attachant une femme ou en crachant sur un blogueur gaspésien, ça soulage momentanément ce qu'il y a de plus douloureux en toi? As-tu remarqué la citation de Goethe en introduction? Je l'ai sélectionnée sur Evene, spécialement pour toi, première page, huitième citation!

Tant mieux alors mon Edouard, si en vomissant un texte sur moi comme tu l'as fait ça t'a aidé à combler une partie du vide profond en toi, je me dis que mon texte qui a semble-t-il fait mal à des centaines de femmes a au moins fait du bien à une personne : Ed.Harcore ou plutôt à la personne plus faible qui se cache derrière.

Ed, advenant le cas où le ligotage ne suffit plus pour soulager ton manque de confiance en toi, tu pourras toujours tricoter un autre petit texte à mon sujet. Une telle forme de masturbation intellectuelle compensera probablement aussi si tu as un problème de bite molle, du moins, je te le souhaite de tout cœur. Sur ce point, j'ai beaucoup confiance en toi, comme les femmes que tu ligotes, j'espère que cela aussi t'aidera à te sentir mieux...

Bon bondage, et en passant, bon anniversaire pour le 28 mars, j'ai pensé t'envoyer une photo de mon cul avec "Ed" écrit dessus pour ta collection tu sais, mais je me garde finalement une petite gêne quand même...

P.A. Beaulieu


Pour plus de détails :

lundi 25 mars 2013

Sujet du 26 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Nous sommes notre plus grande surprise.» -Paulo Coelho


La surprise d'un blogueur gaspésien
Je suis surpris, très surpris...

Jamais je ne me serais attendu, samedi soir dernier, à ce qu'en traduisant un texte tiré du site d'un Américain et en le plaçant dans mon blog pour sa publication dimanche, je me retrouverais le lundi soir suivant, devant mon portable, à taper la présente.

J'ai créé le « Blog de P.A. Beaulieu », que vous consultez présentement, en décembre 2011. J'y ai consacré du temps et des énergies depuis, en tentant d'y amener une variété de sujets et en les pimentant de mon point de vue personnel sur ceux-ci. Certains des sujets attirent quelques dizaines de personnes, d'autres des centaines, tout dépendant de la nature de ce qui est abordé.

Surprise donc en ce lundi 25 mars 2013... Ce blog a reçu en moins de 24 heures plus de visiteurs qu'il n'en reçoit en un mois entier à l'habitude, la boîte de courriel qui y est associée, elle, a pendant ce temps été inondée de messages, la plupart pas très élogieux à mon endroit, et je constate aussi ce soir que divers blogueurs à travers la province et même des médias s'intéressent à mon « histoire ».

Une histoire?

Quelle histoire? Celle d'un blogueur du fin fond de la Gaspésie qui a traduit un texte qui dresse un portrait négatif des femmes nord-américaines en 42 points, un texte dont il n'est même pas l'auteur? 42 points sur lesquels il n'est même pas d'accord systématiquement soit dit en passant? Le résultat? Des centaines de personnes réagissent à travers le Québec, plusieurs grimpant carrément dans les rideaux et criant au scandale, se permettant de l'abîmer de bêtises incroyables et d'émettre à son endroit des commentaires dix, vingt, voire même cent fois plus sales que ce qu'il a pu écrire de pire dans son blog?

Beaucoup d'énergie est dépensée en lien avec cette « histoire », mais pendant ce temps, la problématique de l'obésité touche des milliers de personnes, les salles d'attente des urgences continuent à se remplir, notre système éducatif forme des analphabètes, les dettes du secteur public et des particuliers continuent de monter, et la liste de bobos pourrait encore s'allonger...

Ici, il n'est pas question que de cette « histoire » et de ce blog : au Québec, avons-nous à ce point perdu notre sens de l'auto-dérision pour réagir comme nous le faisons par rapport à tant de sujets tellement futiles, alors que nous en balayons sous le tapis d'autres foutrement plus importants?

Mon texte, que je pensais voir provoquer un petit éclatement d'auto-dérision passagère chez quelques lecteurs dans la blogosphère, génère plutôt un maelström qui fait jaillir en surface quelque chose de fort différent chez plusieurs d'entre eux (une poignée de réguliers, plusieurs me connaissant bien, et maintenant des centaines de nouveaux, qui ne peuvent se baser que sur très peu pour porter jugement à mon endroit.) Ce maelström est quelque chose qui se rapproche plutôt de ce qui se produit quand une personne est accusée d'hérésie et qu'une foule vociférante s'attroupe pour se faire justice.

Mettons-nous nos énergies aux bons endroits au Québec? La présente « histoire » n'est-elle pas aussi un signe que quelque chose qui va bien au-delà de ce blog va très mal chez nous?

Sujet du 25 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«L'incompréhension le plus souvent ne vient pas d'un manque d'intelligence mais d'un manque de sens.» -Friedrich von Schlegel


Quelques constatations suite à la parution de mon sujet de dimanche
La fin de semaine qui vient de se terminer a été fertile en émotions en ce qui me concerne, et aussi une excellente source d'inspiration pour ce billet. Si vous avez lu mon blog durant la fin de semaine, vous savez déjà que les sujets que je vous ai proposés dans le courant de la fin de semaine étaient reliés. Si samedi je vous ai proposé le texte « Pourquoi le « gars ordinaire » peine à se trouver une blonde de nos jours et préfère aller aux danseuses », dimanche, j'ai proposé « 42 points négatifs à propos des femmes nord-américaines ». Si vous n'avez pas encore lu le tout, vous pouvez le faire maintenant car vous pourrez mieux saisir la suite ici bas.

Mon amie et blogueuse bien connue, propriétaire avec son mari Jean-Luc Audet de la chaîne de boutiques érotiques PlanetX dans la région de Québec, Cindy Cinnamon, a repris le sujet d'hier sur sa page Facebook. J'ai alors subi un véritable bombardement, non seulement en terme de visites, mais aussi en terme de critiques négatives.

Il semble que bien des dames n'ont pas du tout aimé la liste de 42 points négatifs et nombreux ont été les qualificatifs peu élogieux à mon endroit. Des dames, et quelques hommes aussi, se sont attaquées à mon apparence physique (du fait que je suis chauve et que je souffre d'un surplus de poids) en me traitant aussi de frustré...

L'une d'entre elle s'est même permis de commenter comme suit :


La dame m'a suggéré, vous pouvez bien le lire, d'aller « baiser une chèvre »...

Il est vrai que je suis chauve et dodu, en plus de ne pas porter souvent des souliers qui vont de pair avec mon habillement, mais pour ce qui est de la maîtrise de langues étrangères, j'en connais quelques unes, en plus de jouer d'un instrument (la guitare) et d'avoir lu beaucoup de livres. Je ne suis pas du tout non plus un adepte des bars de danseuses... Je pense que vous êtes mal renseignée à mon sujet madame!!!

Je donne malgré tout du crédit à celle qui a écrit cela, car après que j'aie communiqué avec elle en privé et fait une mise au point, elle m'a finalement présenté ses excuses, que j'ai acceptées sans problème en passant l'éponge, parce qu'au moins, cette dame est capable de reconnaître ses erreurs, contrairement à tellement d'autres personnes qui propagent des saletés sur Internet et ailleurs. Sur ce point madame, je vous lève mon chapeau et j'espère que vous ne vous sentez pas mal suite à tout cela.

Pour en revenir au sujet du jour, bien que j'indique dans mon texte que la liste de 42 points est celle d'un autre auteur et que je ne suis pas entièrement d'accord avec lui, la plupart des personnes qui ont commenté mon billet sur la page de Cindy Cinnamon se sont lancées dans des attaques virulentes à mon endroit. Je n'irai pas aussi loin que celles-ci dans ma critique à leur endroit, mais je pense demeurer dans les limites du raisonnable en disant à ces gens qu'ils devraient s'assurer de bien comprendre un texte et son contenu avant de s'attaquer à la personne qui l'a écrit. Voyez bien, le fait que des gens lisent mal et comprennent tout aussi mal ne m'étonne guère, vu la piètre qualité du réseau éducatif québécois, mais ça, c'est une autre histoire...

La fameuse liste est dégradante à l'endroit des femmes donc? Que les gens qui s'en offusquent s'arrêtent aussi quelques instants en retournant la situation : si une femme avait émis des commentaires de nature similaires à l'endroit des hommes, pensez-vous que les critiques à son endroit auraient été comparables à celles dont j'ai fait l'objet? Probablement que non! Un homme qui se lèverait pour critiquer la femme ayant émis de tels commentaires se ferait traiter de niaiseux, de personne « pas capable de prendre les jokes »... Pourquoi la réponse est-elle si différente quand un homme fait la même chose à l'endroit des femmes alors hein?

Je conclue ce billet en vous proposant une version masculine de cette liste de 42 points négatifs, en remerciant Kim Karine, une lectrice de mon blog qui a eu l'idée de produire ce qui suit :




42 points négatifs à propos des hommes nord-américains



  1. Ils sont gros, pas en forme et bedonnants.
  2. Ils sont constamment collés sur leur ordinateur.
  3. Ils sont souvent chauves.
  4. Ils sont plus impressionnés par une joueuse de poker en ligne ou par une travailleuse du sexe que par une infirmière qui sauve des vies.
  5. Ils croient qu'en étant super cultivés et intellectuels ils sont attirants et que ce sont des qualités que les femmes recherchent.
  6. Ils suivent les conseils d'écrivaines porno/blog érotiques pour les hommes quand ils veulent plaire aux femmes.
  7. Ils ne savent pas faire la vaisselle.
  8. Ils portent encore des bas blancs quand ils ne sont pas au gym ou activités sportives.
  9. Ils gardent des condoms partout mais les utilisent rarement car ils détestent cela.
  10. Ils croient jouer d'un instrument de musique parce qu'ils jouent à Guitar Hero.
  11. Ils ont comme idoles des célébrités masculines bien membrées de films XXX et tentent d'imiter leur comportement.
  12. Ils prennent plus soin de leur VTT, de leur motoneige et de leur voiture que de leur relation amoureuse.
  13. Ils pensent qu'ils sont sexy avec leurs caleçons troués et sales.
  14. Ils ont des standard féminins qui dépassent de beaucoup leurs propre niveau.
  15. Ils croient que parce qu'ils ont un papa fortuné avec une compagnie pour qui ils travaillent, ils sont plus attirants.
  16. Ils portent des pantalons trop grand en coton ouaté laids avec la raie de fesse des plus charnues bien en évidence en public.
  17. Ils n'écoutent ni Twilight ni Occupation double, mais en parlent au bureau et savent très bien ce qui s'y passe.
  18. Leur idéal de voyage est de partir à la chasse ou à la pêche loin de leur femme et de leurs obligations.
  19. Ils portent plein de tatouage pour avoir l'air dur et fort. Mais dans le fond, ce sont des moumounes.
  20. Ils sont fiers de fréquenter plusieurs femmes en même temps afin de palier à leur manque de confiance et de masculinité.
  21. Ils sont tellement proche de leur famille et surtout de leur mère qu'ils aimeraient mieux prendre soin de celle-ci que de leur propre femme. Ils rêvent aussi que leur femme soient la copie de leur mère mais en plus sexy et surtout plus cochonne.
  22. Ils vous disent des conneries et des « je t'aime » au lit quand vous les connaissez à peine.
  23. Ils ont comme idée que toutes celles qui les approchent sont des salopes.
  24. Ils n'ont jamais d'excuses, même poches, pour leur manque de soins d’hygiène et leurs poils trop longs dont ils se foutent.
  25. Ils sont obsédés par la question environnementale mais ne connaissent rien sur le sujet.
  26. Ils mentent prétendant avoir tout fait avant mais les preuves démontrent quelque chose de différent.
  27. Ils ne font pas la différence entre avoir une discussion et tenir un monologue.
  28. Ils ont tendance à avoir des « boutons de gras » et des poils dans le dos.
  29. Ils regardent trop de trucs sur le net.
  30. En retournant a la maison après le travail, ils enlèvent leurs souliers et leurs bas pour nous faire plaisir avec l'odeur nauséabonde qui se dégage.
  31. Ils ne savent pas choisir leurs vêtements, c'est leur compagne qui sauve la mise.
  32. Ils font vieillir leur peau prématurément parce que trop virils pour la crémer.
  33. Ils abusent en tout temps de la nourriture grasse, particulièrement après une soirée arrosée d'alcool.
  34. Ils ridiculisent les cupcakes mais les engouffrent très rapidement.
  35. Ils tiennent à avoir un bon foyer mais n'ont pas les aptitudes pour s'en occuper.
  36. Ils portent rarement de beaux souliers.
  37. Ils croient que souper dans un restaurant est de l'argent gaspillé.
  38. Ils ont tendance a rechercher LA langue d'UNE étrangère.
  39. Ils sont à l'aise dans leur propre peau, souvent même peut-être un peu trop.
  40. Ils sont incapable d'assembler des meubles Ikéa et mettent la faute sur le petit livre d'instructions
    de la compagnie.
  41. Ils ont l’intellect d'une plante verte, en plastique.
  42. Ils ne cessent de parler à propos de sujets plates qu'ils ne connaissent qu'après avoir fait une lecture rapide sur le net en pensant avoir l'air brillant et en nous épatant.

Merci Kim Karine!




Moi et ma chèvre!
Pour finir, parlant de chèvre, merci à Cindy Cinnamon qui, en lisant le commentaire où on me suggère d'en baiser une, a eu l'idée de créer une magnifique « photobomb » me mettant en vedette... Après la chèvre de monsieur Séguin, voici la chèvre de monsieur Beaulieu, et ne vous faites pas de mauvaises idées sur le sujet, la bestialité n'est pas du tout mon genre! À demain!

samedi 23 mars 2013

Sujet du 24 mars 2013

Proverbe/citation du jour
«Le bonheur est une femme.» -Friedrich Nietzsche


Modération des commentaires émis par les lecteurs de ce blog
Depuis les débuts de ce blog, le 5 décembre 2011, j'ai toujours laissé la porte ouverte en ce qui a trait aux commentaires émis par les visiteurs et les visiteuses, à savoir que si une personne souhaitait donner son opinion sur un sujet, l'ajout était automatique. Il n'en sera plus ainsi désormais.

J'ai droit à beaucoup de commentaires «sales» émis sous le couvert de l'anonymat quant à mes prises de positions sur divers sujets concernant la politique ou la société. Bien entendu, ces commentaires sont toujours anonymes. Il est plus facile de cracher sur les autres en se cachant qu'en le faisant à découvert, d'autant plus qu'Internet permet de le faire avec aisance, n'est-ce pas?

Je crois à la liberté d'expression, mais j'estime qu'une personne incapable de dire ouvertement ce qu'elle pense sans se cacher ne mérite pas d'être publiée ici, d'autant plus que ce blog est MON BLOG PERSONNEL. Désormais, les personnes qui ne s'identifient pas clairement ne seront pas publiées. Voilà!


42 points négatifs à propos des femmes nord-américaines
Mon sujet dominical de cette semaine est une prolongation du sujet abordé hier, à savoir pourquoi le «gars ordinaire» en est parfois rendu, en 2013, à préférer aller aux danseuses que de tenter sa chance avec une femme, parce que depuis des décennies, notre société s'acharne sur lui, vous pouvez lire le sujet d'hier pour les détails.

J'aime bien lire Roosh, un gars qui donne via Internet et ses livres des trucs pour aider ceux qui veulent avoir du succès auprès des femmes. Il croit en effet que divers facteurs, notamment le féminisme radical, font en sorte que les femmes de l'Amérique du Nord ne sont plus abordables, ce qui le pousse à préférer aux femmes d'ici celles d'autres endroits dans le monde, que ce soit en Asie ou en Amérique du Sud.

Roosh fait l'objet de menace et se fait accuser de tous les maux, mais il est bien plus cultivé et articulé que nombre de ses détracteurs.

Loin de moi l'idée de dire que j'approuve systématiquement tout ce que le gars en question exprime, mais sa liste intitulée «42 ThingsWrong With American Women» met le doigt sur des bobos dont on n'ose pas parler.

J'ai décidé de vous en offrir une traduction libre, car certains de ces points s'appliquent tout autant, à mon avis en tout cas, à des femmes ici au Québec.

Voici donc la fameuse liste de Roosh au sujet de divers défauts des femmes nord-américaines. Il s'agit d'une traduction libre, je le rappelle, et j'ai adapté quelques points à la société québécoise :

  1. Elles sont grosses
  2. Elles sont constamment collées à leur téléphone
  3. Elles coupent leurs cheveux courts.
  4. Elles sont plus impressionnées par un DJ poche que par un médecin qui sauve des vies.
  5. Elles croient qu'en étant drôles et spontanées elles sont attirantes et que ce sont des qualités que les hommes recherchent.
  6. Elles suivent les conseils de magazines pour les femmes quand elles veulent plaire aux hommes.
  7. Elles ne savent pas cuisiner.
  8. Elles portent des « gougounes » quand elles ne sont pas à la plage, à la piscine ou à la maison.
  9. Elles gardent des condoms dans un tiroir de commode parce qu'elles espèrent avoir une partie de fesses avec un homme qu'elles ne connaissent pas.
  10. Elles ne savent pas danser. Elles ne savent pas non plus chanter ou jouer d'un instrument de musique.
  11. Elles ont comme idoles des célébrités droguées et tentent d'imiter leurs comportements stupides.
  12. Elles achètent des animaux de compagnie au lieu de mettre des efforts pour trouver un homme de qualité.
  13. Elles ne savent pas comment être sexy.
  14. Elles ont des standards masculins qui sont au-delà de leur propre niveau d'attraction.
  15. Elles croient que parce qu'elles ont un bon emploi, elles sont plus attirantes.
  16. Elles portent un pyjama en public.
  17. Elles aiment « Twilight » ou bien «Occupation Double»
  18. Leur idéal de voyage est d'aller à la plage ou bien dans un Club Med.
  19. Elles arborent plein de tatouages laids, « pas rapport ».
  20. Elles sont fières de fréquenter plusieurs hommes en même temps, se comportant comme si elles étaient elles-mêmes des hommes.
  21. Elles ne sont pas proches de leur famille et aimeraient mieux mourir que de prendre soin de leurs parents vieillissants.
  22. Elles vous disent des choses « sales » au lit quand vous les connaissez à peine.
  23. Elles tournent régulièrement les hommes qui les approchent au ridicule.
  24. Elles ont des excuses poches pour excuser leur manque de soins de leur apparence.
  25. Elles sont obsédées par la question environnementale même si elles polluent plus que 90% des gens sur Terre.
  26. Elles mentent toujours en disant : « Je n'ai jamais fait cela avant. »
  27. Elles ne font pas la différence entre représenter un défi et être chialeuse et ennuyante.
  28. Elles ont une tendance à souffrir d’acné.
  29. Elles regardent trop la télévision.
  30. En retournant à la maison après le travail, elles portent des souliers qui ne s'accordent pas avec leurs vêtements.
  31. Elles s'habillent bien seulement pour des occasions spéciales, comme l'anniversaire d'une amie, la nomination d'un président, ou la première d'un film comme « Sex and the City ».
  32. Elles font vieillir leur peau prématurément parce qu'elles se font trop bronzer.
  33. Elles insistent pour manger de la nourriture grasse après une soirée à abuser de l'alcool.
  34. Elles sont obsédées par les cupcakes.
  35. Elles tiennent plus à avoir une vie professionnelle qu'un bon foyer.
  36. Elles portent rarement des talons hauts.
  37. Elles croient que souper dans un restaurant ou couvrir leur nourriture de beurre et de sel les rend cultivées.
  38. Elles ne parlent pas une langue étrangère.
  39. Elles sont mal à l'aise dans leur propre peau.
  40. Elles aiment les meubles Ikea.
  41. Elles ont la curiosité intellectuelle d'un insecte.
  42. Elles ne cessent de parler à propos de sujets stupides.

Il y a des madames pas contentes qui lisent tout ceci? Vous pouvez toujours vous défouler en écrivant 42 points négatifs à propos des hommes nord-américains dans votre propre blog, et si le mien de même que Roosh vous inspirent, alors tant mieux, et n'oubliez jamais que "si on ne vaut pas une risée, on ne vaut pas grand chose"!

Pour plus de détails :