jeudi 29 novembre 2012

Sujet du 29 novembre 2012

-->Proverbe/citation du jour
"Je ne sais pas ce que peut être la conscience d'une canaille, mais je sais ce qu'est la conscience d'un honnête homme : c'est effrayant." -Abel Hermant (1862–1950)


Quand c'est un «PQ», un « QS », un vert ou un gauchiste, le crime est toujours moins grave
Daniel Breton a annoncé plus tôt ce matin sa démission à titre de ministre de l'Environnement mais il a aussi indiqué qu'il conserve malgré tout son poste de député du PQ. Sans vouloir en dire plus aux journalistes, le ministre démissionnaire a dit : «Je sais ce que c'est perdre un emploi, de perdre son ‘‘appart'' et de se demander si on va avoir un repas sur la table.»

Une fois encore, on constate que lorsqu'un PQ, un QS, un vert ou un gauchiste (pour ne nommer que ceux-là) se fait prendre les culottes basses, c'est toujours moins grave que si c'est un PLQ ou tout simplement une personne « de droite ».

Il me semble clair que Breton joue la carte du gars « qui fait pitié » pour sauver la face, pourtant, ce même gars a posé les gestes qui suivent :

  • Il a fait l'objet de plusieurs contraventions pour excès de vitesse au point d'en perdre son permis en 1997 et a même vu son permis révoqué (et il a continué d'utiliser sa voiture malgré tout);
  • Il a payé une amende de 400$ pour ne pas avoir envoyé sa déclaration de revenus en temps;
  • Il a été condamné à 300$ d'amende pour avoir commis des infractions à la loi sur l'assurance-chômage en 1988;
  • Il n'a pas payé son loyer de novembre 2008 à décembre 2009 et il doit encore 7000$ au propriétaire

En plus, on parle présentement de possibilités d'ingérence de sa part dans le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) et il doit comparaître en commission parlementaire sur le sujet.

Est-ce que cet individu est digne d'un poste de ministre, voire même d'un poste de député? En ce qui me concerne, NON. Daniel Breton devrait quitter l'Assemblée nationale, aussi simple que cela.

Daniel Breton - Agence QMI
Des milliers de personnes au Québec ont de la difficulté à joindre les deux bouts sans bénéficier du salaire et des contacts qu'a le ministre démissionnaire mais ces citoyens ordinaires, qui paient le salaire de Breton, paient leur loyer, leurs contraventions et remplissent leurs autres obligations. Cela aurait été la moindre des choses pour le principal individu concerné, de régler ses comptes impayés dès le moment de son élection, au lieu de promettre de le faire aujourd'hui, histoire de donner l'exemple aux citoyens et de prouver qu'il est honnête et intègre.

Est-ce que les autorités du PQ avaient déjà connaissance de ces taches noires du passé dans le dossier de Daniel Breton avant de l'accepter comme candidat dans Sainte-Marie-Saint-Jacques? C'est tellement drôle de voir les Péquistes aller aujourd'hui. Alors qu'hier ils s'attaquaient à des gens associés au PLQ en les accusant de corruption et de divers maux, aujourd'hui ils excusent des gestes de nature similaire de la part des leurs.

C'était à prévoir, dès le moment où on a annoncé la nouvelles dans les médias à commencer sur le site de la société Radio-Canada, nombreux ont été les commentaires « positifs » à son endroit, pour défendre un « pauvre » qui a au moins la dignité de démissionner immédiatement, un « vrai gars du peuple » qu'on peut excuser parce qu'il ne fait pas partie du 1% , cette clique de riches qui polluent et volent le peuple allègrement. On peut même lire dans les commentaires d'une nouvelle de la SRC à son sujet que l'on a pas à remonter si loin que 1998 pour trouver des bibittes aux membres du PLQ. Je me demande encore d'ailleurs, en constatant une fois encore le deux poids deux mesures qu'on retrouve si souvent dans la section des commentaires de de l'auditoire sur le site Web de la SRC, si les modérateurs et journalistes portent des lunettes de gauche ou bien si le site est accaparé par des gauchistes, voire même une combinaison des deux, mais là n'est pas le point principal doit traiter le présent billet.

Imaginez si c'était un Libéral ou une personnalité de ce que l'on appelle « la droite » qui avait posé exactement les mêmes gestes que Daniel Breton. Ces mêmes personnes qui l'excusent si bien n'hésiteraient pas pour le « traîner dans la bouette sur des milles et des milles.» Rappelez-vous de l''ex-député libéral Georges Mamelonet, qui s'est fait démolir pour une affaire de permis de pêche à l'oursin qu'il n'avait pas. Rappelez-vous du traitement que lui ont réservé les gauchistes...

Croyez-vous qu'on traite vraiment tous les gens, citoyens ordinaires comme élus, sur le même pied d'égalité, en lien avec les bibittes qui se cachent dans leur placard, selon qu'ils soient de gauche ou de droite au Québec?


mercredi 28 novembre 2012

Sujet du 28 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"Pour qu'une technologie réussisse, la réalité doit précéder sur les relations publiques, car la nature ne peut pas être dupée." -Richard Feynman (1918–1988)


Comment l'impression en 3D va révolutionner le monde
Vous arrive-t-il de vous arrêter et de penser, ne serait-ce que pour quelques secondes, à l'évolution des technologies d'impression et de l'impact que celle-ci a eu sur nos vie dans le courant des 100 dernières années?

En imprimant sa bible avec des caractères mobiles, Gutenberg a réalisé une révolution, car avant l'invention de l'impression moderne, tous les livres devaient être écrits à la main et était si précieux que plusieurs étaient enchaînés au rayons des bibliothèques de peur qu'on les vole.

Les plus vieux parmi vous se rappellent des dactylos et de la quantité phénoménale de correcteur qu'ils devaient appliquer sur les feuilles à cause d'erreurs de frappe, de dessins réalisés à la main ou collés sur les feuilles lors de la production d'un travail scolaire par exemple, et du fait qu'il fallait encore une fois taper à la main les copies supplémentaires ou bien les réaliser avec un papier carbone spécial qui permettait la production de quelques copies.

Et les photocopieuses elles? Je me souviens de ce modèle équipé d'une grosse ampoule sur laquelle il fallait déposer un papier spécial pour copier un document, pas vous? Et que dire maintenant des premières imprimantes à aiguille avec leur bruit caractéristique, puis des imprimantes à jet d'encre ou au laser, des photocopieuses d'abord en noir et blanc, puis en couleurs, des télécopieurs qui sont passés d'un format imprimant sur papier thermal à un modèle combinant à la fois les fonctions d'un balayeur d'image, de photocopieur et d'imprimante?

L'idée de reproduire des objets en trois dimensions ne date pas d'hier. Je me souviens de ce film des aventures de Tintin, « Tintin et le Lac aux Requins », dans lequel le professeur Tournesol inventait une machine capable de reproduire des objets qui était convoitée par le méchant Rastapopoulos, qui voulait en user pour voler des œuvres d'art et les remplacer par des répliques. Le futurologue Alvin Toffler faisait mention dans un livre paru au début des années 1990 de la possibilité de coupler un tour et un ordinateur pour produire des objets sur place sans avoir à les faire venir d'ailleurs. Cette formidable évolution a littéralement explosé au cours des quelques 20 dernières années. Un nouveau pas est en voie d'être franchi en ce moment même grâce à l'impression en 3D.

L'imprimante 3D Replicator 2 de la compagnie Makerbot
Il est possible de créer des impressions en trois dimensions grâce aux développements dans le domaine. La technologie en est à ses premiers balbutiements, mais avance rapidement. Elle s'est d'abord développé au MIT dans les années 1990, alors qu'on créait des objets en couches successives que l'on ajoutait l'une sur l'autre.

Il est déjà possible de produire des objets à base de polymères, de plastique, de caoutchouc et même de métal. Avec la création d'ordinateurs, de logiciels, d'imprimantes et surtout de matériaux nécessaires à l'impression plus performants, pouvez-vous vous faire une idée de l'impact que tout cela aura sur le monde?

Besoin d'un nouvel ustensile de cuisine? Vous téléchargez un plan et vous le produisez sans même bouger de votre maison, idem pour une clé nécessaire pour changer la lame de votre tondeuse... Besoin d'un bijou pour une soirée? Produisez-le vous-même! Tout cela ne s'arrête pas aux aspects directs de notre vie à la maison. L'impression en 3D permet des avancées radicales dans une multitude d'aspect de nos vies et de notre société dans un sens plus large :

  • La possibilité de produire soi-même un objet à la maison signifie un changement radical au niveau industriel, car des pays comme la Chine qui produisent actuellement en masse une multitude de produits de consommation courante ne seront plus aussi compétitifs. Cela aura aussi un impact au niveau du commerce au détail et de l'industrie du transport qui doit déplacer à travers la planète divers biens de consommation;
  • L'industrie de la santé pourra produire plus aisément des prothèses pour les personnes en ayant besoin, comme un os artificiel pour le corps humain, un organe humain ou bien des orthèses comme une paire de lunettes par exemple;
  • La création de diverses infrastructures deviendra plus efficace alors que des imprimantes 3D de grand format pourront produire des pièces pour construire des ponts ou des immeubles;
  • Les citoyens du monde vivant dans un système tyrannique pourront créer eux-mêmes des armes qui leur permettront de renverser le régime qui les oppresse...
La liste pourrait encore s'allonger car les possibilités dans le domaine sont très vastes. Pour en revenir au vieux Gutenberg, que dirait-il si on le transplantait dans le monde moderne???

L'impression en 3D est peut-être le développement technologique majeur au coeur d'une révolution qui permettra la démocratisation et le développement économique et social du monde entier dans ce 21e siècle qui débute à peine!

Sujet du 27 novembre 2012

-->Proverbe/citation du jour
"Le sarcastique et prophétique proverbe qui dit : "Rira bien qui rira le dernier" gagnerait à être ainsi modifié : "quand celui qui rit le dernier a bien fini de rire, personne ne rigole plus." -Pierre (André Isaac) Dac (1893–1975)


No way Girl!
On aura beau nous dire que cela n'est pas gentil que de se comparer à d'autres personnes et de rire d'elles à cause de leur comportement stupide « pour se remonter soi-même » mais de temps à autres il est vrai qu'en en voyant aller d'autres, nous pouvons nous sentir mieux par rapport à nous-même. Comme on dit : « On se regarde on se désole, on se compare on se console. »

Le site NO Way Girl regorge d'exemples du genre de celui-ci qui nous font rigoler un bon coup. Même si vous ne maîtrisez pas l'anglais, vous pourrez comprendre le sens d'une multitude de photographies, car comme on dit, une image vaut mille mots.

Ici, une personne se demande pourquoi les abreuvoirs sont situés aussi bas en Europe :



Bonne rigolade!



Pour plus de détails :

lundi 26 novembre 2012

Sujets du 26 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"Taire ce qu'il ne faut pas dire et savoir supporter l'injustice, voilà des choses difficiles." - Chilon de Sparte


L'économie va « bien »? On augmente les salaires des fonctionnaires!
Alors qu'on augmente le fardeau de taxes et d'impôts des contribuables québécois, un article de Michel Corbeil que l'on retrouve dans le quotidien Le Soleil nous apprend aujourd'hui que Québec s'apprête à faire un cadeau à 500 000 fonctionnaires de la province. Selon une clause dans la convention collective des employés de l'État liée à la croissance du PIB, Québec va remettre un total supplémentaire de 142 millions de dollars à ses employés.

Cela représente une hausse moyenne annuelle de 263 dollars, 5,05 dollars par semaine...

On peut dire que cela est une hausse minime, mais c'est une hausse quand même, dans un Québec qui ne se porte pas si bien que cela au niveau économique.

Y a-t-il beaucoup de gens parmi les lecteurs de ce blog oeuvrant dans l'entreprise privée qui ont droit à une augmentation au cours des dernières années?

Sur le plan personnel, je peux vous dire que j'ai oeuvré à titre d'animateur radiophonique de mars 2007 à novembre 2011 à Sainte-Anne-des-Monts sans jamais avoir la moindre augmentation, ni même une indexation quelconque ajustée sur le salaire minimum ou l'inflation par exemple. Idem dans d'autres fonctions que j'occupe en parallèle dans le domaine immobilier.

Par contre, pendant ce temps, le coût de la vie augmente et si certaines personnes travaillant pour l'État ont droit à une sécurité d'emploi et des augmentations diverses, des milliers de travailleurs du secteur privé, eux, n'ont rien, et doivent même payer plus pour payer les avantages accordés à d'autres.

La prochaine fois qu'un employé de l'État viendra me faire la leçon au sujet de la justice sociale, je vais en avoir une autre bonne à lui raconter!

Pour plus de détails :


Rob Ford est-il victime de manigances gauchistes?
Les médias nous apprennent aujourd'hui que Rob Ford, le maire de Toronto à la grande gueule, a été reconnu coupable d'avoir violé la loi provinciale sur les conflits d'intérêts, ce qui motive le juge dans l'affaire à demander sa destitution.

Toute l'histoire porte sur une séance du conseil municipal qui s'est déroulée au mois de février dernier. Le maire Ford a alors voté pour ne pas rembourser des dons ramassés en utilisant des ressources de la Ville. Ces ressources ont été utilisées pour sa fondation privée qui vient en aide à de jeunes footballeurs d'un milieu défavorisé. Rob Ford est d'ailleurs l'entraîneur de l'équipe.

Rob Ford était alors conseiller municipal et avait ramassé un total de 3150 $ en dons en utilisant du papier à en-tête de la Ville de Toronto. C'est la commissaire à l'intégrité lui a ordonné de rembourser l'argent. Le conseil municipal qui était en place à l'époque a approuvé la sanction. Ford n'y a jamais obtempéré, même s'il y a eu plusieurs rappels à ce sujet. On reproche également au maire de s'être absenté à plusieurs reprises pour les activités de son équipe.

Rob Ford doit-il accepter cette décision et se retirer?

Combien de milliers, sinon de millions de dollars, sont gaspillés chaque année part des élus et des fonctionnaires municipaux pour des raisons personnelles ou par mauvaise gestion? Pendant ce temps, Rob Ford se fait indiquer la porte pour une affaire de quelques milliers de dollars?

Rob Ford est un maire avec une véritable tête de cochon. Il ne mâche pas ses mots à l'endroit des syndicats et c'est ce même maire qui a éliminé les lunches lors des réunions du conseil municipal en affirmant que les citoyens n'ont pas à payer pour cela.

J'ai personnellement l'impression que ce sont des éléments «de gauche » qui tentent actuellement de discréditer le maire parce qu'il ne va pas dans le même sens qu'eux.

Aussi, je ne me surprends pas de voir les représentants de Radio-Canada et CBC démolir Ford. Le maire a « pété sa coche » à quelques reprises à leur endroit, notamment lorsqu'une équipe de tournage de CBC est venue l'importuner dans la cour de sa résidence familiale en faisant peur à sa petite fille.

Si on prouve que Ford a vraiment agit contre les intérêts des citoyens qu'il représente, soit, qu'il laisse la place à un autre, mais pour le moment, toute l'histoire repose sur une dépense d'à peine quelques milliers de dollars et on veut sa peau, alors que des millions ont été gaspillés ailleurs, pensons à ce qui se passe au Québec, et les gens impliqués ont même parfois droit à de généreuses primes de départ.

Pendant des années, les administrations municipales de Montréal et de Laval ont mené une valse des enveloppes brunes qui a coûté des millions de dollars en plus aux contribuables. Ce n'est probablement là que la pointe de l'iceberg, car des pratiques similaires ont certainement cours dans d'autres villes et municipalités de moindre importance, mais on en entend peu parler parce le tout est d'une moindre ampleur...

Est-ce que ce qui se passe présentement en Ontario n'est rien d'autre qu'une vendetta gauchiste à l'endroit du maire Ford? À vous d'en juger!

Pour plus de détails :


dimanche 25 novembre 2012

Sujet du 25 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"J'ai découvert une grande vérité, à savoir que les hommes habitent et que le sens des choses change pour eux selon le sens de la maison." -Antoine de Saint-Exupéry (1900–1944)


Alors qu'au Québec on capote à cause d'un poteau au milieu d'une rue...
L'histoire d'un poteau situé au milieu d'une rue a fait des vagues au Québec, mais il y a pire que cela dans le monde. L'histoire se déroule en Chine et elle concerne non pas un poteau mais une maison!!!





Luo Baogen et sa femme insistent pour demeurer dans l'habitation de cinq étages alors que tous les autres habitants de cet édifice à moitié démoli l'ont déjà quitté. L'édifice, dans lequel ont a laissé des pièces adjacentes intactes, pour assurer une certaine sécurité avec un « tampon » advenant une collision on peut supposer, se dresse donc au milieu d'une route.

Le couple habite la ville de Wenling, dans la province de Zhejiang, et estime que la compensation offerte par le gouvernement est insuffisante, car elle ne couvrirait pas les coûts de construction d'une nouvelle maison.

Pour plus de détails :

Sujet du 24 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"Surveille tes pensées, car elles deviennent tes mots. Surveille tes mots, car ils deviennent tes actions. Surveille tes actions, car elles deviennent tes habitudes. Surveille tes habitudes, car elles deviennent ton caractère. Surveille ton caractère, car il devient ton destin. Mais n’oublions surtout pas qu’hier est de l’histoire ancienne, demain est un mystère et aujourd’hui est un cadeau!" -Anonyme


Cinq gosses à nourrir
En publiant sur mon mur Facebook jeudi dernier l'image suivante j'ai eu droit à des critiques plus qu'à l'habitude :



J'ai accompagné cette image du texte : «Ça nous rappelle que les gens qui ont le plus d'enfants au Québec sont souvent les gens qui devraient le moins en avoir! »

En gros, un type qui quête de l'argent en disant vouloir nourrir ses cinq enfants se fait balancer un condom, ce qui veut dire : "Cesse d'en avoir alors!"

Que devez-vous en tirer comme conclusion?

Je me permets simplement ici de faire une mise au point relative à ce blog. Vous savez, je ne me cache pas du tout du fait que j'aime beurrer épais par bouts, et que ce blog contient parfois des points de vue qui choquent, mais sur le fond, je souhaite qu'il garde une optique positive.

Certaines personnes n'ont pas aimé mon commentaire, clamant que je suis dégradant à l'endroit de femmes ayant plusieurs enfants. FAUX!

Je connais des gens qui ont plusieurs enfants mais qui prennent grand soin d'eux, et d'autres qui n'en ont qu'un seul mais qui n'en prennent pas soin du tout.

PAR CONTRE, en affirmant que dans notre société, les gens qui ont le plus d'enfants sont ceux qui devraient le moins en avoir », je pense à tellement d'enfants qui ont des parents davantage motivés pas un chèque de BES plus gros ou bien l'obligation pour le père de demeurer dans la maisonnée à cause des enfants (sans pour autant oublier l'idée que les pères irresponsables sont également nombreux!)

La morale à en tirer? J'ose espérer que vous en prenez jamais au pied de la lettre ce que vous lisez ici. Je crois que mes lecteurs sont assez intelligents pour faire la part des choses et de savoir où tracer la limite quand ils lisent mes textes.

Dans le pire des cas, vous avez toujours la possibilité d'émettre un commentaire ou de me rejoindre via courriel!

vendredi 23 novembre 2012

Sujets du 23 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"Le dépressif qui parle de suicide veut vivre ; pour celui qui n'en parle plus, il est déjà trop tard." -Romain Guilleaumes (1963–...)


Marjorie Raymond, un an plus tard
Le 22 novembre marquait le premier anniversaire d'un événement qui a profondément secoué Sainte-Anne-des-Monts, un événement dont l'onde de choc s'est répandue à la grandeur de la province par la suite : le suicide de Marjorie Raymond. En s'enlevant la vie, la jeune adolescente a lancé un débat qui se poursuit encore au Québec en lien avec l'intimidation et ses conséquences.

Marjorie Raymond
Je suis profondément désolé du drame que la famille de Marjorie a vécu, mais je suis tout autant désolé du traitement que les médias ont réservé à cette affaire. C'est surtout sur ce second point que je veux m'attarder aujourd'hui.

Toute l'histoire de Marjorie Raymond, telle que rapportée par les médias, a porté sur l'intimidation. Les journalistes et autres représentants des médias ont martelé sans cesse que c'était la cause du suicide de la jeune femme, alors que plus tard, le coroner appelé à mener une enquête a démontré que ce n'était qu'une partie d'une problématique plus large encore, et que la consommation de drogue, un dépression et une peine d'amour ont aussi joué un rôle prépondérant dans le drame.

Dès le début, il était clair que ce n'était pas que de l'intimidation, mais nombreux ont été ceux et celles qui ont axé toute l'histoire sur celle-ci. Le travail journalistique sur le sujet était bâclé, soit par négligence crasse, soit parce qu'on voulait rendre l'histoire plus "vendeuse"...

Intimidation? Que dire maintenant de celle qu'ont eu à subir une multitude d'autres personnes dans cette histoire? À commencer par une jeune femme qu'on a accusé d'avoir provoqué le suicide et d'en avoir ri sur le réseau social Facebook ensuite. Il suffit d'observer les dates des extraits d'échanges entre divers jeunes sur une suspension, suite à une altercation impliquant la jeune visée et Marjorie, pour constater que celle-ci a eu lieu en fait AVANT le drame!

Saviez-vous également que la famille de cette jeune fille accusée du suicide a même fait l'objet de menaces de mort et qu'un journaliste s'est fait passer pour un policier afin d'obtenir des informations supplémentaires, ce qui est un geste illégal qui a mené à une poursuite à son endroit?

Aussi, que dire du comportement complètement imbécile de parents qui se sont précipités à l'école suite au drame pour engueuler la direction en demandant davantage de protection pour leurs enfants, comme si c'était approprié d'agir ainsi à ce moment? La direction n'en avait-elle déjà pas mal trop sur les épaules?

Que dire du traitement ignoble qu'ont eu à subir la direction et le personnel de l'école, non seulement dans les médias, mais de la part d'une multitude de personnes d'ici et d'ailleurs? Que savent les gens justement au sujet des démarches entreprises auprès des jeunes en difficulté par les écoles? Je crois bien, pour avoir moi-même été enseignant, qu'on demande aux intervenants du monde éducatif québécois d'éteindre des incendies avec un verre d'eau, car les moyens dont ces gens disposent ne sont rien face aux problèmes auxquels ils font face.

Parlant de la direction de l'école, je crois que Jasmin Roy, qui a profité de l'occasion pour lancer une fondation portant son propre nom pour lutter contre l'intimidation, devrait présenter des excuses à la direction concernée pour l'avoir blamée pour son « silence » lors de conférences qu'il réalisait en milieu scolaire. Est-ce que ce comédien était conscient que le personnel de la CS des Chics-Chocs avait comme mot d'ordre de ne pas parler justement?

Que l'on dénonce l'intimidation, en milieu scolaire ou ailleurs, soit, mais en terme de dénonciation, je pense que les profiteurs qui ont utilisé et qui utilisent encore cette histoire pour leur profit personnel méritent une foutue de bonne mise au point.




Étudiants québécois et Gaza, même combat???
J'ai aperçu cet image hier sur Facebook, une image accompagnée du texte suivant  : "Étudiants de Gaza et du Québec même combat"...

Source Radio-Canada
Non mais, comparer la situation des étudiants québécois à celle de Gaza? Qu'est-ce qu'apprennent ces manifestants en classe pour faire des comparaisons aussi stupides? Certains ont même déjà comparé leur situation à celle des Syriens...

Vous n'êtes pas satisfaits de votre situation au Québec? OK alors, faites une demande de passeport pour aller vivre en Palestine ou en Syrie et achetez-vous un aller simple dans cette direction!

jeudi 22 novembre 2012

Sujet du 22 novembre 2012

Proverbe/citation du jour
"C’est la profonde ignorance qui inspire le ton dogmatique. Celui qui ne sait rien croit enseigner aux autres ce qu’il vient d’apprendre lui-même; celui qui sait beaucoup pense à peine que ce qu’il dit puisse être ignoré, et parle plus indifféremment." Jean De La Bruyère (1645–1696)


Jean Barbe est selon moi un christ de cave mais...
Oh que j'utilise un "mot gras" dans ce billet en ce jour... Je donne des explications plus bas, car je le fais par exprès!!! Nous avons pu apprendre plus tôt aujourd'hui que Jean Barbe a perdu son poste de chroniqueur au Journal de Montréal suite à des déclarations ayant causé la controverse dans un billet daté du 21 novembre 2012, billet dans lequel, en gros, il compare un groupe de gens dont je fais partie, des gens qu'on dit « de droite » comme Éric Duhaime et Richard Martineau, à des prisonniers qui agissent comme les «kapos» des camps de concentration nazis, soit des prisonniers qui en stoolent d'autres pour avoir des avantages personnels. Cela a mené à la disparition de son blog. Toutefois, merci Internet, des captures d'écran subsistent, voici donc le fameux texte :





Source : Journal de Montréal
Via le désormais incontournable Facebook, j'ai lancé mon avis sur le sujet, ce qui a amené des réactions de la part de diverses personnes, autant de la gauche que de la droite québécoise. Voyez-vous, je garde ma page ouverte à tous et à toutes, comme mon compte Twitter. On ne peut en dire autant de gens comme Jean Barbe, qui a bloqué un ami critique à son endroit durant la grève étudiante. Ce même ami a fait l'objet de plaintes qui ont mené à la fermeture de son compte d'ailleurs, et il croit que Jean Barbe et compagnie sont à l'origine de tout cela.

Je ne partage pas l'avis de plusieurs gens de la droite qui sont heureux que Jean Barbe se soit fait couper son poste. Pourquoi me direz-vous? Et bien! De prime abord, j'ai eu la même réaction que bien des gens de la droite, en me frottant les mains et me disant «Tant mieux!», mais je prends un peu de recul. Je crois en la liberté d'expression. Je crois que toute personne doit disposer d'un droit fondamental de véhiculer ses idées, même si elles vont à l'encontre de celles de la majorité, en autant que la personne ne brime pas le libre choix des autres, et je pense que cela vaut autant pour les autres que pour moi-même...

Jean Barbe s'est promené en bobettes lors de la «Manufestation», il peut bien traiter des gens de kapos ou bien garrocher autant de bouette qu'il le souhaite à l'endroit de Richard Martineau, Éric Duhaime, Joanne Marcotte, moi, ou quiconque ne partageant pas son idéal gauchiste, et je coupe la liste ici...

Je trouve personnellement que Jean Barbe est un CHRIST DE CAVE (notez-le bien, j'use rarement de termes du genre dans mes écrits et propos en ondes) mais même s'il ne se gêne pas pour chier (oups un autre mot gras) sur des gens comme moi, même si je ne doute pas une seconde que s'il était au pouvoir, il mettrait en place, comme tellement de gens de la gauche québécoise, des mesures pour faire en sorte que des gens ne partageant pas ses idées ferment leur gueule par la force, mais je trouve malgré tout déplorable qu'on lui fasse perdre son emploi.

Notez aussi qu'un mot "sale" comme celui que j'utilise ci-haut est dénoncé haut et fort quand il est prononcé par une personne de droite. On me traitera de grossier, de sans éducation ou de quoi encore pour l'employer, mais à combien de reprises ai-je entendu ces mêmes mots, sortant parfois même de la bouche d'intellos de gauche, et dans un tel cas c'est "in"???

En coupant son poste, ses patrons actuels ne font peut-être rien d'autre que de donner de la force aux gauchistes québécois qui braillent à la censure et à la dictature capitaliste qu'ils disent omniprésente dans la presse dès que la moindre nouvelle qu'on y lit n'est pas à leur goût. Pourtant, ces mêmes gens sont du style à vouloir imposer davantage de contrôle aux médias qu'ils jugent «malsains», « démagogues » ou « contrôlés par les riches » dès qu'ils ne véhiculent pas leurs idéaux, les seuls qui en principe sont « bons ».

Je trouve Jean Barbe cave par ses propos, oui, mais je crois qu'il a droit de s'exprimer autant que moi ou quiconque. Je me souviens de ce que j'ai entendu un jour de la bouche de Pierre Falardeau, un gars que je ne tiens pas en haute estime, mais que j'ai bien aimé entendre dire aux médias, lors de la reconstitution de la bataille des plaines d'Abraham, si ma mémoire ne flanche pas, quelque chose comme : «Si moi j'ai la possibilité de dire ce que je pense je ne vois pas pourquoi les gens qui pensent le contraire de moi n'auraient pas le droit de le dire eux aussi.» J'aurais avec joie payé une grosse Pit Caribou et un sac de crotte du fromage de la malheureusement défunte Fromagerie des Méchins à Pierre Falardeau pour ce qu'il a dit alors.

Oui, je pense que Jean Barbe est un christ de cave, mais en le faisant, j'exerce ce que je crois être une liberté d'expression légitime qui s'applique autant à lui quand il traite des gens comme moi de kapos qu'à moi pour le décrire comme je le fais ici. Je ne crois pas que l'on va réparer toutes les injustices à l'endroit de la droite québécoise en crucifiant des gens comme lui.

La vraie voie est celle de la vérité : assurons-nous que tout membre de la société québécoise sache faire indépendamment la part des choses par lui-même. Je crois fermement que beaucoup de tenants de la gauche actuelle vont être déboulonnés, parce qu'un peuple informé, n'orientant pas uniquement ses choix à partir d'émotions, ce qui est souvent le cas à gauche, mais aussi grâce à des arguments logiques, que l'ont retrouve à droite, saura faire un choix éclairé.

J'espère donc qu'on lui redonnera son poste, en me disant que si les Québécois sont vraiment capables de faire la part des choses, ils sauront tirer eux-mêmes leur conclusion face à cette histoire, dans le respect des gens ayant une opinion divergente, je l'espère!

mercredi 21 novembre 2012

Sujets du 21 novembre 2012

-->
Proverbe/citation du jour
"J'aime encore mieux du sale argent qu'on a que du propre argent qu'on n'a plus." - Georges Feydeau


Un poteau au milieu d'un rue? Ouais pis???
Est-ce une mode par les temps qui courent? Depuis qu'on a lancé dans les médias qu'en un endroit au Québec un poteau se trouve en plein milieu d'une route, des cas du genre font l'objet d'une attention médiatique assez grande merci.

Un conducteur prudent l'évitera-t-il?
Certains de ces fameux poteaux sont peut-être là depuis des années sans même qu'on s'y soit attardé, mais soudain, on en fait une véritable tempête. Des gens en sont rendus à se déchirer la chemise à cause de cette désagréable présence...

Oui, un poteau en plein milieu d'une route peut causer un accident, ou bien nuire au déneigement, empêcher une personne de se stationner ou causer un désagrément visuel mais on peut aussi se dire «Ouais pis???»

Évidement que je suis moi aussi conscient du désagrément ou du danger potentiel que peut représenter un cure-dents géant au milieu de la route, mais d'autres murs dans lesquels nous risquons fort de frapper me font pas mal plus peur, certains de ces murs sont invisibles et mériteraient qu'on en parle plus que d'autres sujets.

Un exemple? Lors du budget présenté hier, j'ai remarqué qu'on mentionne des dépenses en santé passant le cap des 31 milliards et un service de dette de 8,6 milliards... L'état des finances au Québec, alors que le remède de cheval nécessaire n'est pas appliqué (j'en faisais mention dans mon billet hier), me fait pas mal plus peur que quelques poteaux au milieu du chemin!!!

Source Radio-Canada


Cuisiner avec ses excréments
J'en suis sûr, le titre de ce billet a immédiatement attiré votre attention. De prime abord, j'ai eu envie de le titrer «Cuisiner avec son caca» mais sachant que cela heurte la nature sensible de quelques personnes qui utilisent toujours le moindre prétexte pour douter du sérieux des sujets abordés dans ce blog en ne s'attardant uniquement qu'aux apparences que je lui donne pour y mettre un peu de couleur, parmi ceux-ci quelques politiciens téteux en mal d'attention, j'ai changé mon titre.

Bon... Passons au vif du sujet!

J'ai eu vent qu'il y a en Gaspésie des environnementalistes qui compostent leurs propres excréments afin de les faire entrer dans un cycle en agriculture. Soit, c'est leur choix, mais ça ne me donne pas envie de consommer leur production...

Par contre, il est possible non seulement de cuisiner grâce à vos excréments, mais aussi de chauffer ou éclairer une maison grâce à ceux-ci!!! Comment donc?

Le cycle de fonctionnement expliqué
Une compagnie appelée Loowatt propose un système sanitaire dans lequel un film biodégradable est utilisé pour que les excréments humains entrent dans une chaîne de production de biogaz qui peuvent ensuite être utilisés de la même manière que le gaz propane pour activer une cuisinière (d'où le titre de ce billet) ou bien pour chauffer ou éclairer une habitation.

Le schéma présent à gauche indique le mode de fonctionnement de ce système qui recycle les excréments, l'urine, le papier de toilette et d'autres déchets organiques.

Ce système comporte une cartouche qui peut être adaptée à un système sanitaire traditionnel et ne nécessite pas d'eau ni d'électricité. Celle-ci a la taille d'une boite à chaussures et est conçue de manière à séparer le liquide et le solide, à capturer les odeurs et à contenir les déchets générés.

La cartouche Loowatt
Vous aurez plus de détails ici : http://www.loowatt.com/

Peut-être y a-t-il parmi les lecteurs de ce blog des gens qui seraient intéressés à se doter d'une telle installation, dans un chalet isolé en forêt par exemple. Il s'agit là d'une alternative de production énergétique intéressante, et en milieu urbain, le gaz généré peut même permettre une réduction de la facture électrique au moment où le PQ nous annonce des hausses!

mardi 20 novembre 2012

Sujet du 20 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"Le gouvernement a un bras long et un bras court ; le long sert à prendre et arrive partout, le bras court sert à donner, mais il n'atteint que les plus proches." -Ignazio Silone (1921–1978)


Que penser du budget provincial
Le premier budget du gouvernement Marois a été présenté au peuple Québécois mardi en fin d'après-midi, que doit-on en penser? Je n'ai pas envie de m'attarder à tous les détails, on peut en retrouver un peu partout sur le Web de la part d'analystes qui peuvent creuser la question davantage que votre humble serviteur. Toutefois, j'y vais d'un résumé sur les points noirs dudit budget et, fouillez-moi pourquoi, ayant eu un flash au sujet du 30e président des États-Unis, Calvin Coolidge, je me permets aussi de glisser quelques mots à son sujet.

Bon! Que penser du budget???

On nous parle d'équilibre budgétaire en y allant avec des jeux de chiffres qui ne sont probablement rien d'autre qu'une simple illusion comptable qui donne des coups de pelle en avant pour repousser l'inévitable.

On veut relancer l'économie par des mesures faméliques du même genre que de donner une cuillère aux passagers d'un canot plein de brèche qui est à se remplir d'eau. Le budget ne comporte aucune mesure économique crédible pour relancer l'économie. La solution la plus simple, faciliter le travail aux entrepreneurs en allégeant les législations et en réduisant le fardeau des impôts, est encore ignorée.

Parlant d'impôts et de taxes justement, on les augmentent encore. Augmenter les taxes sur l'alcool et le tabac, ça paraît bien de prime abord, mais c'est brimer les citoyens les plus démunis de la société qui boivent et qui fument d'abord et avant tout. À quelque part ça me fait un peu plaisir, parce que les carrés rouges qui ont passé leur temps à chigner sur la hausse potentielle des frais de scolarité vont payer davantage via leurs cigarettes et le prix d'une caisse de bière plus élevée, mais ça, ils ne s'en rendront pas compte parce que leur logique de calcul n'est pas développée à ce point.

Vous vous souvenez de la promesse d'abolition de la taxe santé? En gros, deux tiers des contribuables continueront de la payer en tout ou en partie. Cela ne doit pas nous étonner, le fardeau lié aux soins de santé va toujours aller en augmentant au Québec justement parce que le remède de cheval nécessaire n'est pas appliqué. Je mentionnais justement hier comment le gouvernement suédois a réglé son problème en éliminant le tiers des hôpitaux du pays. Personne n'a le courage d'agir en ce sens ici.

Calvin Coolidge
Tandis que cela me passe par la tête, j'ai un flash au sujet d'un président des États-Unis dont tellement de gens ne savent pas le nom, mais qui a été capable, contrairement à tellement d'autres politiciens, de prendre le taureau par les cornes quand le pays qu'il dirigeait était en crise, en réduisant la taille de l'État et son influence dans l'économie au lieu de taxer davantage et d'augmenter ses dépenses comme le PQ et les autres partis du Québec qui ont accédé au pouvoir l'ont fait depuis trop longtemps déjà. Son nom? Calvin Coolidge! Vous en apprendrez plus à son sujet ici :


Les détracteurs de Coolidge l'ont blâmé en mettant sur son dos la crise économique qui a suivi ses années à la présidence, en arguant que c'est parce que l'économie montait si vite qu'elle est tombée de ci-haut, mais enfin... On a au Québec depuis des années des dirigeants qui usent de méthodes similaires au New Deal de Roosevelt et ça ne va pas beaucoup mieux. Est-ce que Marois et compagnie devraient lire sur Coolidge et mettre ses méthodes en pratique? À vous d'en juger maintenant!

lundi 19 novembre 2012

Sujet du 19 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"La vérité ne fait pas tant de bien dans le monde que ses apparences y font de mal." -François de La Rochefoucauld (1613–1680)


Le fameux modèle suédois
Les gauchistes québécois vantent souvent les mérites du «modèle scandinave» pour justifier leur programme politique et social, arguant qu'en Suède par exemple, l'éducation est gratuite comme tous les autres service offerts à la population par un État qui occupe une grande place dans l'économie. À les entendre, on pourrait croire que la Suède est un pays où les cieux sont constamment couverts d'arcs-en-ciel et où plein de petits oiseaux font cui-cui dans des arbres couverts de fleurs toute l'année durant. Est-ce vraiment le cas?

Dans une émission d'affaire publique française nommée «Le monde d'après» figure un court reportage donnant le pouls de ce qui se passe vraiment dans le pays du groupe ABBA. Comme dans beaucoup d'autres pays occidentaux, on y a financé de généreux programmes sociaux à crédit, sauf que les dirigeants, au début des années 1990, se sont rendu compte que le pays courrait à la faillite et ont mis en place des mesures pour redresser la situation, situation qui prévaut encore de nos jours dans d'autres pays comme la France ou l'Espagne, avec les résultats qu'on connaît. Quelles sont donc les mesures qui ont été prises?

  • La privatisation de divers services publics, comme les transports, on a même confié certains services de la poste à des sociétés privées, parfois même des entreprises étrangères
  • Au niveau scolaire, on a délégué la gestion des écoles aux communes, où le budget dépend du nombre d'élèves et où les directions d'écoles ont plus de fonctions à remplir
  • Les Suédois ont fermé un hôpital sur trois en dix ans et certains habitants du pays doivent rouler 150km pour se obtenir des services. Suite à un accouchement, une femme peut demeurer à l'hôpital pour six heures, par contre, on a sauvé le régime de congé pour les parents
  • Les pensions des fonctionnaires retraités sont indexées annuellement en fonction des performances du pays

Les Suédois ont donc sauvé leur système, mais ils ont fait des sacrifices. Cela, les gauchistes québécois ne nous le disent pas, aveuglés qu'ils sont par leurs lunettes roses.

Ici au Québec, sommes nous prêts à agir comme l'ont fait les Suédois?

Vous pourrez visionner ce reportage qu'on peut voir de 1h18 à 1h25 environ dans le vidéo que vous pourrez consulter en suivant le lien ici bas.

Pour plus de détails :

dimanche 18 novembre 2012

Sujet du 18 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"Je ne connais que trois manières d'exister dans la société : il faut y être mendiant, voleur ou salarié." -Comte de Mirabeau (1749 – 1791)


Un crayon et la main invisible qui le tient
Un simple crayon HB, du genre que vous utilisiez déjà dans votre enfance, avant de savoir lire et écrire, et bien plus qu'un assemblage de bois, de graphite, de caoutchouc et de métal entre autres. Ce crayon et l'aboutissement du travail combiné de milliers, sinon de millions de personnes, à travers le monde. Le graphite provient d'une mine située en Asie, le bois d'une forêt de l'Amérique du Nord, la colle de l'Europe, le métal de l'Afrique.

En utilisant comme point de départ un simple crayon HB, on peut en comprendre beaucoup sur la complexité du monde moderne et de toutes les interactions qui s'y produisent, de même que sur la main invisible, ce concept créé par Adam Smith pour expliquer que le marché s'auto-régule par lui-même.

Leonard E. Read, un Américain, a écrit dans les années 1950 «I, Pencil» («Moi, le crayon») un court texte décrivant toute la complexité à travers des exemples simples, compréhensibles de tous. Une version modernisée de ce texte est proposée par la Competitive Entreprise Institute. Le vidéo est en anglais. Espérons qu'il sera disponible bientôt pour ceux et celles d'entre nous qui ne parlent que le français :




Des millions de personnes travaillent à la production d'un crayon, alors qu'aucune d'entre elles ne serait capable d'en créer un isolément.

On ne parle ici que d'un simple crayon, pensez maintenant à un téléphone cellulaire, une voiture, un médicament pour soigner le cancer ou bien à l'ordinateur que vous utilisez pour lire ceci!


Pour plus de détails :
Le texte original de « I, pencil » : http://en.wikisource.org/wiki/I,_Pencil


Sujet du 17 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"D'une manière générale, il est vrai que les sages de tous les temps ont toujours dit la même chose, et les sots, c'est-à-dire l'immense majorité de tous les temps, ont toujours fait la même chose, savoir le contraire, et il en sera toujours ainsi." -Arthur Schopenhauer (1788–1860)


Réflexion générée par un quiz sur les radiations
En naviguant sur le Web pour trouver un sujet du samedi, j'ai trouvé sur le site «How Stuff Works » un quiz intitulé «Alpha, Beta or Gamma? It's the Nuclear Radiation Quiz » qui permet de tester nos connaissances au sujet des radiations. Il est en anglais, vous vous en doutez, alors si vous ne maîtrisez pas la langue de Shakespeare, vous ne pourrez le compléter. Si ce n'est pas le cas, suivez le lien et bonne chance!


Si vous voulez le compléter, ne lisez pas la suite, car je donne quelques-unes des bonnes réponses aux 20 questions qu'il comporte.

J'ai raté cinq questions sur le total, un score de 75% ce que je crois ne pas être si mal.

Pourquoi P.A. S'attarde-t-il à un tel quiz de la sorte? C'est surtout que j'en tire une réflexion personnelle que je crois pertinente en lien avec l'attitude des gens face aux dangers liés à la technologie et leurs réactions face à celle-ci...

L'énergie nucléaire? Caca! J'en veux pas dans ma cour...
La production pétrolière? Caca! J'en veux pas dans ma cour...
Les gaz de schiste? Caca! J'en veux pas dans ma cour...

Combien de gens s'opposant systématiquement à toute forme de développement n'ont aucune connaissance réelle à son sujet?

Tiens, le quiz en question nous demande quels sont les risques de radiation les plus grands entre manger une banane, vivre près d'une centrale atomique ou bien subir un « scan » à l'hôpital... Parions que la tendance à répondre que vivre près d'une centrale est dangereux, alors qu'en réalité, nous absorbons plus de radioactivité en bouffant une banane!!! Un simple « scan » de votre poitrine à l'hôpital vous faisant absorber le plus de radioactivité, et encore, loin du maximum tolérable annuellement... Oui il y a de la radioactivité ici, mais compte tenu du risque, combien de bien en tire-t-on pour soigner les gens par rapport aux risques de les tuer en le faisant?

J'ai raté la question demandant combien de temps le carburant nucléaire d'un navire militaire lui permet de demeurer en opérations. Le choix? 10 ans, 20 ans ou sa vie entière. J'ai incorrectement répondu 20 ans alors que la réponse est «toute la vie du navire » car le carburant permet une vie de 33 ans, ce qui est plus long que le nombre d'années de service de ceux-ci. Il y a un risque à utiliser un navire nucléaire oui, mais connaissez-vous beaucoup de cas où ceux-ci ont entraîné des accidents causant la morte de l'équipage ou d'autres civils innocents? Est-ce qu'il y a beaucoup de possibilités alternatives pour opérer une machinerie durant des années sans avoir à l'alimenter à nouveau?

Tout ça pour dire que le nucléaire a du bon, dans certaines situations en tout cas, et que les risques qui y sont liés sont tout à fait valables. Le même principe s'applique à une multitude d'autres technologies liées au monde moderne, des technologies qui comportent des risques oui, mais qui génèrent toutes beaucoup plus de bienfaits que de maux. Les risques, quant à eux, pouvant très bien être contrôlés.

Combien de gens au Québec se promènent avec des pancartes du style « Non au pétrole! » ou bien « Non au nucléaire! », ou encore « Non aux barrages hydroélectriques! » sans avoir la moindre connaissance réelle sur l'enjeu auquel ils s'opposent?

Si on faisait passer un test honnête de connaissances de base à ces gens, plusieurs le couleraient et pas à peu près. Tout ça pour dire, en conclusion, qu'avant de manifester, les gens devraient se renseigner raisonnablement. Je sais qu'on ne changera pas la nature humaine, mais enfin. Qu'en pensez-vous pour votre part?


vendredi 16 novembre 2012

Sujet du 16 novembre 2012


Proverbe/citation du jour
"L'homme intelligent est celui qui ne confond jamais les points de vue." -Mihai Ralea (1896–1964)


Notre histoire en une minute
«Our Story in 1 Minute» (Notre histoire en une minute) est un montage créé à partir de diverses sources qui relate les origines cosmiques et biologiques de l'espèce humaine. Je vous invite à le visionner en suivant le lien ici bas :


Une capture d'écran du vidéo
L'histoire de la Terre remonte aux origines de l'univers. Le vidéo en question débute avec le Big Bang, en nous présentant la création de l'univers, puis de la Voie Lactée, du système solaire, suivi de l'apparition de la vie sur Terre. Des milliards d'années d'évolution résumés en quelques secondes seulement.

J'ai en mémoire un vidéo que notre enseignant en histoire nous a présenté alors que j'étais encore étudiant au secondaire. On y mettait à l'échelle le même processus, cette fois en le comparant à un cycle de 24h. Une journée complète s'écoule et l'homme apparaît à peine aux environs de 23 heures 59 minutes si ma mémoire ne fait pas défaut.

Notre Terre a survécu à une intense période de bombardement cosmique, un objet céleste est entré en collision avec la Terre durant son enfance, ce qui a provoqué l'éjection de matière qui a créé la Lune, qui elle aussi est essentielle à la vie en régularisant les marées, la disparition des dinosaures a permis aux mammifères de devenir dominants, permettant l'apparition de l'homme. L'extinction des dinosaures n'est pas la seule qui s'est produite, d'autres phénomènes du genre ont rayé la vie sur Terre à d'autres époques, ce qui pousse des scientifiques à estimer que 95% des espèces qui ont évolué sur notre planète sont disparues, et cela n'est qu'en infime partie le résultat des actions humaines.

Cela me fait penser que nous devons éviter de faire preuve de négligence crasse et faire preuve de respect envers notre habitat, qui est absolument unique et que nous ne pouvons nous permettre de perdre. Oui, l'humanité a un impact sur l'environnement, oui les émissions de gaz affectent l'environnement et diverses ressources que nous employons ne sont pas renouvelables, mais je ne crois pas non plus qu'il faut accorder une trop grande importance au discours alarmiste de divers groupes de pressions environnementaux, car leur analyse de la situation repose dans la majeure partie des cas sur une période limitée de l'histoire de la Terre.

Tout cela pour vous dire que l'humanité n'est absolument rien si on la met en relation avec l'espace et le temps. La Terre a existé longtemps avant notre apparition et poursuivra son existence longtemps après notre extinction totale, qu'elle résulte de nos mauvais choix ou d'un autre facteur hors de notre contrôle, comme un cataclysme cosmique par exemple.

J'en profite pour vous mentionner que la pluie d'étoiles filantes liée aux Léonides atteint sa plus grande ampleur durant la nuit du 16 au 17 novembre. Si l'envie vous prend d'observer le tout, ce soir est le soir, en espérant qu'il n'y ait pas de nuages!