jeudi 31 janvier 2013

Sujets du 31 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Toute censure est stupide par essence puisqu'elle qualifie, précise, décuple les élans de la révolution qui la fera sauter.» -Jean-Marie Poupart


Désinformation radio-canadienne?
Nombreux sont les supporteurs de la gauche, incluant même des journalistes et autres artisans de la radio et de la télévision de Radio-Canada (ces derniers je le rappelle sont ceux qui auraient le plus intérêt à être objectifs puisque tous les contribuables financent la société visée), à critiquer la droite québécoise pour son manque d'objectivité et sa « désinformation » notamment.

J'ai découvert la nouvelle suivante sur le site Web de Radio-Canada tard hier soir :

"Désinformation"??? "Les Gaspésiens"???

Lisez bien le titre : «Dossier Pétrolia : les Gaspésiens dénoncent la désinformation ». On fait ici référence bien entendu aux gens qui protestent contre l'exploitation pétrolière dans le secteur de Gaspé. Dans ce même article, on peut lire (je note un passage en caractères gras et soulignés) :

Depuis que la société rimouskoise a annoncé qu'elle y mettait en suspens toute activité pétrolifère, animateurs, éditorialistes et blogueurs sont nombreux à accuser la Ville de vouloir freiner le développement pétrolier. Ces derniers estiment que cette ressource est une richesse pour tous les Québécois.
Les Gaspésiens dénoncent aujourd'hui la désinformation qui teinte maintenant le débat. Une citoyenne engagée, Geneviève Giguère, dénonce pour sa part les propos de l'ex-premier ministre Bernard Landry qui demandait mardi aux écologistes de se montrer plus rationnels.


« LES GASPÉSIENS » me dites-vous? Quels Gaspésiens au juste? Se pourrait-il que le journaliste de Radio-Canada qui a rédigé cette nouvelle prenne pour acquis que TOUS LES GASPÉSIENS dénoncent la « désinformation »?

Drôle à dire mais je croise tous les jours des Gaspésiens qui sont pour le développement pétrolier, alors ce titre de nouvelle de notre supposée société d'État objective ne serait-il pas un bel exemple de... désinformation?

Pour plus de détails :


Été indien, été inuit?
On qualifie une période de chaleur se déroulant durant l'automne d'été indien. Faudrait-il qualifier la température qui règne depuis hier au Québec d'été inuit?

J'avais peine à le croire ce midi en regardant mon système donnant la température intérieure et extérieure, car il faisait précisément 13,8 degrés Celsius sur la façade nord de l'immeuble où j'habite ici, à Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie :

13,8 degrés un 31 janvier à SADM!!!
On annonce déjà un refroidissement de la température pour demain et un facteur de refroidissement éolien avoisinant les -29 sur la région.

La piscine extérieure d'aujourd'hui risque fort de devenir une patinoire demain!

Chose curieuse, je n'ai entendu que très peu de gens se plaindre du fait que ces sautes d'humeur de dame nature soient en lien avec les fameux « changements climatiques »...

mercredi 30 janvier 2013

Sujet du 30 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Notre salut et notre perte sont en nous-mêmes.» -Epictète

La Gaspésie mérite-t-elle d'être sauvée?
J'avoue avoir hésité quelques jours avant de proposer ce billet, parce que je sais très bien que par son sujet, il peut générer bien des foudres, mais peu importe : le thème de ce dernier, à savoir si la Gaspésie mérite d'être sauvé, aidera peut-être quelques personnes à se réveiller et à prendre conscience de la gravité de la situation dans la région et du coup de barre nécessaire pour la redresser.

Je tiens à préciser d'emblée que j'aborde la problématique en me disant qu'il faut voir le verre d'eau à moitié plein et non à moitié vide, et que les tristes constats dont il sera plus loin question ne doivent pas être regardés avec découragement, mais plutôt avec un esprit fonceur, celui de la personne qui voit la montagne devant elle mais qui, au lieu de s'écraser, redresse le menton et se lance à l'assaut, sachant que pas par pas, elle s'approchera du sommet...

La Gaspésie est depuis longtemps un boulet pour le reste du Québec et du Canada. Le problème est justement là, mais bien des gens ne veulent pas, de manière consciente, et parfois aussi inconsciente, regarder la réalité en face. On injecte dans la région toujours plus d'argent qu'elle n'en rapporte et n'a jamais été « rentable ». Combien de millions de dollars ont été dépensés ici sans que la moindre amélioration durable ne se produise, et ce depuis des décennies?

Ce qui est triste, c'est que pendant qu'une partie de la population dort au gaz et que des politiciens ne se gênent pas d'utiliser de l'argent qui n'est pas le leur pour acheter des votes et faire rêver la population de la région, alors que d'autres se servent de subventions pour s'enrichir et profiter des autres, il y a aussi dans notre région des gens qui ont une volonté réelle de faire de la Gaspésie une région qui au lieu d'être un wagon de queue serait plutôt une locomotive économique pour le reste de la province.

Au même moment où la possibilité que la Gaspésie devienne l'Alberta du Québec surgit, des centaines de Gaspésiens manifestent relativement à des changements à la politique d'assurance-emploi. Si on peut lire ici dans la région nombre de commentaires de soutien, avez-vous remarquer ce que disent une majorité de gens qui vivent ailleurs au Québec? Plusieurs croient que la Gaspésie est une espèce de parasite et disent en avoir assez de financer des gens pour qu'ils travaillent trois mois par année et qu'ils aient du chômage le reste de l'année.

Antagoniste.net a récemment dressé un portrait très peu flatteur de la région en la comparant aux autres du Québec. Les divers tableaux sont ici reproduits et les détails se retrouvent sur le site d'Antagoniste. Un lien situé ici bas vous mènera à la page concernée :






Ces tableaux nous permettent de constater que nous sommes à la traîne derrière à peu près tout le monde au Québec : nous payons moins d'impôts que la majeure partie des Québécois et nous coûtons plus cher à faire vivre! On peut comprendre pourquoi il y a des contribuables à Montréal ou Québec qui sont écoeurés de payer pour nous et qui souhaitent qu'on ferme la région à partir de Matane ou Sainte-Flavie!

Antagoniste compare le situation actuelle de la Gaspésie, qui selon lui préfère le chômage au pétrole, à celle d'un BES qui refuse un job à 50 dollars l'heure. L'image est du beurré épais, j'en conviens, mais il y a un fond de vérité ici, que l'on aime cela ou non.

La Gaspésie mérite-t-elle d'être sauvée selon vous, si oui, pourquoi?

Pour plus de détails :

mardi 29 janvier 2013

Sujet du 29 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Pour faire un jardin, il faut un morceau de terre et l'éternité.» -Gilles Clément

Un jardin dans une bouteille
Si on avait dit à Richard Latimer, aujourd'hui âgé de 80 ans, qu'en semant quelques graines à l'intérieur d'un gros contenant de verre, en 1960, il créait alors une merveille de la nature, l'aurait-il cru?

Richard Latimer et sa plante
Ce « jardin dans une bouteille » est localisé à l'intérieur d'un gros contenant en verre d'une capacité de 10 gallons. Il croît depuis 53 ans maintenant et la dernière fois que monsieur Latimer l'a arrosé, c'était lorsque Richard Nixon était président des États-Unis, en 1972, et le contenant n'a jamais été ouvert depuis!!!

Le bocal est un écosystème complètement autonome. La plante à l'intérieur, appelée «Tradescantia» en latin, évolue de manière autonome en produisant elle même sa nourriture à partir du CO2 et de l'eau présente, la seule source extérieure au système étant la lumière solaire qui pénètre à l'intérieur. Le processus de photosynthèse qui nourrit la plante rejette de l'oxygène et de la vapeur d'eau qui « pleut » et retourne aux racines pour que se poursuive le cycle.

Une vue de la plante dans son salon.
Cet écosystème en miniature est un exemple de ce qui pourrait être réalisé dans le cadre de longs voyages spatiaux habités. Les astronautes pourraient très bien entretenir une biosphère du genre, mais de plus grande taille, afin de produire leur nourriture et d'obtenir l'oxygène nécessaire à leur survie.

Monsieur Latimer, un ingénieur électrique à la retraite, espère maintenant que ses petits-enfants vont poursuivre l'expérience après sa mort.

Avez-vous envie de répéter vous aussi cette expérience?

Pour plus de détails :

lundi 28 janvier 2013

Sujet du 28 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«La médiocrité est un garde-fou.» -Montesquieu


Punir des gens méritant d'être récompensés pour camoufler la médiocrité des autres
L'histoire a été rapportée par les médias il y a de cela environ une semaine. Un étudiant en informatique du Collège Dawson, à Montréal, Hamed Al-Khabaz, a été expulsé après avoir pénétré le système informatique de l'établissement

Hamed Al-Khabaz (Martin Reisch/safesolvent.com)
Il y a des hackers qui agissent pour le mal, mais d'autres aussi qui agissent pour le bien. C'est dans le cadre d'un projet scolaire que Hamed a découvert des failles dans le portail étudiant Omnivox du collège.

Est-ce que l'étudiant a utilisé la faille à son avantage? Non! En fait, selon ce qu'a rapporté le quotidien Métro, Hamed Al-Khabaz a rapporté celle-ci à la firme de sécurité informatique responsable dès qu'il a découvert son existence. Ledit problème permet à quiconque de retracer le numéro d'assurance sociale ou l'adresse de plus de 250 000 étudiants.

Après avoir détecté la faille et signalé celle-ci, l'étudiant a tenté à nouveau de pénétrer le système pour vérifier si on avait pris les mesures nécessaires. La firme Skytech Communications, chargé du portail Omnivox, a perçu le geste comme une attaque.

Parce que le jeune homme a été expulsé, on lui a demandé de rembourser les subventions qui lui ont été allouées par l'Aide financière aux études, et il se retrouve aussi avec une note à son dossier. On l'aurait même menacé de poursuites pénales.

Le Syndicat des étudiants et étudiantes du Collège Dawson a offert son appui à l'étudiant et demande sa réintégration. La direction du Collège Dawson maintient quant à elle le renvoi d'Hamed Al-Khabaz. Un communiqué émis par l'établissement mentionne : «Il est illégal de discuter des détails concernant un dossier étudiant avec tout individu ou avec les médias.»

Vous aurez plus de détails sur le sujet, de même que des liens menant vers un site d'appui à l'étudiant renvoyé, en consultant les liens à la fin de ce billet.

L'étudiant expulsé a posé un geste illégal, oui, mais en ne tenant pas de l'exploiter à son avantage, en le signalant et en vérifiant si le bug existait toujours, il a rendu service à la société. Au lieu de le récompenser, on le renvoie...

Vous souvenez-vous, il y a de cela plusieurs années, de cet homme qui a fraudé le système au Casino de Montréal et qui a été engagé par celui-ci par la suite à cause de ses talents en informatique? L'histoire humaine compte plusieurs anecdotes similaires, je pense notamment à un faussaire engagé par les services secrets britanniques durant la Seconde Guerre mondiale, car on jugait que son talent permettrait de sauver des vies en territoires occupés, ou bien d'autres hackers qui ont grâce à leur talent développé des logiciels plus performants, comme un certain jeune homme qui a percé le système de renseignements de l'université qu'il fréquentait et dont le talent a permis la création d'un certain Facebook???

La tendance contraire s'installe de nos jours... Ahmed n'est pas le premier à être sanctionné de la sorte. Il y a de cela un an, un journaliste qui a pu librement circuler dans un centre de santé et qui a découvert que des documents confidentiels sur des patients traînaient dans le couloir a fait l'objet de menaces de poursuites également, alors qu'on aurait au contraire du le féliciter pour ses actions.

De nos jours, on en est rendu à un point où on préfère punir des gens qui le méritent pour protéger des médiocres qui font mal leur boulot!

Pour plus de détails :

dimanche 27 janvier 2013

Sujet du 27 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«L’homme ne fait pas avancer le temps, le temps fait avancer l’homme.» -Proverbe tchoude


Page Facebook du Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie
J'ai mentionné dans mon billet de samedi que le Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie était sur le point de disposer de sa propre page Facebook. C'est maintenant chose faite, vous pouvez retrouver la page en suivant le lien :


J'y vais ici d'une prédiction personnelle quant à ce qui va se produire sur cette page : nous devons nous attendre à ce qu'elle soit victime de nombreuses attaques directes ou indirectes de la part de groupes de pressions (des groupes de citoyens, des mouvements écolos, des politiciens qui veulent gagner du capital politique en s'opposant au développement pétrolier, des centrales syndicales, etc.)

Je fais cette prédiction en me basant sur ce que j'ai pu observer sur diverses pages Web de support aux Carrés verts lors de la crise étudiante du printemps dernier. Il faut nous attendre à lire bien des commentaires « sales » émanant d'Internautes se cachant derrière des pseudonymes pour cracher leur fiel.

C'est un stratégie classique des groupes gauchistes que de lancer des attaques de masse sur tout média ou sur toute page Web n'adoptant pas leur point de vue. Il suffit de consulter la section « commentaires » des diverses nouvelles de Radio-Canada pour nous en faire une idée. En plus, divers sites de presse ont déjà un préjugé favorable envers tout ce qui touche l'environnement, les syndicats, la souveraineté et le socialisme de type « modèle Québécois »!

Est-ce que la suite va me donner raison? Nous verrons bien! Chose sûre, si la page est victime d'attaques, cela voudra dire que le point de vue des gens souhaitant l'avancement économique de la Gaspésie dérange, ce qui est une bonne chose, car il en faut du dérangement, et du bon, en Gaspésie!

samedi 26 janvier 2013

Sujets du 26 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Savoir se situer et trouver sa juste place permet de développer une meilleure qualité de vie.» -Anonyme


Un regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie
J'écris ces lignes quelques minutes après avoir raccroché le téléphone, suite à une conversation résultant d'un coup de tête en ce samedi soir tranquille. J'ai reçu plus tôt cette semaine via courriel un communiqué émanant du Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie, regroupement dont le porte-parole est bien connu dans la région pour avoir été lui-même au cœur du mouvement des Patriotes gaspésiens il y a de cela quelques années, monsieur Gaston Langlais.

Durant notre jasette, je me suis rappelé que parmi les plus ardents opposants au développement de l'industrie pétrolière en Gaspésie, on peut voir des retraités qui reviennent en région, des écologistes qui veulent réduire au maximum le développement industriel sous prétexte qu'il détruit le globe, tout comme des gens qui luttent pour les droits humains ailleurs dans le monde.

On traite les gens qui souhaitent le développement de l'industrie pétrolière d’égoïstes. Or, se pourrait-il que les gens qui achètent des maisons pour venir vivre leur retraite en Gaspésie ne soient pas eux-mêmes des égoïstes, des baby-boomers qui ont profité du système, qui ont assuré leur sécurité financière, mais qui poussent leur envie de tranquillité au point de vouloir stopper tout développement économique qui dérangerait le moindrement le milieu où ils s'établissent?

Les écolos, à ce que je sache, prônent le développement durable et luttent contre les grandes entreprises, mais d'un autre côté, j'en connais peu parmi eux qui sont capables de vraiment vivre en autarcie sans quêter de l'argent des contribuables via des subventions afin de financer leur mode de vie, et curieusement, malgré leur rejet de la société et de la technologie, on les voit utiliser beaucoup de moyens technos pour propager leur vision du monde, voire même l'imposer aux autres! Combien d'entre eux gonflent leurs émissions de CO2 afin de ne pas se geler le cul dans leur véhicule l'hiver en le réchauffant avant de prendre la route sans s'en vanter?

Pour ce qui est des « humanistes » qui souhaitent un monde juste, plusieurs dénoncent des « manquements aux droits humains » ici au Québec mais ferment les yeux ou parlent très peu des abus envers les femmes, qui peuvent être fouettées pour ne pas porter un voile, des homosexuels, qui sont pendus parce qu'ils ont une sexualité différente, des voleurs qui se font couper les mains ou des opposants qui se font mettre en prison sans jugement dans des pays comme l'Arabie saoudite, où nous nous approvisionnons en pétrole.

La Gaspésie ne diffère pas du reste du Québec en ce qui concerne le morcellement des forces dites "de droite". La gauche québécoise se sert à son avantage des réseaux sociaux et des médias pour faire valoir son point de vue depuis quelques années déjà. En terme de marketing, il faut reconnaître qu'elle excelle, mais sur le fond, malgré bien le bruit qu'elle génère, est-elle aussi forte que l'on pourrait le croire?

Il se brasse des idées en ce sens par les temps qui courent. Une page Facebook regroupant des gens qui ont à coeur le développement de la Gaspésie est sur le point de voir le jour. Je l'ai appris ce soir et je vous tiendrai informés sur le sujet via mon blog.

Finalement, je vous propose ici bas le contenu d'un communiqué émanant du Regroupement pour l'avancement économique de la Gaspésie afin que vous puissiez vous faire une idée personnelle sur le sujet :



La culture du blocage doit cesser en Gaspésie

Gaspé, le 23 janvier 2013 — Un groupe d’entrepreneurs et de citoyens de Gaspé, las de voir l’économie locale et régionale s’effriter, a décidé de créer un organisme dont l’appellation seule évoque son action à venir. Le « Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie » se veut un véhicule d’intervention efficace dans une économie gaspésienne trop précaire.

Le Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie veut également donner une voix forte et unifiée à tous ceux et à toutes celles dont la mission consiste à l’amélioration de ces mêmes conditions économiques sur son territoire. Le Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie est heureux d’annoncer que M. Gaston Langlais a été désigné comme porte-parole officiel du nouvel ensemble.

« Ce qui nous a motivés à créer ce regroupement est la situation vécue par la compagnie Petrolia à Gaspé. Le blocage de la Ville de Gaspé dans ce dossier est absolument insoutenable. Depuis plusieurs années déjà notre région souffre d’un déclin économique important. Cette culture du blocage systématique doit cesser » a déclaré M. Langlais.

Le regroupement entend maintenir la pression sur la Ville de Gaspé afin que celle-ci se rende à l’évidence dans le dossier du forage d’Haldimand 4 et que soit suspendue l’application de son règlement. « Maintenant que notre regroupement existe, nous ferons entendre notre voix chaque fois qu’un projet économique gaspésien sera menacé par l’immobilisme des pouvoirs publics » a conclu M. Langlais.

-30 -
Sources :
M. Gaston Langlais
Porte-parole du Regroupement pour l’avancement économique de la Gaspésie

vendredi 25 janvier 2013

Sujet du 25 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«On va en enfer pour ne pas avoir froid.» -Massa Makan Diabaté


Si vous trouvez qu'il fait frette au Québec, visitez Oymyakon!
Si vous trouvez qu'il fait frette au Québec, visitez Oymyakon et vous allez vous sentir mieux en revenant ici!

Oymyakon est un petit village de 500 habitants situé en Sibérie :


Oymyakon est un village situé en Sibérie.
Ce village détient un record, celui de l'endroit le plus froid de l'hémisphère nord habité en permanence. En effet, en 1924, le mercure est descendu à -71,2 degrés Celsius, un record mondial qui tient depuis et qui est souligné par un monument datant de l'ère communiste :

Le monument érigé par les Communistes.

La température moyenne durant l'hiver descend aux environs de -50 degrés et le jour dure 3 heures en décembre et 21 heures en juin.

Imaginez ce que cela peut être d'aller à la "bécosse" en pleine nuit à -50. On ne doit pas amener un journal pour lire pendant le labeur!!!

Une bécosse locale

Oymyakon signifie « eau qui ne gèle pas » en raison de la présence d'une source thermale dans le secteur. Cet endroit est depuis longtemps un lieu d'arrêt pour les hordes de nomades qui passaient par là et qui en profitaient pour faire boire leur troupeau. Dans le but de sédentariser ces nomades, le gouvernement communiste en a fait un établissement permanent.

Puisqu'il est impossible de faire pousser quoi que ce soit, les habitants du village se nourrissent de viande de rennes et d'autres types de bétail. Ces mêmes animaux fournissent le lait aux habitants, qui selon les spécialistes ne souffrent pas de carences alimentaires malgré cela.

Un éleveur et son bétail près d'une source thermale.

Le village compte aussi une école, un petit magasin général et une station d'essence. De peur que leur véhicule ne démarre plus, les habitants les laissent en marche 24 heures sur 24 lors des grands froids, et si une personne du village décède, il faut parfois jusqu'à trois jours pour creuser sa sépulture, en utilisant du charbon pour chauffer le sol avant de creuser.

Le magasin général

Le poste d'essence

Une centrale thermique alimente le village en chaleur et en énergie. Il arrive que le charbon manque, les habitants utilisent alors du bois pour l'activer :

La centrale thermique
Un bulldozer transportant du charbon
Alors, est-ce si froid que cela l'hiver au Québec?

jeudi 24 janvier 2013

Sujet du 24 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Investir dans la formation c'est conjuguer au présent mais aussi au futur le souci des hommes et le souci des résultats.» -Philippe Bloch


Un nouveau programme en soins infirmiers à Sainte-Anne-des-Monts est-il vraiment souhaitable?
On a annoncé mercredi à Sainte-Anne-des-Monts qu'un programme de formation collégiale en soins infirmiers sera offert dès l'automne 2013.Plusieurs partenaires de la région étaient présents pour l'annonce, notamment l'Agence de la santé, le Centre de formation professionnelle Champagnat et la Commission scolaire des Chic-Chocs. Ces organismes se sont associés pour que la formation puisse être offerte. C'est au Centre Champagnat que les laboratoires et les équipements seront installés.

Alors que le directeur général du CSSS de la Haute-Gaspésie, Bertin Riverin, a mentionné que les besoins sont là pour une vingtaines d'infirmières, et qu'en formant des gens de la région, on coure plus de chance que ces gens demeurent ici pour travailler, la mairesse de Sainte-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier, a pour sa part souligné que la formation permettra un retour aux études pour les jeunes et moins jeunes qui pourront compléter leur formation sur place et ensuite occuper un emploi dans le milieu.

Une fois encore, la mairesse annemontoise avance l'idée que l'on offre d'autres formations collégiales en Haute-Gaspésie, que ce soit le DEC en sciences humaines ou bien même celui en sciences pures, car la région connaît une pénurie de personnel dans tous les domaines.

Je me questionne sérieusement à savoir pourquoi les décideurs de la région font une si grande fixation sur la formation collégiale. Compte tenu du fort taux de décrochage et des manques criants au niveau de la formation professionnelle, je crois qu'avant de pousser pour une offre plus diversifiée de programmes de niveau collégial, les autorités impliquées dans le dossier devraient se consacrer à la mise en place de programmes de niveau DEP et de s'assurer que les gens qui décrochent persistent dans leurs études.

Des programmes en plomberie, en soudure, en construction, en conduite d'engins de chantiers seraient plus profitables qu'un DEC en sciences humaines pour aider la région à se sortir du marasme économique actuel.

Je répète ici ce que j'ai à plusieurs reprises écrit dans ce blog dans le passé : la pire gaffe qui a été commise dans la région au cours des 50 dernières années a été le démantèlement quasi total de la formation professionnelle qui était offerte à l'école polyvalente Gabriel-Le-Courtois. Vous souvenez-vous que durant les années 1980 on donnait encore à Sainte-Anne-des-Mont des formations pour les préposés aux bénéficiaires, en cuisine, en mécanique, en soudure, en électricité de construction et même en couture?

Les autorités scolaires de l'époque, au lieu d'encourager des jeunes talentueux à se diriger au DEP, les ont encouragé à poursuivre des études supérieures. On peut même se demander si on n'a pas précipité la chute du professionnel en en faisant une voie de garage pour se débarrasser de cas difficiles!

Au lieu de consolider quelques programmes en s'assurant que la Haute-Gaspésie soit la seule à les offrir sur le territoire en partageant une offre de programmes réduite, mais tout de même variée, sur la grandeur du territoire, les autorité de la CS de la Tourelle ont décidé de tout démanteler en vendant les équipements à des particuliers ou à d'autres écoles du territoire gaspésien.

Avant de pousser pour offrir plus de formations collégiales, les décideurs devraient se demander s'ils ne devraient pas à la place axer sur des programmes plus accessibles pour une multitude de jeunes et moins jeunes, des programmes qui correspondraient davantage à leurs aspirations et qui permettaient à une clientèle souvent oubliée d'étudiants de sexe masculin de s'accomplir et de contribuer à l'essor de la région.

Pour plus de détails :

mercredi 23 janvier 2013

Sujet du 23 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Il est rare que la vérité rattrape le terrain perdu sur la légende.» -Stefan Zweig



Dieu, un professeur, un étudiant, le chaud et le froid, le bien et le mal
Lundi soir j'ai reçu ce texte via Facebook :


Un professeur universitaire défia ses élèves avec cette question: « Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe?». Un étudiant répondit bravement: - Oui, Il l'a fait!

Le professeur dit: «Dieu a tout créé?». - Oui, Monsieur, répliqua l'étudiant. Le professeur répondit: « Si Dieu a tout créé, Il a donc aussi créé le mal puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais ».

L'étudiant fut silencieux devant une telle réponse. Le professeur était tout à fait heureux de lui-même et il se vantait devant les étudiants d'avoir su prouver encore une fois que la foi en un dieu était un mythe.

Un autre étudiant leva sa main et dit: «Puis-je vous poser une question professeur?».- Bien sûr, répondit le professeur. L'étudiant répliqua, «Professeur, le froid existe-t-il?». - Quel genre de question est-ce cela? Bien sûr qu'il existe. Vous n'avez jamais eu froid? dit le professeur.

Le jeune homme dit, «En fait monsieur, le froid n'existe pas. Selon la loi de physique, ce que nous considérons être le froid est en réalité l'absence de chaleur. Tout individu ou tout objet possède ou transmet de l'énergie. La chaleur est produite par un corps ou par une matière

qui transmet de l'énergie. Le zéro absolu (-460°F) est l'absence totale de chaleur; toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température. Le froid n'existe pas. Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons si nous n'avons aucune chaleur.»

L'étudiant continua. «Professeur, l'obscurité existe-t-elle?». Le professeur répondit: - Bien sûr qu'elle existe! L'étudiant: «Vous avez encore tort Monsieur, l'obscurité n'existe pas non plus.

L'obscurité est en réalité l'absence de lumière. Nous pouvons étudier la lumière, mais pas l'obscurité. En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour fragmenter la lumière blanche en plusieurs couleurs et étudier les diverses longueurs d'onde de chaque couleur.

Vous ne pouvez pas mesurer l'obscurité. Un simple rayon de lumière peut faire irruption dans un monde d'obscurité et l'illuminer. Comment pouvez-vous savoir l'espace qu’occupe l'obscurité? Vous mesurez la quantité de lumière présente. N'est-ce pas vrai? L'obscurité est un terme utilisé par l'homme pour décrire ce qui arrive quand il n'y a pas de lumière».

Finalement, le jeune homme demanda au professeur, «Monsieur, le mal existe-t-il»? Maintenant incertain, le professeur répondit: - Bien sûr, comme je l'ai déjà dit. Nous le voyons chaque jour. C'est dans les exemples quotidiens de l'inhumanité de l'homme envers l'homme. C'est dans la multitude des crimes et des violences partout dans le monde. Ces manifestations ne sont rien d'autre que du mal!

L'étudiant répondit, « le Mal n'existe pas Monsieur, ou au moins il n'existe pas de lui-même. Le Mal est simplement l'absence de foi en Dieu. Il est comme l'obscurité et le froid, un mot que l'homme a créé pour décrire l'absence de foi en Dieu. Dieu n'a pas créé le mal. Le Mal n'est pas comme la foi, ou l'AMOUR qui existe tout comme la LUMIÈRE et la chaleur. Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l'homme n'a pas l'AMOUR de Dieu dans son coeur. Il est comme le froid qui vient quand il n'y a aucune chaleur ou l'obscurité qui vient quand il n'y a aucune LUMIÈRE. »

Le professeur s’assis, abasourdit d’une telle réponse. Le nom du jeune étudiant ?

Albert Einstein.

PARTAGEZ CETTE MAGNIFIQUE LEÇON !

Une belle histoire n'est-ce pas, Einstein était vraiment brillant pour planter un prof de la sorte, sauf que...

CETTE HISTOIRE EST FAUSSE!!!

En consultant une page sur le sujet du site Snopes.com, vous aurez plus de détails qui démontrent qu'il s'agit d'une histoire inventée et que le nom d'Einstein lui est associée pour lui donner plus de crédibilité.

Einstein n'était d'ailleurs pas aussi religieux qu'on pourrait le croire. Il a fait mention de Dieu à plusieurs reprises à travers les années, mais certains indices permettent de croire que s'il n'était pas athée, il ne croyait certainement pas en l'intervention directe de Dieu dans la vie des hommes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Einstein#Einstein_et_la_religion

Curieusement, la plupart du temps, quand je reçois via courriel ou Facebook une histoire du genre, c'est une femme qui me la fait parvenir. Serait-ce une pure coincidence?

Pour plus de détails :


mardi 22 janvier 2013

Sujets du 22 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
« Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre. » -Eric Arthur Blair, dit George Orwell



Parler de liberté
La citation du jour est l'oeuvre d'Eric Arthur Blair, mieux connu sous le nom de George Orwell, auteur des romans « 1984 » et « La ferme des animaux », deux livres qui selon moi devraient faire partie de ceux à l'étude dans tous les écoles au Québec bien avant une multitude d'autres actuellement proposés.

Orwell nous a été servi à tous les sauces depuis qu'il a écrit ses deux nouvelles les plus connues. Son nom a été évoqué autant par des gens de gauche que par des gens de droite, autant par des libéraux que par des conservateurs, autant par des pacifistes que des militaristes. Qui était vraiment George Orwell, quel message souhaitait-il le plus communiquer à ses lecteurs?

Je crois en ce qui me concerne que le thème central de toute l'oeuvre d'Orwell est le totalitarisme et les dangers qu'il représente pour l'humanité. Orwell craignait que des gouvernements comme ceux de l'Union soviétique sous Staline ou l'Allemagne nazie sous Hitler deviennent la norme, et que des leaders charismatiques prennent le pouvoir partout dans le monde pour imposer leur idéologie, leur système, en écrasant tout ce qui s'opposent à eux.

Les leaders qui ont suscité de tels craintes chez l'auteur de 1984 ont imposé leur pouvoir, mais n'ont jamais pu le mener à la perfection. Dans l'univers d'Orwell, la télévision et la radio servent directement les intérêts de l'État tout puissant et permettent d'observer les moindres mouvements des citoyens. Pouvez-vous vous figurer la réaction d'Éric Arthur Blair si on lui permettait de voir le monde de 2013, dans lequel la technologie va bien au-delà de ce qu'il pouvait s'imaginer en écrivant son roman, une technologie basée sur des ordinateurs miniatures et sur un réseau Internet qui permet à l'État de suivre pas à pas les citoyens?

À notre époque, où les idées peuvent circuler plus librement qu'elles n'ont pu le faire auparavant dans l'histoire de l'humanité, nous devons nous demander si nous sommes aussi libre de nous exprimer que nous ne voulons bien le croire. Je rappelle la citation de George Orwel : « Parler de liberté n'a de sens qu'à condition que ce soit la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre. »

Lorsque j'ouvre mon appareil radio et que j'entends uniquement des pro-environnements, des anti-républicains ou des anti-Harper s'exprimer sur les ondes de Radio-Canada, alors qu'au même moment des nouvelles importantes sont enfouies sous une pile d'autres nouvelles insignifiantes sur un réseau comme TVA, et que je me vois bloquer l'accès au compte Twitter et Facebook de politiciens et d'activistes parce que j'exprime un point de vue qui ne va pas dans le sens souhaité par ces gens, des gens qui sont visiblement incapables de tolérer qu'on pense différemment d'eux et qu'on exprime notre point de vue haut et fort, sans pour autant user de menaces, sans tenter d'empêcher les autres de donner eux aussi leur point de vue, je me dis que ça va bien plus mal qu'on ne veut bien le voir au Québec.

Politiciens, Carrés rouges, leaders syndicaux, militantes féministes, journalistes, vous tous qui avez la tête qui penche à gauche, ne venez pas me parler de liberté si vous ne m'accordez pas la liberté de dire aux gens ce qu'ils n'ont pas envie d'entendre, parce que votre « liberté » que vous prêchez n'en est alors pas une, mais bien un dictature, mais en êtes-vous conscients?

lundi 21 janvier 2013

Sujet du 21 janvier 2013


Proverbe/citation du jour
"Nos enfants sont perturbés, ils ont dans la tête plus de marques et de logos que de théorèmes et de conjugaisons." -Régis Jauffret


Des logos qui attirent l'attention
Un logo est une représentation graphique qui a pour but de servir à identifier de manière unique et immédiate une société, une association, une institution, un produit, un service, un événement, ou toute autre sorte d'organisation, et ce dans le but de différencier le propriétaire du logo des autres entités.

Le sexe est vendeur, je ne vous l'apprends certainement pas. Se pourrait-il que dans certains cas, les créateurs de logos en usent en y insérant des évocations sexuelles quasi subliminale pour attirer davantage l'attention des clients potentiels? Il se peut aussi que le logo soit "sexué" sans que ce ne soit l'intention réelle du créateur, qui n'était animé d'aucune intention «malveillante», dans un tel cas il s'agit de maladresse. Il y a même des gens qui croient que des complots de sociétés secrètes se cachent derrière ces images et qu'on lance des messages pour corrompre l'esprit des personnes voyant celles-ci!!!

Que pensez-vous de tout cela pour votre part? Voici quelques logos qui vous aideront à forger votre opinion sur le sujet! Rires garantis en ce lundi!

Sun Rise Sushi


A-Style a du style, "top" ou "bottom"??

On aime vos enfants au Arlington Pediatric Center!

Une entreprise qui aime fourrer ses clients?

Vêtements pour la femme indépendante qui aime se montrer le derrière?

Qu'est-ce qu'on offre comme dessert chez Doughboys?

Un logo de la Catholic Church’s Archdiocesan Youth Commission datant de 1973

On y fait aussi du Dirty Dancing?

Kids Exchange ou Kid Sex Change?

Locum, une firme suédoise, ou "I Love Cum" (J'aime le sperme)???

Une coupole pour écouter des films XXX?


Une bonne saucisse avec ça?
Souris d'ordinateur ou bien...

dimanche 20 janvier 2013

Sujet du 20 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«Tout est cycle, cercle vicieux, éternel retour.» -Morgan Sportès


Vers un nième plan de relance de la Gaspésie?
Dans le but d'élaborer un plan de relance de la Gaspésie, Gaétan Lelièvre, le député de Gaspé et ministre délégué aux régions, responsable de la Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine, était de passage à Sainte-Anne-des-Monts vendredi dernier pour une rencontre avec des intervenants du milieu municipal et économique de la MRC de la Haute-Gaspésie.


Gaétan Leliève est vice-président dudit plan de relance et dit vouloir faire vite et passer à l'action car il a un échéancier serré. Un rapport sur la stratégie d'intervention du gouvernement doit être prêt dès le mois prochain. Le ministre a déclaré à Radio-Canada que les besoins sont identifiés et qu'il faut maintenant agir.


Le député de Gaspé compte présenter un rapport au comité ministériel, qui est présidé par la première ministre Pauline Marois, en mars prochain. Suite à cela, ce rapport devrait être acheminé au Conseil des ministres.

Je me demande en toute sincérité où ce nième plan de relance de la Gaspésie va nous mener, une fois encore. Combien de blah blah répétitif autour de tables, combien de plans aux conclusions similaires qui ont fini sur des tablettes à accumuler de la poussière, combien de millions de dollars ont été enfournés dans de tels projets dans le passé sans le moindre changement valable et durable pour la région?

J'ai l'impression que le gouvernement n'est pas la solution, il est bien plus le problème qui freine le développement de la région!

Je crois que le cœur du problème est que les divers niveaux de gouvernement ont créé un état de dépendance il y a de cela des décennies et ce dernier se perpétue depuis. Pensons notamment au chômage saisonnier, auquel nombre de Gaspésiens se sont habitués et en ont fait un mode de vie, une source de revenu régulière, au lieu d'un revenu en cas de besoin réel. Il est vrai que certains emplois ne peuvent être occupés autrement que durant une partie de l'année, mais quels ont été les efforts accomplis pour prolonger la saison de pêche et de transformation du poisson en allant chercher des approvisionnement ailleurs par exemple? Le même phénomène touche la forêt et le tourisme.

Au lieu d'utiliser l'argent des contribuables pour « investir » dans la région, les gouvernements devraient selon moi assouplir les règles pour permettre aux entreprises de s'installer plus facilement dans la région et accorder des crédits d'impôt.

Un autre manque cruel dans la région est un bassin de travailleurs qualifiés. Pour ce faire, il faudrait que l'offre en formation professionnelle soit élargie.

Aussi, la région a besoin de sang neuf. Stimuler l'immigration en région permettrait d'apporter de la fraîcheur sur ce plan.

Ce sont là les moyens qui devraient être employés à mon avis, mais il faut être conscient du fait que pour changer la situation, il faut envisager du travail de longue haleine, parce que ce n'est pas du jour au lendemain que de telles mesures pourront porter fruit.

Finalement, parlant de relance, je me permets une fois de plus d'aborder la question du développement pétrolier : la Gaspésie est assise sur de larges réserves de pétroles. Demandez-vous si nous n'accordons pas trop d'importance au discours alarmiste des écolos et si ce dernier ne ne nuit pas bien plus qu'il nous aide.

Pour plus de détails :

samedi 19 janvier 2013

Sujets du 19 janvier 2013

Proverbe/citation du jour
«L'excès des impôts conduit à la subversion de la justice, à la détérioration de la morale, à la destruction de la liberté individuelle.» -Benjamin Constant


Guerre psychologique, subversion et contrôle de la société occidentale
J'ai à quelques reprises mentionné le nom de Yuri Bezmenov dans mon blog. Cet ancien agent du KGB est né en 1939 à Moscou et est décédé à Windsor en Ontario en 1993. Si vous voulez vraiment comprendre l'origine d'une multitude de maux qui touchent la civilisation occidentale, Bezmenov est un incontournable.

Yuri Bezmenov
Bien que de prime abord le lien n'est pas évident à faire, des graines semées par Moscou en Amérique du Nord dans les années 1960 produisent encore des « fruits » en 2013. J'irais même jusqu'à dire que des associations étudiantes comme l'ASSE et ses leaders, comme Gabriel Nadeau-Dubois, en sont des descendants directs!

Bezmenov, aussi connu sous le nom de Tomas Schuman, a fait défection à l'Ouest à l'âge de 31 ans, en 1970, alors qu'il travaillait pour le KGB à titre de propagandiste en Inde. Il s'est par la suite installé à Montréal et a travaillé aux services d'information de la CBC.

Divers vidéos de conférences qu'il a prononcées sont disponible sur Internet, via YouTube notamment. Un lien ici bas vous permettra de visionner l'une d'entre elles qui a eu lieu à Los Angeles en 1983.

L'ancien agent secret explique ses origines, donne quelques informations sur son entraînement, et les méthodes utilisées par l'appareil de propagande soviétique pour produire de la subversion dans d'autres pays, via des enseignants, des politiciens et d'autres acteurs politiques et sociaux, afin de « soviétiser » cette société.

Il explique également comment cette prise de contrôle se déroule, en quatre étapes qui sont les suivantes :

  1. La démoralisation, qui est la phase la plus longue du processus, car elle doit s'étendre sur au moins une génération, qu'on intoxique au point où même si on présente la vérité à ceux qui en sont victimes, ils seront incapables de la voir.
  2. La déstabilisation, qui dure de deux à cinq ans et qui consiste à détruire les institutions de la société.
  3. La crise, qui dure aussi peu que six semaines et qui entraîne un renversement du gouvernement et une prise de contrôle par les communistes.
  4. La normalisation, d'une durée indéfinie, qui est la mise en place et le maintien d'un régime communiste qui empêchera toute opposition de renverser l'ordre mis en place.

Le bloc soviétique est disparu au début des années 1990, mais les effets de sa machine de propagande se font encore sentir dans nos écoles, nos collèges, nos universités, tout comme au sein des syndicats, de groupes communautaires et de partis politiques comme Québec Solidaire. Les socialistes gauchistes du Québec actuel n'en sont pour la plupart même pas conscients, mais ils sont le résultat d'actions de propagande mises en place par Moscou pour renverser notre démocratie!!!

À la fin de la conférence, Bezmenov explique comment on peut renverser la tendance. Il faut nous dire que le processus va être long et ardu, dans un Québec où une large partie des médias, à commencer par Radio-Canada, sont contrôlés par des gauchistes, et où les Carrés rouges font la pluie et le beau temps.

À vous de juger s'il en vaut la peine de visionner le vidéo. Je joins également un lien vers une autre conférence de Yuri Bezmenov datant de 1985, celle-ci sous-titrée en français, de même qu'un lien vers une page Facebook donnant des détails à son sujet.

Pour plus de détails :